Le mystère de Las Vegas

Regardez et écoutez cette vidéo jusqu’au bout, en éveil.

Bien entendu c’est une vidéo dite conspi et il faut la prendre comme telle. 

Mais c’est par ce qu’elle est clairement conspi qu’elle mérite intérêt, elle permet de poser des questions sur le fonctionnement du conspirationnisme  et en même temps sur celui des élites qui utilisent les démarches conspi pour paralyser les réflexions.

Je vous propose de réfléchir sur le couple conspi/anticonspi et sa fonction objective dans le Système. Je vous invite à réflêchir sur le couple conspi/anti conspi car ils forment un élément du Système. Un  élément qui a une fonction.

L’obsession conspi a pour origine le mystère, le non-dit, le soupçon. Les élites ne disent pas tout, elles trafiquent, manipulent, font des false flags. Elles créent des narratives, des histoires,  qui ne tiennent pas debout. C’est une réalité démontrée par l’Histoire et les déclassifications de rapports et documents officiels.

De la à penser que tout est truqué et que d’autres causes que celles qui se donnent à voir sont à l’oeuvre , il y un pas qui est franchi par les conspis. Toute anomalie ou bizarrerie alimente leur imaginaire.  Ici s’agissant de la tuerie de Las Vegas, les incohérences  du discours officiel sont telles que l’auraient-elles cherché qu’elles auraient réussi d’elle-même à alimenter les thèses  conspi.

Il y a complicité objective, je dis bien objective , au delà des volontés, entre d’un côté le conspirationnisme et la lutte des élites contre le conspirationnisme. Les élites se servent de l’accusation de conspirationnisme pour masquer, dissimuler, paralyser l’intelligence, tuer dans, l’oeuf la pensée critique. En mettant l’étiquette conspi, les élites réussisent à faire en sorte que les questions ne puissent même plus être posées; elles sont nulles et non avenues.

Les élites ont développé un mode de gestion de la démocratie à plusieurs vitesses: on feint d’être démocrate, mais en pratique c’est un système élitiste qui s’oblige à se donner les apparences de la démocratie formelle pour mieux la bafouer concrètement au fond.

Les élections ne sont pas destinées à réaliser en acte  la souveraineté populaire, mais à conquérir le pouvoir, à capter l’autorité et à passer les lois et règlements qui sont utiles à la reproduction du système; lois et règlements qui légitiment les usages de la violence d’état, la force, la persuasion, la propagande et les manipulations.

Le système « marche » sur le viol des consentements, sur le détournement des volontés populaires, mais il a besoin des élections/consultations pour que l’usage de la force d’état soit admis. Le vote a pour objectif d’ouvrir le chemin qui légitime l’usage de la violence, sociale. Ceci est apparu très clairement dès les premières semaines de la prise de pouvoir de Macron et a été cyniquement expliqué lors de son intervention cette semaine. Les élites ne recherchent plus ni le consensus ni  l’adhésion, elles recherchent la légitimité formelle; cette légitimité formelle se formule : « et après, si ils ne sont pas contents, on s’en fiche ». La fin justifie les moyens, créer l’irréversible est une doctrine clef depuis les débuts de la Construction Européenne. Le gradualisme est l’une des techniques utilisée pour violer les consentement et faire usage de la violence sans que cela soit perçu.

Les mutations de la démocratie, ses perversions ont créé un système neuf, voila ce qu’il faut comprendre et ce système neuf est bien entendu perçu confusément par les masses. Elles sentent bien que les choses ne se passent pas comme elles devraient se passer, elles sentent bien qu’elles sont trompées, manipulées, baisées, mais elles ne savent pas bien pourquoi ou comment. La complexité, les rideaux de fumées, les astuces du discours, la force de la propagande, tout cela  se conjugue pour produire un besoin de savoir, mais vague, confus, irrationnel même.

Il y a face à cette situation une demande et on peut avancer que la pratique conspi répond à cette demande. Elle   produit une explication, simple , assimilable , accessible qui réussit bien parce qu’elle correspond à des besoins latents, cachés des récepteurs, elles vont comme on dit dans le sens du poil, elles flattent certaines attentes des foules. On sait que les mensonges réussissent d’autant mieux qu’ils correspondent à ce qu’attendent les gens, à leurs désirs.

Les élites sont mises en danger par les émergences de la Vérité.  Dans tous les domaines, la Vérité est décapante, elle démystifie, elle met à nu, il n’y a plus de roi. La vérité c’est l’ennemi des pouvoirs. En passant n’oublions pas  ce qui se passe à Hollywood. Le pouvoir de Hollywood est  colossal et universel, avec l’école c’est un fantastique moyen de modeler l’homme, de créer l’homme nouveau, de fabriquer  le  nouvel homme qui convient à la reproduction globale du Système … D’où l’importance de l’action morale, culturelle et politique des vieux conservateurs américains du type Bannon pour briser en ce moment les idoles de Hollywood  grâce aux scandales de sexe. Mais je m’égare. D’où la nécessité généralisée, je dis bien généralisée qui s’impose aux élites de recouvrir toutes situations, tous les faits  d’une sorte de narrative bidon qui masque les logiques sous jacentes. Mais d’où également le besoin de décoder ces narratives, ces romans biaisés grâce aux clefs d’interprétation conspis.

Ce que je tente  d’expliquer c’est que le Système produit de plus en plus un discours faux, que ce discours faux est décodé  perçu vaguement comme tel et que les groupes conspis a partir de là produisent un autre discours qui met bout à bout des éléments vraisemblables, mais qui fabriquent eux aussi un roman qui n’est pas  beaucoup plus vrai que le premier le roman d’origine. Il y a complémentarité radicale, solidarité organique entre le discours dominant et son symétrique le discours conspi.

Quelle est la parade des dominants? Elle est de refuser le débat contradictoire, de refuser d’entrer en matière. Il faut non pas réfuter, ce qui serait indirectement avaliser la qualité d’interlocuteurs des conspis, non il faut les « tuer » en tant qu’émetteurs concurrents. Les « tuer « socialement. Il faut démoniser les groupes conspis, les diaboliser, balancer sur eux l’injure suprême de notre époque;  il faut les nazifier.

Généraliser,  globaliser, créer un Goulag de sous-hommes, de sous sujets, de UnterMensch,  et cela les dominants peuvent le faire grâce  à leur  contrôle  des médias , des écoles, des esprits comme le font Hollywood, la Silicon Valley, les réseaux sociaux. Les classes dominantes aidées par les ingénieurs sociaux qui se sont globalement mis à leur service,  orientent toute leur  propagande  non vers la réfutation des thèses conspis et le rétablissement de la Vérité,  ce serait les avaliser, non elles orientent  toutes leurs actions vers la mise hors jeu social, vers  décrédibilisation des groupes conspis. Elles attaquent à la source. Elles  démonisent les émetteurs de contre paroles, de contre discours.

Ici le procédé conspi dans la vidéo est clair, c’est le rapprochement, l’amalgame. L’auteur prend des faits indiscutables, donne des preuves, mais le biais conspi tient aux relations de cause  à effet qu’il trace. Il reprend la technique du pouvoir politique: on énonce des évidences, mais on trace des inter-relations fausses ou on juxtapose simplement. Souvent la juxtaposition suffit, les Communicants des politiciens le savent, pas besoin de mentir.

Ce qu’il dit est grosso modo vrai, sauf peut-être les mails de 4-Chan, mais ce n’est pas là que se situe l’important, l’important c’est dans l’articulation logique qui est proposée, dans le lien entre l’attentat et l’objectif qui est visé: c’est à dire terroriser le public afin qu’il accepte des mesures  de surveillance, de  contrôle renforcées. Il faut modeler les attentes des masses, les modeler en creux afin qu’elles deviennent réceptives à de nouvelles escalades dans la répression les libertés individuelles.  Afin de  faire vivre dans la peur, afin de forcer à la socialisation,  afin de transformer en profondeur l’individu, de le féminiser, de l’infantiliser, et afin que des milliardaires s’enrichissent encore plus.

Une partie de la vérité jaillit des discours des dominants, une autre partie jaillit des discours conspi, c’est un Système; mais un système dans lequel jusqu’à présent, les dominants ont le dernier  mot car personne n’a choisi comme  méthode journalistique/historique/philosophique  de se poser au dessus,  d’éclairer et de critiquer ensemble dans leur articulation concrète, les deux composantes du système. Comprendre le Système , c’est mettre à nu, au grand jour, les éléments qui les relient entre eux. Les conspi et les anti conspi sont liés, ligués pour assurer la domination d’une classe sociale et de ses alliés sur les masses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s