Billet. Nous entrons dans le post-boursier ou l’hyper-boursier

Contrairement aux apparences, cet article est un article d’intérêt général.

Le rendement des Treasuries à 10 ans a fait un bond de 11 points de base pour atteindre 2,66%. Quand on a franchi les 2,5%, il y a quelques jours, les commentateurs ont imputé le mouvement à une nouvelle venant de Chine. La nouvelle était une fake-news, mais les taux au lieu de re-baisser ont poursuivi leur hausse. La fake-news était une fausse fake news comme  le vrai faux passeport du temsp de Pasqua. Voila qui caractérise parfaitement notre époque: mensonge, confusion, manipulation. Les fake news, fuites, rumeurs, ballons d’essai font partie de la panoplie de gestion des autorités.Les taux sont donc maintenant au plus haut depuis Juillet 2014.

Les taux courts montent de façon beaucoup plus décisive puisque les taux du 2 ans sont déjà à 2,07% et cela c’est le plus haut depuis septembre 2008. Pensez y , le 2 ans est au niveau de septembre 2008 , cela veut dire quelque chose; surtout si on veut bien se souvenir de la théorie de la Fed selon laquelle les taux longs ne sont rien d ‘autre qu’une succession de taux courts. Voila qui en dit long sur ce que peut être le rythme de la hausse des taux. Les taux à 5 ans sont à 2,45%, en hausse de 10 pbs. A ce niveau , les Treasuries courtes et moyennes constituent un parking très attrayant pour les investisseurs avisés ou prudents qui ont le vertige sur le marché des actions et veulent un peu de sécurité. Cette courbe des taux est une aubaine pour le futur risk-off si il vient à se développer.

Bien entendu pour l’instant il n’est pas question de risk-off, on est risk-on plein gaz.. Et ce n’est pas un taux de 2,07% pour 2 ans qui va faire concurrence à une performance de 5 à 8% sur les marchés d’action telle que celle qui vient d’être enregistrée en l’espace de quelques jours, trois semaines précisément.

La concurrence des bonds et fonds d’état viendra un jour mais ce n’est pas quand les marchés de jeu et de spéculation  performent et sur-perforement qu’on abandonne le casino, non, c’est quand on commence à perdre. Pour l’instant on a les yeux rivés sur la table de jeu et personne ne s’intéresse à ce qui va se passer ou peut se passer dans quelques mois. L’horizon est quotidien parce que c’est quotidiennement que l’on sort les gagnants.

Plus les risques sont élevés et plus on gagne n’est-ce pas? C’est la nouvelle certitude, le nouvel invariant. En 2006, on était persuadé qu’il n’y avait qu’un sens pour le prix du logement: la hausse. Eh bien maintenant on est persuadé qu’il n’y a qu’un sens pour le prix des actifs financiers: la hausse. Cet invariant, cette certitude constituent les sous jacent de toute la hausse. 

Les marchés ont appris à adorer l’incertitude, pire, les catastrophes.

Plus il y en a et plus ils s’enthousiasment. Pourquoi? Parce que pour eux c’est la certitude, justifiée, que les autorités réagiront par une politique monétaire agressive, entendez par là, généreuse. Ce n’est pas le bouton nucléaire de Trump ou Kim qui est à portée de mains, c’est le bouton des QE.

Le bon sens se trompe quand il considère qu’une page se tourne et que la normalisation monétaire signe la fin d’une époque: non c’est faux et c’est le contraire; la normalisation signe le fait que dorénavant ce sera toujours ainsi c’est à dire qu’au moindre pépin, on ouvrira les robinets. Ce qui est compris et perçu inconsciemment c’est le fait que nous entrons de plein pied dans une époque ou ce qui est anormal devient la norme. Pour sacrifier à la mode nous dirions que nous entrons dans le Post-Boursier ou l’Hyper-Boursier.

 

Nous entrons dans une époque ou la politique monétaire non conventionnelle devient conventionnelle, ou même au contraire elle va entrer dans une phase nouvelle. Car ce qui se profile à l’horizon, c’est le renforcement prochain, inéluctable des politiques monétaires répressives fondées cette fois sur l’acceptation de la banalité des taux zéro et l’enfoncée dans les taux négatifs et la lutte contre la préférence pour la liquidité/cash..

La base de la hausse actuelle , c’est le gagnant/gagnant c’est à dire la certitude que quoi qu’il arrive, cela sera favorable à la Bourse! Toutes les phases de melt-up en Bourse sont des phases ou les opérateurs sont persuadés du gagnant/gagnant. D’accord nous sommes en avance dans notre formulation, mais nous sommes absolument sûr de notre interprétation. Les banques centrales ne tolérèront rien qui puisse resserrer vraiment les conditions financières, et ce encore moins qu’avant car elles savent que la situation est encore plus fragile.

L’héroïsme des banquiers centraux, pour se moquer de Bernanke le héros,  est garanti .Alors pourquoi s’inquiéter des péripéties seul compte le sens de l’histoire. C’est cette conviction, non formulée qui fait que l’on se  moque bien des accidents qui peuvent/vont intervenir en cours de route, sur le chemin de la tentative de normalisation, on fait l’impasse. 

Le ralentissement des achats de titres à long terme par les banques centrales est temporaire; la contraction de la taille de leur bilan l’est également bien sur; le blocage du financement du gouvernement américain, le Shutdown est un pantalonnade, la forte progression des besoins de financement et refinancement de tous les gouvernements est un épouvantail pour débiles, , etc etc. Toutes les incertitudes, tous les risques sont considérés comme dérisoires face à la certitude que l’on est dans  l’Inflationnisme,  que l’on ne peut plus en sortir et qu’il permet de tout reporter. .

Ce qui compte maintenant, c’est l’expérience, l’apprentissage: les marchés ont appris et ils en tirent les conclusions. Ils savent que la situation est une impasse et que c’est marche ou crève. On a inflaté les bilans des banques centrales de 14 trillions, on a créé 60 , voire 80 trillions de dettes longues de plus , on a mis certains taux à zéros, d’autres sont négatifs, on a gorgé les entreprises de dettes de qualité pourrie, tout le monde en a plein la gueule, le leverage direct est considérable, le leverage indirect par les dérivés est astronomique, les ETF sont une bombe atomique d’illiquidité et d’inefficacité,

Tout va très bien madame la Marquise.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Billet. Nous entrons dans le post-boursier ou l’hyper-boursier

  1. pour pousser la dérision toujours plus loin, et délirer un peu, imaginons une des solutions ,
    pour éviter que cettte dérive planifiée et presque totalitaire ne s’effondre , comme la banque centrale du Japon : tout acheter
    toutes les dettes pourries , les dette hypoth;caires, les dettes souveraines (pour capper les taux indefiniment et eviter le dégonflement-l’éclatement , synchronisé, de toutes les bulles) créer des bad banks gigantesques ,
    acheter les stocks pour qu’il y ait toujours des acheteurs sur les marchés, les ETF
    et quand les banques centrales auront acheté toutes les dettes pourries , les dettes anciennes et bien, il n’y aura plus qu’a les ..effacer
    et le système sera purgé presque sans douleur et prêt à repartir!
    dans l’entretemps à la moindre panique , baisse non planifié, controlléee, interdire de shorter les obligations souveraines, le High Yield, les stocks..ect. et injecter des liquidités pour soutenir tous les cours.
    Rien ne semble devenu ni extravagant ni impossible

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s