En Allemagne on ose dire que « La crise de l’euro reste non résolue »

https://www.welt.de/finanzen/geldanlage/article169931094/Oekonomen-warnen-vor-Billionenrisiko-fuer-Deutschland.html?wtmc=socialmedia.twitter.shared.web

Die Welt, le grand journal allemand n’est pas favorable à l’euro et encore moins à la politique de Draghi. C’est la raison pour laquelle il soulève les questions que tous les européistes voudraient voir enterrer comme celle des soldes Target 2.

Die Welt vien de refaire un point alarmiste sur cette question de Target 2. Il y a de fortes chances pour que Die Welt joue un rôle important dans les négociations sur la future coalition en donnant des aliments aux positions du FDP.

Par ailleurs, la Banque centrale européenne est toujours autorisée à acheter des obligations d’État à grande échelle. Cela a été décidé par la Cour constitutionnelle fédérale. Les juges de Karlsruhe ont donc rejeté les demandes urgentes de certains responsables politiques de l’AfD.

Les économistes mettent en garde contre le risque de perte de Centaines de milliards pour l’Allemagne

Par Holger Zschäpitz | 
Les économistes mettent en garde contre les déséquilibres de Target  2
Les déséquilibres de Target  2 ont augmenté grâce au programme d’achat d’achat de la BCE. De nombreuses banques hors de la zone euro possèdent un compte auprès de la Bundesbank. Les achats entraînent donc une augmentation du solde Target  pour l’Allemagne. Tout ceci atteste de la méfiance qui sévit à l’égard des pays du Sud. La crise est loin d’être terminée. 

Ce Jeudi, les banquiers centraux européens se rencontrent pour une réunion historique. Les gros titres  cachent un sujet important  Qu’adviendra-t-il des prêts de la Bundesbank aux pays en crise de l’euro?
Les risques de la politique monétaire ultralaxiste pour l’Allemagne deviennent de plus en plus évidents avant la prochaine réunion très attendue de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi.
Selon des données récentes, les déséquilibres du système de paiement  Target2 ont atteint un nouveau record en septembre.

Le solde de Target 2 en faveur des allemands  allemand s’élève  élevé à 879 milliards d’euros. Ainsi, les exigences de la Bundesbank envers l’Eurosystème atteignent lentement mais sûrement le trillion.  

D’autre part, les engagements des Italiens envers l’Eurosystème ont également atteint un niveau record de 423 milliards d’euros. L’Espagne se situe à 378 milliards d’euros, le Portugal à 79 milliards d’euros.

Prêts aux pays en crises sans décision parlementaire

Les passifs Target 2  sont des prêts non garantis de la Bundesbank aux banques centrales, principalement les pays du Sud, ce qui ouvre la possibilité aux pays stables de la zone euro de prêter de l’argent aux pays de la zone euro, sans que ceux ci ne fasse l’effort d’épargner ou de se  réformer. Ces prêts se font même sans décision parlementaire. Et c’est ce qui inquiète beaucoup d’économistes. Certains demandent même que les prêts soient garantis. Beaucoup de banques centrales nationales  ont des  des stocks d’or qui pourraient être utilisés pour cela.

« Les soldes de Target 2  sont extrêmement dangereux », explique l’ancien PDG d’Ifo, Hans-Werner Sinn du WELT.  La forte hausse récente des soldes Target 2  est due à l’achat massif d’obligations d’État par les banques centrales nationales des pays de la zone euro, qui les mettent en œuvre dans le cadre du programme d’achat de la BCE.

La mécanique  des achats obligataires fait gonfler le solde cible

Souvent, les titres  sont achetés auprès d’investisseurs étrangers ou de banques. Ils ont généralement leur compte de référence dans la zone euro à la Bundesbank de Francfort. Lorsque la banque italienne achète des obligations d’État italiennes auprès d’une compagnie d’assurance japonaise, la Bundesbank verse l’argent au vendeur. Au lieu de recevoir l’argent de la banque centrale italienne, les deux banques centrales reçoivent  une créance ou un passif Target 2 .

L'Italie, très endettée, est considérée comme le pays le plus vulnérable financièrement de la zone euro. Les responsabilités dans le système cible augmentent
L’Italie, très endettée, est considérée comme le pays le plus vulnérable financièrement de la zone euro. Les passifs  dans le système Target  augmentent. Avec un endettementde 130% du GDP, l’Itakie ne peut mathematiquement aps s’en sortir sans une retructuration/rédcution du poids  de sa dette. L’Espagnne en revanche peut s’en sortir. 

« Les soldes Target 2 actuels ne reflètent pas les entrées de capitaux comme ceux de la crise de l’ euro , mais ils ne sont pas totalement sûrs », explique Jörg Krämer de Commerzbank . « C’est un signe clair de méfiance vis-à-vis des pays périphériques puisque  les institutions étrangères gardent encore leurs comptes auprès de la Bundesbank, même si l’union monétaire existe depuis 18 ans ».

« La crise de l’euro reste non résolue »

Lüder Gerkens est président du Centre for European Policy, pour lui, les soldes Target 2  sont une mesure des tensions dans la zone euro: « L’augmentation renouvelée actuelle montre clairement que la crise de l’euro reste non résolue », critique-t-il. « La question sérieuse est de savoir si des pays comme l’Italie auraient encore accès au marché des capitaux si la BCE n’achetait pas d’emprunts. »

Les derniers chiffres cibles arrivent inopportuns pour le patron de la BCE, Mario Draghi. Le programme actuel d’achat d’obligations arrive à échéance officiellement à la fin de l’année. Jeudi, lui et ses 24 collègues du Conseil d’administration devront discuter de la façon dont il va continuer dans l’année à venir. Des passifs target 2  explosis  font le jeu des partisans d’une politique monétaire moins généreuse.

Pour l’économiste en chef de BayernLB, Jürgen Michels, la situation dans les pays périphériques joue également un rôle à côté du niveau des achats de la BCE. « L’intensification du conflit catalan et l’incertitude croissante à la veille des élections en Italie pourraient être un catalyseur pour les passifs  de Target allemandes », a déclaré Michels, qui estime également que la masse  peut atteindre le trillion. Cela augmenterait les risques pour la Bundesbank.

Selon Sinn, l’autorité monétaire allemande reçoit actuellement une créance non rémunérée contre l’Eurosystème, qui ne peut jamais être exigible. Il considère que la valeur des créances dans le bilan de la Bundesbank est discutable. « Les entreprises privées provisionneraient un tel titre de créance  et se retrouveraient  avec une valeur résiduelle d’un euro. »

Les districts de la banque centrale américaine ont dû payer en or

Sinn prétend non seulement garantir les passifs, mais aussi réclamer  un plan de remboursement fixe, par exemple avec du métal précieux : « Aux Etats-Unis, il y avait jusqu’en 1975  remboursement en or entre les douze banques centrales du système de la Fed,Gerken soutient également l’idée d’introduire une compensation pour la zone euro sur le modèle américain. Cependant, il considère qu’un changement de système est peu probable. « Pour les pays de la zone euro avec des engagements élevés, ce n’est pas du tout abordable et politiquement irréalisable. »

Les passifs dépassent de loin les réserves de métaux précieux

En effet, les engagements cibles sont largement partagés par les réserves d’or despays débiteurs. La trésorerie en or de l’Italie ne représente que 85 milliards d’euros, ce qui signifie que seul un cinquième du passif cible italien pourrait être couvert. La couverture de l’Espagne serait seulement de trois pour cent, la Grèce de six pour cent. Commerzbanker Krämer plaide néanmoins pour une couverture partielle en or. Si certains pays quittent l’union monétaire, ils n’utiliseront probablement plus leurs engagements. Les pays membres restants ont subi des pertes.

Ci dessous les couvertures-or :

À peine un pays de l'euro a suffisamment de réserves d'or pour fournir des garanties importantes. Seule la Belgique se porte plutôt bien
Seul un pays de l’euro a suffisamment de réserves d’or pour fournir des garanties importantes. La Belgique se porte plutôt bien

La Bundesbank devrait alors supporter le quart des pertes. « Si l’ensemble de l’union monétaire devait s’effondrer, la Bundesbank devrait probablement annuler toutes ses revendications target 2 . Bien sûr, je ne parie pas d’une désintégration de l’union monétaire, mais le risque n’est pas nul », explique Krämer.

 

Publicités

2 réflexions sur “En Allemagne on ose dire que « La crise de l’euro reste non résolue »

  1. Comme vous le disiez il y a quelques mois et comme prévu, post-élection allemande nous commençons à entrer dans le dur avec les déséquilibres Target2.

    La divergence entre économies continue, l’euro en l’état n’est pas viable. Combien de temps encore cela peut durer ?

    Je note que les Allemands ont en tête le possible effondrement de la zone euro – positionnement pragmatique ou levier tactique de négociation ?

    J'aime

    1. Vous mettez le doigt sur la problématique de la coalition post électorale. Le FDP qui semble vouloir devenir membre de la coalition exige que soit créé un droit et une procédure de sortie de la zone euro. Il tire les enseignements de la crise grecque et sait que la question va se poser à nouveau en particulier avec l’Italie.

      Le FDP ne veut pas que l’approndissement de l’Europe aille dans le sens voulu par Macron et Juncker, c’est à dire plus de solidarité avec des transferts.

      La seule solution est de pousser vers une Europe retrécie, a plusieurs vitesses et resserrée autour d’un noyau dur.

      Pour cela Die Welt qui est encore plus rigoureux et rigide que Schauble et même le FDP met le doigt là ou cela fait mal et revèle ce que les politiciens essaient de cacher.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s