Ne manquez pas la Chine inaugure une « Nouvelle ère de pouvoir international et d’influence ».

On aurait tort de considérer la réunion du 19e Congrès du Parti Communiste Chinois comme une simple grand messe destinée à asseoir le pouvoir de XI Jinping : c’est une déclaration de mobilisation  au service d’un Projet: devenir la puissance mondiale dominante sous tous les aspects. Ce Congrès inaugure une »Nouvelle ère de pouvoir international et d’influence ».

A la cérémonie de clôture, il a été annoncé que la pensée de Xi Jinping sur « le Socialisme avec ses caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère » allait être insérée dans la Charte du Parti, c’est un symbole. La Chine ne tourne pas le dos au socialisme , au pouvoir et à la propriété étatique, elle ne va pas aller dans le sens d’une démocratie bourgeoise, au contraire, elle va encore plus se trouver sous le contrôle de l’élite du Parti.

C’est une pierre angulaire, une pierre sur laquelle la Chine va ériger les bases d’une nouvelle ère. La chine veut sous tous les aspects se mettre à la place qui lui revient, c’est à dire la première. C’est une déclaration de challenge à l’égard de l’Ouest, c’est une mise en ordre de bataille avec accessoirement la ratification du pouvoir absolu d ‘un homme, d’un chef au sens militaire,  qui entre ainsi dans le panthéon mythique de l’histoire chinoise.

Par ailleurs le Parti s’est organisé de telle façon que XI n’ait aucune concurrence et soit assurer de se succéder à lui même . Il a la garantie de la durée et de la continuité.

La tyrannie, l’autocratie sont dialectiquement liées au Projet et en sont des conditions nécessaires: l’heure n’est pas à la libéralisation démocratique, à l’ouverture , à l’alignement sur l’Ouest mais à l’approfondissement du modèle chinois qui a fait la preuve de son succès et de son efficacité. Il ne s’agit plus d’affaiblir le Parti mais de le renforcer, de le muscler, de le rendre plus dur et bien sur moins corrompu. La Chine ne veut pas devenir capitaliste , elle veut conserver son modèle « communiste » original et pour cela elle doit l’approfondir. Le politique doit imposer sa volonté à l’économique . Le rôle du Parti dans l’économie et la micro économie doit être renforcé. Les déséquilibres qui se manifestent dans le système le chinois en particulier en 2015, ne seraient pas corrigés par une libéralisation au contraire puisqu’ils sont produits par cette libéralisation laquelle conteste en quelque sorte les valeurs Chinoises.

Il ne s’agit pas de renforcer l’exposition aux valeurs occidentales ou à celles du marché  global, au contraire, il s’agit d’affirmer les valeurs chinoises, de son système et c’est ainsi qu’il faut comprendre la volonté/nécessité  d’imposer le Yuan, de globaliser la monnaie chinoise. La Chine est le premier importateur mondial de matières premières, et la première puissance  économique, il est normal qu’elle influence, qu’elle fixe les Valeurs. Si on n’a rien compris à cela on n’a rien compris au Projet Chinois et aux orientations qu’il fixe. On risque le contresens dramatique qui conduit à sans cesse crier au loup et à prédire l’effondrement du système chinois alors qu’il prend les dispositions pour se renforcer en s’approfondissant . C’est un constat et un retour en arrière, il ne s’agit plus de s’adapter mais d’adapter le monde extérieur au poids chinois.

C’est important car le talon d’Achille du système chinois, c’est la dette, le poids des dettes. Dans une optique libérale capitaliste, la Chine doit connaître un moment Minsky , une révulsion qui serait provoquée par le choc entre les Valeurs spéculatives domestiques, les Valeurs économiques productives nationales  et les valeurs extérieures, le tout synthétisé par le change. Le change, les mouvements de capitaux  ou une crise du change: impossibilité à stabiliser le cours du Yuan, perte de maîtrise des taux d’intérêt et révulsion en chaîne. Si la  Chine s’ouvrait plus et se rendait plus ouverte aux Valeurs extérieures, elle se mettrait en position de perdre le contrôle de ses choix géopolitiques; mais si au contraire elle cadenasse , alors elle a les moyens de les satisfaire.

Les firmes étrangères s’en sont rendu compte, elles sont quasi unanimes à considérer qu’elles ne vont pas être bienvenues! Les investissements directs sont de moins en moins importants pour l’économie chinoise, ils ne contribuent que pour un peu plus de 1% au produit national, ils contribuaient pour 2,3% en 2006  et 4,8% en 1996.

Les trois défis chinois, rejet du modèle libéral

La chine sous la férule de Xi s’est mise en ordre de bataille pour défier la domination américaine, la coopération/concertation est remplacée par la rivalité pour la première place. Pour cela il faut renforcer le modèle autoritaire et non pas l’affaiblir par la libéralisation.

La Stratégie chinoise doit permettre de  lutter concrètement contre la domination du dollar dès cette année. Pourquoi il est vital de s’affranchir du dollar?

La Chine a compris que le dollar était le véhicule de la libéralisation , un véhicule qui est une arme dans les mains des américains. Le dollar joint à l’ouverture financière, aux libres mouvements de capitaux,  dont voulait le Président de la Banque Centrale (sur le départ)  est porteur de contradictions dangereuses pour le système chinois, donc au lieu de s’y lier il faut s’en affranchir tel est le raisonnement de Xi Jinping . Le dollar véhicule la Loi de la Valeur dont précisément les leaders chinois veulent s’exonérer. La loi de la Valeur, c’est la sanction économique  du volontarisme politique par le biais du marché, et c’est précisément ce dont les dirigeants chinois veulent s’affranchir.

La Chine a compris que le dollar était le véhicule de la « libéralisation » , libéralisation qui est en réalité un asservissement aux américains, ce  véhicule est une arme dans les mains des américains. La promotion internationale du Yuan est indispensable, c’est la pièce maîtresse de l’édifice sur lequel Xi Jinping veut asseoir la primauté de la Chine.

Le dollar véhicule l’impérialisme américain et anglo saxon par le biais des juridictions, des réseaux et des sanctions/ embargos qui sont autant de mesures coercitives.  il n’y a pas de possibilité d’un Projet autonome si on ne s’affranchit pas du dollar et si on n’offre pas à ses partenaires économiques et politiques la possibilité de s’en affranchir.

Si lamais Xi réussisait c’est un boulevard qui s’ouvre devant lui:

-projet(s) chinois séduisant(s) aussi bien pour l’intérieur que pour les partenaires extérieurs,

-investissements productifs colossaux qui à la faveur d’une monnaie reconnue globalement attire les flux de capitaux,

-assèchement du pool de financement américain/anglo-saxon,

-baisse du dollar et de son attrait,

-le poids des déficits augmente, ils deviennent   difficiles à financer

-il force les autorités américaines à des choix dramatiques entre le beurre et les canons

-exacerbation des contradictions sociales, dislocation du consensus

Bref une véritable stratégie cohérente, dialectique en diable.

En Prime 

Financial Times (Gideon Rachman): “The Communist party congress in Beijing is a milestone.

As the Xi Jinping era enters its second term, China’s challenge to the west is becoming more overt. There is a growing official confidence in Beijing — verging on arrogance — that China is on the rise, while the west is in decline.

The Chinese challenge to the west is taking place on three fronts: ideological, economic and geopolitical.

In the realm of ideas, the Communist party leadership is increasingly strident in repudiating western liberalism. President Xi and his colleagues argue that one-party rule works well for China — and should extend long into the future.

There is more discussion of the idea that a ‘China model’ can be pushed in the rest of the world — as an alternative to America’s promotion of democracy. Just as the financial crisis of 2008 damaged the credibility of western economic ideas in China, so the election of Donald Trump and the fracturing of the EU have made it easier for China’s leaders to scorn western political practices.”

 

Publicités

3 réflexions sur “Ne manquez pas la Chine inaugure une « Nouvelle ère de pouvoir international et d’influence ».

  1. Belle analyse merci.
    Le Deep State est forcément conscient de la tombe que lui creuse les Chinois.
    Pourra-t-il rester sans rien faire, lui qui a détruit S Hussein et Khadafi ?
    En clair, créera-t-il un casus belli militaire ou financier pour réduire les prétentions chinoises ?
    C’est à mon sens la seule issue pour lui de survivre ( et au dollar de durer encore) à un horizon de moyen terme.

    J'aime

  2. Merci pour cette sensibilisation qui nous permet de relativiser notre situation de vassaux de l’empire, pas celui du milieu, mais celui de la démesure. C’est donc a priori une bonne nouvelle que cette perspective, non pas celle relative à la pérennisation d’un parti communiste ou au maintien d’une autocratie (encore que nous soyons déjà là sur un jugement de valeur occidental), mais celle du refus de s’aligner sur les valeurs économiques et culturelles occidentales, c’est-à-dire, dans le monde d’aujourd’hui, essentiellement les valeurs anglo-saxonnes ; celles-là même que nos sociétés européennes ont si complaisamment incubées, particulièrement depuis le partage du monde post-1945. Tout ce qui peut disputer la suprématie de la théorie économique dominante, du dollar, des valeurs culturelles transportées dans les valises du « doux commerce » sans-frontiériste est bienvenu.
    Mais il faut y regarder de plus près, car si l’essor technique, économique et financier de la Chine ouvrira forcément la voie à une percée de sa culture, il reste à savoir si celle-ci, malgré les orientations du 19e Congrès du Parti Communiste Chinois, n’a pas été substantiellement conquise par l’occidentalisme qui séduit le grand empire, depuis un siècle, et qui a pu permettre l’établissement sur son territoire d’un régime communiste-marxiste, puis maintenant une conversion singulière à l’économie de marché (deux formes caractéristiques de la modernité occidentale).
    Il reste donc à bien appréhender ce que contient précisément le concept de « valeurs chinoises ». Quelles sont ces valeurs que les « élites » chinoises contemporaines voudraient implanter à la périphérie de leur monde ? S’agirait-il d’une actualisation/adaptation des valeurs traditionnelles inspirées de l’humanisme confucéen ou des taoïstes ? En effet, la Chine a su préserver pendant des millénaires une Sagesse qui chez nous n’a pas résisté à l’avènement de l’idéalisme et de la métaphysique, et l’observateur occidental pourrait avoir le sentiment que la pensée chinoise ne fait que ressasser sempiternellement la sagesse de ses fondateurs.
    La Chine cultive depuis des millénaires des fondamentaux. Ainsi en est-il du refus de la métaphysique, mais aussi d’une certaine forme de défiance à l’égard de la pensée logique en général et des mots en particulier, qui se traduit par un scepticisme à l’égard de la connaissance et par un anti-idéalisme remettant en cause tout dualisme de type Bien-Mal. Au contact du monde occidental contemporain, ces fondamentaux ne seraient-ils pas susceptibles d’accueillir et de développer une forme moderne de nihilisme ? La Chine saura-t-elle résister au désir de puissance pure, « sans-but » en elle-même, qui caractérise toute la modernité, et qui relève plus d’une philosophie de la subjectivité et de l’arraisonnement illimité de la nature (« toujours plus ») que d’une recherche permanente de l’harmonie, de l’équilibre du Yin et du Yang ? Si la probabilité d’une réponse négative était forte, ce que je crains, alors ça ne serait-pas vraiment une bonne nouvelle, car nous pourrions sortir d’un impérialisme pour entrer dans un autre, aussi cynique et peu respectueux de la diversité que l’actuel. Après Rome et Washington, ce serait au tour de Pékin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s