Quand le cycle des taux d’intérêt se retourne , les taux réels peuvent monter très vite, ils sont assis sur un ressort!

Alan Greenspan’s n’est plus très écouté, il a perdu si on peut dire l’Autorité.

Nous continuons cependant à prêter attention à ses propos pour trois  raisons:

-il a une expérience interne, d’insider

-il est désintéressé puiqu’il n’est plus aux affaires

-il a maintenant une hauteur de vue, historique

Il a récemment déclaré « real rates will rise ‘reasonably fast’ once having turned »; traduction, les taux réels vont monter plutot vite une fois que la tendance se sera retournée.

Cette déclaration prend le contrepied des déclarations répétées de Yellen bien sur, mais surtout de Draghi et de la BCE. Pour éviter un éclatement de la bulle financière et une boule de neige baissière sur les Bourses, nos apprentis sorciers tentent de eprsuader les marchés qu’ils maitrisent tout et que les taux longs n’échapperont pas à leur contrôle. c’est du « wishful thinking » caractérisé! C’est même de la tromperie !

Ci dessous la guidance/pilotage émis par la BCE lors de sa dernière réunion.

La BCE dit que les taux vont rester au niveau actuel pendant longtemps et bien après que la BCE aura cessé d’acheter des titres à long terme.

C’est de la pensée magique ! Si les achats de titres à long terme n’ont pas d’influence sur les taux et si leurs arrêt ne change rien alors pourquoi les continuer?

 

A notre sens c’est Greenspan qui a raison : quand les taux se mettrons à monter , alors ils monteront vraiment fort et vite . Et cela fera mal, très mal. Ou alors il faut imaginer, ce que nous faisons depuis 2008/2009 que plus jamais nous ne sortirons des politiques monétaires non conventionnelles, c’est dire de l’Inflationnisme doctrinaire.

 

‘When rate cycles turn, real rates can relatively swiftly accelerate’

 Alan Greenspan.

Greensapn n’est pas le seul à penser que les taux sont assis sur un ressort.

A lire, document:

Get ready for a “quick and sizable” shift in global interest rates, warns Harvard University’s economic historian Paul Schmelzing, in a guest post published this week on the Bank of England’s staff blog.

Looking at past cyclical patterns, the evidence suggests that when rate cycles turn, real rates can relatively swiftly accelerate,” he wrote, explaining that the world is currently in its ninth “real rate depression” since 1311.

“Most of the eight previous cyclical ‘real rate depressions’ were eventually disrupted by geopolitical events or catastrophes, with several — such as the Black Death, the Thirty Years War, or World War II — combining both demographic, and geopolitical inflections,” Schmelzing added.

He used this chart to illustrate his view:

To come up with the historic risk-free rate dating, Schmelzing identified the dominant asset of each period, beginning with the Italian city states in the 14th and 15th centuries, then long-term rates in Spain, followed by the Province of Holland, the U.K., Germany, and finally the United States.

“The all-time real rate average stands at 4.78% and the 200-year real rate average stands at 2.6%,” he said. “Relative to both historical benchmarks, the current market environment thus remains severely depressed.”

He pointed out that the current period, starting in the 1980s, represents the second-longest stretch of declines, but it looks to have finally come to an end.

“There is strong evidence suggesting that the last ‘secular stagnation cycle’ started fading relatively autonomously after just over two decades following the key financial shock, not requiring the aid of decisive fiscal or monetary stimulus,” he said.

While there’s cause for concern over the fallout of what a sudden and steep reversal could mean, don’t expect anything as dramatic as what happened during the all-time peaks in real yields in the mid-1400s, when the fall of Constantinople, the seizure of silver mines by the Ottomans and other major events led to extreme geopolitical tensions.

Still, he says, most reversals have been “rapid, nonlinear, and took place on average after 26 years.” Within two years after hitting troughs, rates gained, on average, 315 basis points. In two cases, rates jumped by more than 600 basis points.

 

Publicités

3 réflexions sur “Quand le cycle des taux d’intérêt se retourne , les taux réels peuvent monter très vite, ils sont assis sur un ressort!

  1. A mon idée personnelle s’ils lâchent la bride, c’est au galop vers la guerre avec un G que nous nous dirigeons….Dettes irrécouvrables et Démographie, ça ne fait jamais ensemble Démocratie… Je n’aime pas les mots en D,,, ils n’ont rien de Déontologiques…

    Aimé par 1 personne

  2. Le vieux sage a parlé…il sait de quoi il parle…il sait que le Ponzi de la dette ne pourra pas durer éternellement…Il sait aussi que ce n’est pas en perpétuant toujours les mêmes erreurs qu’on peut obtenir un résultat différent…enfin ça c’est pas de lui!! un autre « sage » il y a bien longtemps nous avait prévenus…AHAHAH

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s