Gestion de votre patrimoine: cherchez l’erreur. A lire et méditer

Je n’ai rien contre UBS, au contraire, je trouve que leurs publications sont dans l’ensemble de bonne qualité. Mais je ne peux laisser passer ceci sans commentaire. Allez au pied de ce texte pour voir de quoi parle UBS, puis revenez me lire ici.

Ce qui est en cause c’est la démarche même, pas le contenu.

La démarche qui consiste à s’interroger sur la poursuite de la tendance haussière, qui consiste à s’interroger si il faut être pessimiste ou optimiste, est radicalement inadéquate dans l’optique de la gestion de votre patrimoine. Si vous rentrez dedans vous êtes foutu, vous êtes « baisé » . Vous ne pouvez plus vous en sortir car à la question que pose UBS il n’y a pas de réponse: personne n’est capable de répondre.

On a monté pendant 8 ans jusqu’à aujourd’hui; on peut encore monter demain, après demain et encore et encore.

En revanche à la vraie question de savoir si il faut investir dans les marchés maintenant aux niveaux actuels, dans une optique sérieuse, patrimoniale, familiale de 10 à 12 ans il y a une réponse. Il y a une réponse et une seule: non, absolument non!

Le seul cas ou la réponse serait « oui » serait le cas de la Zimbabwéisation, c’est à dire le cas de la hausse provoquée non par la valorisation des actifs mais par le dévalorisation/destruction  des monnaies. La hausse de misère.

UBS ne ment pas et ne dit pas la vérité, c’est cela le monde moderne et post moderne: on est dans le ni vrai ni faux.

Les clients d’UBS demandent:  « Are we overdue for a bear market? ». Est ce que le temps du marché haussier n’est il pas dépassé, le marché baissier n’est il pas en retard? Largement venu?

Déja les clients eux même posent la mauvaise question et ce faisant ils s’attirent de mauvaise réponses. La tendance haussière a pris naissance en Mars 2009, elle dure depuis 8 ans, elle a traversé toutes  les vicissitudes, il n’y a aucune raison pour que cela s’arrête demain .  Pas plusde raison qu’hier ou avant hier. Comme le disent les vieux professionnels: un marché est haussier tant qu’il demeure haussier. La tendance boursière est magique en ce sens qu’en elle même elle produit … la tendance.

On a toujours plus intérêt à prédire que demain il fera le même temps qu’aujourd’hui parce que les changemens de temps sont statistiquement rares. On se trompe moins souvent en prédisant la continuité, tous les professionnels savent cela, c’est l’une des règles du métier. Un professionnel est là pour exercer une profession et il risque moins de perdre son statut et son job, si il se trompe moins souvent , d’ou le biais de continuité. Et puis il vaut mieux avoir tort avec la foule que contre elle, les performances sont relatives.

La question que devraient poser les clients est donc celle ci et elle devrait être formulée de la façon suivante: Monsieur UBS, je sais que personne ne peut prédire l’avenir, mais pouvez vous me dire, en toute responsabilité , si sur la base des éléments historiques en votre possession, si sur la base de la théorie en vigueur pour apprécier une valeur mobilière, si sur la base de tout ce que l’on sait, sans faire de pari sur l’avenir , acheter des actions maintenant  va me procurer une rentabilité réelle satisfaisante, conforme disons à la moyenne de long terme qui est de l’ordre de 4 à 6%?

La question de savoir si les marchés haussiers meurent de vieillesse ou non n’a aucun rapport avec les préoccupations d’un client.

La question en revanche de savoir si les valorisations sont trop hautes est mal posée: on doit dire est ce que les valorisations sont trop hautes pour que je puisse espérer un rendement correct conforme soit au passé , soit aux attentes. Trop haut pour quoi? Si j’espère à horizon de 10 à 12 ans un rendement réel qui sera équivalent à celui des fonds d’état à long terme soit 2,30% sur les Treasuries, alors  les actions sont trop hautes, le prix n’est pas intéressant. Si je n’espère qu’un rendement réel nul ou voisin de zéro et que je suis capable de supporter une baisse intercalaire du cours des actions de plusieurs de dizaines de pourcent, alors elles ne sont pas trop hautes! je fais un placement idiot, mais   c’est mon choix.

Quant à la question des récessions qui est l’autre versant de la réponse de monsieur UBS, elle est inadéquate. En effet elle suppose que si nous allons vers une récession, alors les actions sont trop hautes et le bull market prendra fin. Ce n’est pas acquis, pas du tout car si nous allons vers une récession alors un scénario très positif peut s’enclencher;

-les taux longs peuvent commencer à chuter

-les autorités considèrent que le système ne peut supporter une récession car il est trop endetté

-le système financier est fragile, les banques peuvent sauter car il y a beaucoup de créances douteuses , les actifs des banques sont pourris et les capitaux propres insuffisants, la liquidité va se tarir etc

-les autorités paniquent, elles refusent une fois de plus la remise en ordre alors elles se lancent dans QE 4 avec cette fois des taux négatifs appliqués aux particuliers , des menaces sur le cash et la répression financière devient absolue.

-le seul refuge redevient le marché des actions ou des fonds d’état

-dans ce scénario, la récession au lieu de provoquer la fin du bull market produit une nouvelle et spectaculaire relance haussière auprès de laquelle la hausse des 8 dernières années n’est qu’un galop d’essai, elle est par comparaison dérisoire.

La réponse d’UBS:

But bull markets don’t just die of old age. To answer « yes » to the above question, we would have to conclude that either valuations are far too high, or that we are likely heading into an economic recession. Today, neither of the two are dangers to our bull.

As we look forward, a downturn will inevitably come.

 

Bears vs bulls, pessimists vs optimists – it is always a matter of perception. Global stocks have been climbing for quite some time now – eight years to be precise. So it comes as no surprise that a lot of clients around the world ask us « Are we overdue for a bear market? »

But bull markets don’t just die of old age. To answer « yes » to the above question, we would have to conclude that either valuations are far too high, or that we are likely heading into an economic recession. Today, neither of the two are dangers to our bull.

As we look forward, a downturn will inevitably come. Read our monthly update to find out more.

Watch now
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s