Les dépêches vendredi, interrogations sur le Bitcoin.

Les crypto-devises comme le Bitcoin pourraient poser une menace pour la stabilité financière lorsqu’elles seront davantage utilisées, a estimé Randall Quarles, un des gouverneurs de la Banque centrale américaine .

M. Quarles a récemment pris ses fonctions au sein de la Fed en tant que vice-président chargé de la supervision financière.
M. Quarles a rappelé qu’en période de tensions financières, la demande de liquidités de la part des acteurs financiers augmentait fortement et que le comportement des devises numériques dans de telles circonstances était encore une inconnue. Un propos peu clair dans la mesure ou le Bitcoin est lui même une liquidité et que l’on ne sait pas (pas encore) si elle sera demandée comme refuge dans les crises.

« La « devise », soit l’actif qui sert de base à ces systèmes , n’est pas garantie par d’autres actifs sûrs, n’a pas de valeur intrinsèque, n’est pas émise par une institution bancaire régulée et, dans le cas d’espèce, n’est la responsabilité d’aucune institution financière », a souligné M. Quarles dans un discours à Washington.

On ne peut pas dire que ce gouverneur brille par sa compétence ou la profondeur de ses analyses! Le Bicoin ne cherche nullement tout cela, il se veut « monnaie privée » à l’image des analyses et recommandations de Hayek, pure convention, pure confiance détachée des pouvoirs dirigistes. Les critiques de Quarles sont à côté de la plaque! La question est celle ci: le Bitcoin va-il rentrer dans les moeurs, devenir un élément de notre culture.

Les questions que pose  le Bitcoin sont différentes:

-son prix peut il résister à un sell off sur les marchés financiers?

-est il corrélé au Nasdasq? Au risque en  général?

-quel est le lien fondamental entre le Bitcoin et le champ des actifs financierss,

-quel est le lien avec le champ du réel, la dépense, la fiscalité , la sécurité

On peut décomposer un actif financier entre d’un coté une valeur fondamentale, économique et de l’autre  une prime qui correspond à la somme d’un « bon de droit à écart de cours », c’est à dire un billet de loterie et d’une prime de rareté.

Depuis plusieurs années la valeur fondamentale des actifs financiers est bonifiée sur les marchés par cette prime. Cette prime est signalons-le exogène à l’actif financier alors que la valeur fondamentale est endogène.

La rentabilité d’un placement en phase de bulle vient à la fois de la hausse des chances à la loterie et de la prime de rareté. Or ces deux éléments sont ce qui constituent  le prix et l’attrait du Bitcoin.

Normalement il y a un lien organique entre  le prix des actifs financiers et le prix du Bitcoin par ce biais. L’un des éléments  ces liens devrait être la volatilité des actions et des valeurs à revenu fixe.

Si P =prix d’une action

P= V valeur fondamentale+L billet de loterie + R prime de rareté

On peut dire que le prix du Bitcoin Pb est lui la somme de L+ R et que l’on verra la corrélation quand le marché des actions se dégonflera.

On peut aussi dire que la valeur des actifs est égale à leur valeur intrinsèque + une prime P de Ponzi c’est à dire prime de chaîne du bonheur. La chaîne du bonheur synthétisant R+L.  Si cela est juste, le prix du Bitcoin Pb =P.  Son évolution pourrait être un signal précurseur de modification de P c’est à dire du de l’attrait du Ponzi. Cette modification pouvant venir soit de la fermeture du robinet des liquidités, soit de la peur, c’est à dire la fin de l’esprit de jeu.

En fait il faut attendre pour constater dans quel sens évolue la corrélation avec les actifs financiers. Quel est  le statut du Bitcoin? est ce un  complément spéculatif des actifs financiers, est ce  un  refuge lors du risk-off ou sera-ce un  refuge lors de la fuite vers les valeurs réelles (inflation des prix des biens et des services); Tout cela  est à construire, rien n’est déterminé à ce stade.

« Si ces devises numériques ne posent pas de menace majeure à leurs niveaux actuels, des problèmes plus généraux de stabilité financière pourraient se poser si leur utilisation se généralise », a-t-il ajouté.

Si ces devises ne pouvaient pas être échangées contre du dollar ou une autre monnaie de référence à un taux stable lors d’une période de crise, « cela poserait de gros défis au système », a estimé M. Quarles.

En fait de la même façon que les Maîtres ont désamorcé la menace de l’or réel, statue du commandeur du système,  en le transformant en papier ils étudient la possibilité de neutraliser le « caractère terroriste » du Bitcoin en l’intégrant dans les marchés comme ils l’ont fait avec l’or papier; finie la rareté on peut jouer sur les dérivés sans demander le sous jacent! Ah les braves gens!

Plusieurs places boursières envisagent de créer prochainement des plateformes d’échanges d’instruments financiers à terme (produits dérivés) basés sur le Bitcoin. Selon le Wall Street Journal, la dernière à l’envisager est la Bourse électronique américaine Nasdaq.

Mais sa présidente, Adena Friedman, a indiqué jeudi à la chaîne de télévision financière CNBC qu’aucune décision définitive allant dans ce sens n’avait encore été prise.

« Nous n’avons encore rien annoncé », a-t-elle rappelé. « Je dirai seulement que nous avons un dialogue actif avec de nombreux clients et des partenaires sur ce qu’il sera possible de faire dans la durée », a-t-elle indiqué.

Face à ces fluctuations de cours, la Maison Blanche a indiqué que le conseiller du président pour la Sécurité du territoire (Homeland Security) Tom Bossert surveillait la situation et avait évoqué le sujet lors d’une réunion cette semaine.

« Je sais que c’est quelque chose qu’il surveille », a affirmé jeudi Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison Blanche.

En Prime avertissement de la Banque de France

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a alerté vendredi à Pékin sur le caractère spéculatif du bitcoin, niant qu’il s’agisse d’une monnaie ou même d’une crypto-monnaie.

« Il ne doit pas y avoir d’ambiguïté: le bitcoin n’est en rien une monnaie‎, ou même une crypto-monnaie », a affirmé le gouverneur lors d’une intervention à l’occasion du Forum financier franco-chinois à Pékin.

« C’est un actif spéculatif. Sa valeur et sa forte volatilité ne correspondent à aucun sous-jacent économique et ne sont la responsabilité de personne », a-t-il ajouté.

M. Villeroy de Galhau a rappelé que « ceux qui investissent en bitcoin le font totalement à leurs risques et périls ».

Le cours du bitcoin s’est envolé cette semaine et a battu des records en franchissant la barre des 11.000 dollars l’unité — avant de redescendre sous les 10.000 dollars –, après avoir vu sa valeur multipliée par dix en moins d’un an, suscitant un intérêt des investisseurs mais aussi des craintes de bulle spéculative.


Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a assuré vendredi à Pékin que la finance n’était plus « l’ennemie » de son pays et affiché l’objectif de faire de la place de Paris le leader de la finance verte.

« La France veut redevenir une grande place financière mondiale », a affirmé le ministre à l’ouverture du 5e dialogue économique et financier de haut niveau entre la France et la Chine à Pékin.

« Le temps où la France déclarait que la finance était notre ennemie est révolu », a assuré M. Le Maire, en présence du vice-premier ministre chinois Ma Kai, dans une évidente allusion aux propos de l’ex-président François Hollande qui avait qualifié la finance « d’ennemie » lors de son discours du Bourget pendant la campagne électorale de 2012.

« La France veut faire de la finance un élément de puissance économique et de coopération avec ses grands partenaires, au premier rang desquels la Chine », a insisté le ministre.


Le groupe de télécoms et de médias français Altice, chahuté en Bourse depuis un mois, a annoncé vendredi un accord pour la vente de deux filiales en Suisse d’une valeur d’entreprise de 183 mio EUR (214 mio CHF) à la société d’investissement parisienne InfraVia Capital Partners. Altice remonte au dessus des 7 euros.


[Bloomberg] Stocks in Asia Mixed as U.S. Tax Outcome Awaited: Markets Wrap

[Bloomberg] China Stocks Set for Worst Week This Year as State Cools Gains

[Bloomberg] Falling Sydney Prices Drive a Slowdown in Australian Property

[Bloomberg] Tencent Drops Suddenly as Shares Set for Worst Week in 21 Months

[FT] Trump puts talks to boost China economic ties on ice

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s