Des propos qui fleurent bon la Révolution Nationale, l’effort, le sacrifice des années sombres

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a assuré dimanche avoir « conscience de l’effort que nous demandons aux retraités », qui seront concernés par la hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) sans compensation par une baisse des charges, alors que ce sera le cas pour les actifs.

« Mais leur effort ne sera pas vain, il est pour ceux qui travaillent, pour financer la formation des jeunes qui n’ont pas d’emploi », a assuré M. Le Maire, invité du Grand Jury sur RTL/LCI/Le Figaro.

L’appel au sacrifice pour réaliser les réformes est une vieille pratique politique. Le discours ne fait pas appel à la raison, mais à l’émotion, il faut se sacrifier … pour . Le « pour » n’a pas d’importance car on peut toujours mettre n’importe quoi derrière. Non ce qui est important c’est la motivation sur laquelle on joue. Ce qui est important c’est le registre dans lequel on s’inscrit.  Si on met côte à côte le renouveau, l’incantation à la modernité, la comparaison avec le modèle allemand et certains accents nauséabonds ont ne peut manquer de tracer la similitude avec les années noires de la France. Bien peu de gens ont la connaissance ou la mémoire de ces années, pourtant les ressorts utilisés pour le renouveau sont les mêmes et … les exigences des élites ont la même inspiration.

Le ministre de l’Économie a cherché à rassurer les retraités en rappelant que, « pour le moment ils ne le voient pas, mais nous allons supprimer leur taxe d’habitation et nous allons augmenter le minimum vieillesse ».

« Nous leur demandons un effort mais il est moins important que ce l’on veut bien en dire », a également assuré M. Le Maire.

Près de 60% des retraités, soit 8 millions de personnes, seront touchés en 2018 par cette hausse qui entraînera, selon les syndicats, une perte de 408 euros par an pour les retraités qui reçoivent 2.000 euros mensuels.

La mesure, détaillée mercredi lors de la présentation du budget, doit servir à compenser la suppression des cotisations salariales chômage et maladie pour les salariés du secteur privé.

Un « effort » demandé par Emmanuel Macron aux « retraités les plus aisés », c’est-à-dire ceux qui touchent plus de 1.200 euros par mois, pour « récompenser le travail » en redonnant du pouvoir d’achat aux actifs.

Plus de 2.000 retraités ont défilé jeudi à Paris pour dénoncer la hausse de la CSG.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s