Billet. 2018, vers une nouvelle défaite historique des peuples. Les élites vont consolider leur emprise. .

Je n’écris pas beaucoup en ce moment , tout simplement parce que je n’ai pas envie de rabacher ou de radoter. Ceux qui font profession d ‘écrire et sont payés pour le faire sont bien sur obligés de sacrifier aux rites de fin d’année. Ce n’est ni bien ni mal, ils font ce pour quoi ils sont rémunérés. Et c’est pour eux, la seule chose qui compte. Cela les oblige donc à tartiner.

J’ai lu avec attention les textes de ceux que j’apprécie, c’est la banalité même. Je n’ai rien relevé qui mérite commentaire ou critique. Les prévisions 2018 sont de simples extrapolations creuses ou, pour ceux qui sont classés comme « contrarian », contradicteurs systématiques, des contorsions pour expliquer pourquoi ils ont eu tort et pourquoi ils vont finir par avoir raison. Pour ma part je ne vois aucun élément susceptible de modifier mes analyses et encore moins mes prévisions de long terme. Il n’y a nulle correction de trajectoire, nulle résorption des déséquilibres; la fuite en avant continue. Elle vous sera fatale.

Tout cela est sans intérêt il y a mieux à faire : décrocher. Tenter de se sortir de la névrose ambiante, se récupérer, voire se ressaisir. La période est propice pour investir dans d’autres domaines. Bref se désintoxiquer.

Ceux qui le peuvent, tenteront sortir de leur addiction au téléphone portable, aux digits, à la télévision ou aux mass médias. Il leur sera plus difficile de sortir de l’aliénation à la marchandise, aux cadeaux et autres obligations de dépenser : la pression sociale est forte. Sur ce plan c’est l’immersion sans échappatoire. La dimension de dépense, de consommation, de conformité est pourtant partie intégrante, indissociable du monde qui, au plan intellectuel rebute tant de gens de bonne volonté. Hélas bien peu perçoivent que le système, celui de la globalisation, celui des Macron ou autres les tient plus par cet aspect dépense, cette dictature du mode de vie que par la politique.

Le système est plus un système social totalitaire qu’un système politique totalitaire. C’est le social, et même le social soft, qui sont envahissants, totalitaires, tyranniques. Le contrôle à notre époque est inséré dans la vie quotidienne. Le système crée et impose la forme, les contenus que prend la vie quotidienne. C’est là qu’il se perpétue et se reproduit. Le reste n’est que baratin, rationalisation narcissique.

Cette sorte de trève des confiseurs est pourtant une opportunité pour vivre autrement, pour ressentir d’autres choses. La place faite à la famille en cette période de l’année, par exemple est une aubaine pour échapper à la destruction des cellules de base, pour retrouver une identité perdue ou oubliée, pour relier les fils que la modernité ne cesse de détruire. C’est un des rares moments ou il redevient possible d’échapper à la combinatoire abstraite des signes, ou il est possible d’échapper au pseudo mais sinistre festif que mettent en scène les publicités qui vous renvoient votre image ridicule devant les parfums, les voitures, les Slosh et autres corvées de rigolades.

Le système est en mode « pause ». Vous l’avez certainement remarqué.

Les tensions sociales et sociétales sont moins vives, presque oubliées. La reprise, ou plutôt l’embellie économique largement publicisées, voire claironnées sont objectivement faibles, elles changent peu de choses, mais elles produisent une ambiance différente, un autre « mood », une autre humeur.

Et ceci va permettre aux élites de nouvelles avancées scélérates.

Attendez vous à ce qu’en 2018 elles reprennent l’initiative, là ou elles ont du laisser leur ouvrage en 2016 en raison de la montée du populisme et de la fragmentation sociale. L’année 2018 sera celle du retour de la marche en avant , c’est ce qu’elles ont prévu, planifié: l’huile dans les rouages que met la reprise cyclique leur offre un créneau. Les calendriers électoraux également. Elles vont les mettre à profit pour aller plus loin dans le laminage, dans les contrôles et la dépossession de la souveraineté.

Nous avons diagnostiqué en 2008 la défaite historique des peuples; ce sont eux qui ont payé et qui paient l’addition de la crise produite par l’avidité des élites. On va aller plus loin, mais fois ce ne sera pas superficiel, au niveau des pouvoirs d’achat et des niveaux de vie, non ce sera au niveau des libertés, des structures, des superstructures et des cultures. Les élites vont consolider.

Publicités

10 réflexions sur “Billet. 2018, vers une nouvelle défaite historique des peuples. Les élites vont consolider leur emprise. .

  1. Monsieur Bertez.
    Vous lire est pour moi une souffrance.
    Tout simplement parce que partageant votre point de vue en tout ( aussi grâce à la mémoire de ma famille paysanne, qui a connu d’autres amères défaites annoncées, en quarante en particulier ), je n’arrive point à vous faire lire et entendre autour de moi. Tout le monde se fiche royalement de ce que vous écrivez et de ce que je relaie. Pire, plus je relaie, plus je passe pour un rabat-joie, ou un être profondément agaçant, mauvais coucheur ou tout simplement illuminé.
    Cest en cela que le système broie tout tentative de rébellion de la société occidentale, futile et désinvolte. Qui fait l’autruche. Pendant que la presse mainstream détruit, calomnie, discrédite…
    Les Autrichiens, les Polonais les Hongrois, les Tchèques… qui font ce qu’il faut pour se libérer mais que nous laissons lâchement se faire laminer.
    Un nouveau « Munich » de la part de la France, l’Allemagne… qui se couchent devant le monstre eurocratique de Bruxelles, cette soft dictature qui violera sans nul doute l’espoir de ces peuples encore clairvoyants.
    La résistance est là bas, plus chez nous je le crains. Pour tout dire, je commence à perdre espoir en notre peuple de France, dans son immense majorité du moins.
    Et encore, vous êtes libres de vous exprimer, émettre un avis diamétralement opposé… pour combien de temps encore ?
    .

    Une anecdote pour finir : une « amie » Facebook, pourtant loin d’être naïve sur les sujets que nous abordons régulièrement ici partage hier le mot « d’esprit » suivant : « en me promenant en ville aujourd’hui, j’ai failli craquer et acheter une crèche, mais heureusement je me suis vite reprise. J’ai opté pour des chaussures finalement ! »
    S’ensuit une cohorte de commentaires pour la féliciter de sa clairvoyance.

    No comment.

    Belles fêtes à vous et à vos proches tout de même. Très belles fêtes.
    Pas celles de la « magie » de Noël où on « adore » faire les vitrines.
    Les autres bien entendu. Les vraies.

    Aimé par 1 personne

  2. Vous seriez quand-même surpris de voir le nombre de gens qui se recentrent sur un mode de vie basé sur des relations sociales authentiques, une nourriture saine et…. pas grand-chose d’ autre.
    Le consumérisme, c’ était bien dans les 80’s et les 90’s. A force de se faire laminer par les crises successives et de voir son pouvoir d’ achat s’ éroder, la classe moyenne n’ aspire plus à devenir l’ archétype du yuppie de Miami cocaïné.
    Même les nouvelles idoles des jeunes, youtubers à succès, affichent plutôt un style de vie à base de voyages pas chers en AirBNB, de méditation et de séduction.
    Le BitCoin, même s’ il tient surtout son succès à la spéculation pour le moment, est quand-même le signe d’ une certaine défiance généralisée envers le système et sa monnaie fiat. Vous l’ avez déjà relevé, « le peuple sent bien que quelque chose ne tourne pas rond ».
    Tous les directeurs marketing vous le diront ; les jeunes actuels aspirent à vivre de belles expériences plutôt que de posséder. C’ est la génération NINJA (No Income No Job No Assets), qui n’ a pas d’ autre choix que de viser autre chose que le matérialisme.
    Comme vous le relevez souvent, les forces déflationnistes sont puissantes, on peut faire Paris-Londres de nuit, en bus, pour le prix d’ une chambre en auberge de jeunesse….

    J'aime

    1. Sauf que airbnb ce n’est pas le moins cher loin de là, airbnb vous fait payer le locataire et le bailleur, il y a beaucoup mieux que airbnb pour voyager, airbnb c’est une mode, c’est juste bon pour ceux qui veulent se penser dans le vent mais ça n’a rien d’innovant, ce qui vaut le coup sur airbnb est vendu plus cher qu’en direct chez la concurrence. Idem pour le reste, la soit disant économie du partage est totalement bidon, c’est juste un marketing .

      J'aime

  3. Nous pourrions en 2018 avoir de la distraction plus épicée que le « social soft ».
    Mr. Brandon Smith persiste à voir venir une autre guerre de Corée (1). S’il avait
    raison, où cela nous mènera-t-il? Peut-être pas si loin que ça, juste de quoi
    trouver prétexte à accélérer quelques mesures désagréables…
    Pour l’instant, tchin-tchin avec les vrais amis, ceux qui restent,
    et merci de votre constante implication.

    (1) « versouvaton.blogspot.fr du 6/12/2017, traduit le 18/12.

    J'aime

  4. Joyeux Noël à vous et aux vôtres Monsieur Bertez,

    Entre Henri Laborit et Fiodor Dostoïevski rien de nouveau sous le soleil pour un peu je citerais l’Ecclésiaste. Vous avez raison de faire l’Eloge de la fuite car de toute manière les peuples ne veulent pas se fatiguer à être responsables de leurs destins ils laissent cela aux Inquisiteurs.

    Depuis le lycée, depuis Candide, je sais que je ne peux que cultiver mon jardin et tant pis pour l’humanité, des millénaires ne lui ont rien appris. On ne peut être sûr que d’une chose nous ne changerons pas le monde, on peut juste tenter d’y survivre de son mieux puisque nous y sommes et qu’aucun vaisseau n’existe pour changer de planète.

    Au départ les humains sont panthéistes puis vient le matérialisme des Sumériens qui pensaient que la science allait expliquer le monde et qu’il fallait vivre l’ici bas de son mieux, Le spiritualisme des Égyptiens annonce le contraire l’importance de l’au delà, il créait le monothéisme devenu judaïsme et ce qui deviendra aussi la sainte trinité : Amon Ptha Ré, le père le fils et le Saint Esprit, 12 mois 12 apôtres et tout ce qui va suivre

    Depuis le matérialisme et le spiritualisme n’ont jamais cessé de s’affronter, depuis les sociétés féodales ont laissé la place aux monarchies, qui sont tombés de nouveau en régimes féodaux . depuis des républiques sont apparues pour disparaître, depuis …. depuis la seule constante c’est la volonté de dominer l’autre pas de l’aimer.

    Aimé par 1 personne

  5. Le bonhomme de ‘Une journée d’Ivan Denissovitch’, parvient à garder un bon sens paysan et une certaine dignité, contrairement au bon peuple de France qui réclame et se vautre dans le goulag ‘intérieur’ (qui a remplacé l’autre): Tant pis pour lui.
    Ce qui est étonnant, c’est qu’il demeure, dans ce troupeau des individus qui persistent à expliquer, raisonner, dénoncer, instruire voire même argumenter ! C’est bon pour le moral car il faut se fixer comme objectif ambitieux de ne pas mourir con.

    J'aime

  6. Cher monsieur Bertez,

    Merci pour vos écrits et commentaires, si lucides et sans complaisance.
    C’est malheureusement notre réalité .
    Cette caricature du réel qu’est devenu le monde des apparences, du paraître des signes comme vous dites si bien, réussit de plus en plus vite à transformer les peuples en esclaves consentants , de la dette, du paraître, des medias sociaux , ect.. et c’est surement le plus tragique.
    Si seulement les gens avaient le sentiment et le vouloir de devenir autre chose, s’alleger des contraintes, addictions, que vous avez decrits ci-dessus, ce pourrait , peut être devenir le moteur d’un changement .

    Je vous souhaite de belles fêtes de Noel

    J'aime

  7. Beau texte comme souvent . Pour moi, la consommation baisse parce que le grand capital n’en a plus besoin pour controler le peuple. Avant,quand le danger coco existait encore, le capital echangeait l’obeissance du peuple contre les francs ou les euros d’un salaire. Puis il reprenait cet argent en convaincant le peuple de le lui rendre contre des gadgets a la con. Maintenant, il fait plus direct en donnant moins d’euros aux salaries,ceux ci etant obliges de continuer a obeir puisque leur salaire leur permet juste de tenir jusqu’au mois suivant. Quand au mecontentement du peuple ou son desespoir, le grand capital a choisi les jeux plutot que le pain qu’il vend aux chinois desormais ( beurre,savoir ferme ,ble terre arable francaise vendu en chine…) .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s