Le Dawa: convertir les non-musulmans à l’islam politique

Les semences de la haine

par Judith Bergman  •  10 novembre 2017

  • « Dans les pays occidentaux, le Dawa consiste à convertir les non-musulmans à l’islam politique mais aussi à porter à incandescence les opinions de tous les musulmans. Le but ultime du Dawa est de détruire les institutions politiques d’une société libre et de les remplacer par une charia stricte. – Ayaan Hirsi Ali, The Challenge of Dawa: Political Islam as Ideology and Movement and How to Counter It (Le défi de Dawa: l’islam politique comme idéologie et mouvement et comment le contrer).
  • Le projet de transformer les États-Unis en un État islamique pourrait difficilement être plus claire. Le souci de la « diversité » et de l ‘« inclusion » affiché par l’ICNA sur son site Internet relève en revanche de la dissimulation car son objectif est avant tout d’ « établir en Amérique un espace pour l’islam ».
  • Si les dirigeants occidentaux sont incapables de comprendre le danger que représentent des organisations telles que Tablighi Jamaat, iERA et ICNA ou d’autres comme le CAIR et ISNA et si, au lieu de lutter contre ces associations, ils s’obsèdent sur « l’islamophobie », alors Qaradawi pourrait finir par avoir raison.

Ayaan Hirsi Ali, auteure et dissidente musulmane d’origine somalienne, a écrit dans un livre récent qu’en Occident, le but ultime de Dawa (recruter et enrôler, porter à incandescence les opinions des musulmans) « est de détruire les institutions politiques d’une société libre et de les remplacer par la charia. »

Alors que le monde occidental se préoccupe de lutter contre les « discours de haine », « l’islamophobie » et les groupes suprémacistes blancs, il demeure aveugle à la culture de haine de l’islam et aux comportements suprémacistes des musulmans envers les non-musulmans.

Cette culture de haine apparait essentiellement dans le Dawa. Cette pratique musulmane de la sensibilisation à l’islam n’est rien d’autre que du prosélytisme. Et l’attaque terroriste qui a eu lieu au cœur de Manhattan, à New York voilà quelques semaines, en est une spectaculaire illustration. Sayfullo Saipov, terroriste, originaire d’Ouzbékistan, s’est radicalisé après son arrivée aux États-Unis. La mosquée qu’il fréquentait dans le New Jersey était sous surveillance policière depuis 2005. Un rapport remis en 2016 au Département d’Etat remarquait déjà que les Ouzbeks « se radicalisaient plus facilement quand ils migraient à l’étranger ».

Continuer l’article

Gatestone Institute

14 East 60 St., Suite 705, New York, NY 10022

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s