En route pour l’Inflationnisme redoublé!

Les choses se précisent: l’inflation commence à prendre racine; comme le disent les pseudo spécialistes, « les pressions sur les prix des biens et des services commencent à s’accumuler ».

D’où les préparatifs: on prépare les opinions publiques à une accélération de la hausse des prix. Ben voyons! Feignons de diriger ces évènements que nous ne pouvons contrôler n’est-ce pas! 

Ainsi le Vice Président de la Fed , Dudley propose que l’on laisse filer l’inflation, même si elle dépasse les 2%: « je suis clair, un petit dépassement transitoire de notre objectif d’inflation ne serait pas un problême ».

En clair même si l’inflation accélère et dépasse les objectifs, la Fed ne répondra pas par  une accélération de la hausse des taux.

On s’en doutait, lisez notre dernier billet, non seulement on ne sort pas de l’Inflationnisme mais on s’y enfonce;  c’est le sens de cette affirmation de Dudley qui crève de peur que l’on soit obligé de monter les taux, de peur de voir les marchés tanguer et la crise financière montrer à nouveau son horrible tête.

On prépare à l’inaction de la Fed face à l’inflation parce que l’on sait que l’on ne peut agir sans prendre de  risque colossal  pour la stabilité financière. Ah les braves gens! 

Par ailleurs comme vous le lirez dans la dépêche suivante on se donne les moyens bancaires d’accompagner cet inflationnisme redoublé en libérant les banques des contraintes de capital! On va baisser les contraintes de capital donc la sécurité pour qu’elles puissent à nouveau augmenter leur leverage, c’est dire leur capacité à spéculer. Des centaines de milliards vont ainsi être libérés pour la spéculation. ce qui équivaut à hausser considérablement les risques auxquels sont exposés les déposants. Seule la FDIC, l’organisme qui garanti les dépots bancaires s’y oppose, mais tout le monde s’en fiche. 

Lisez les dépêches ci dessous.

January 19 – Bloomberg (Rich Miller): “Federal Reserve policy makers are openly voicing their willingness to accept above-target inflation even as price pressures are beginning to build. ‘Let me be clear: A small and transitory overshoot of 2% inflation would not be a problem,” William Dudley, president of the Federal Reserve Bank of New York, said… ‘Were it to occur, it would demonstrate that our inflation target is symmetric, and it would help keep inflation expectations well-anchored around our longer-run objective.’ Such talk suggests that the central bank won’t respond willy-nilly to mounting price pressures with significantly stepped-up interest rate increases.”

January 19 – Bloomberg (Jesse Hamilton): “The Federal Reserve is working to relax a key part of post-crisis demands for drastically increased capital levels at the biggest banks, according to people familiar with the work, a move that could free up billions of dollars for some Wall Street giants. Central bank staffers are rewriting the leverage-ratio rule — a requirement that U.S. banks maintain a minimum level of capital against all their assets — to better align with a recent agreement among global regulators… The people said the Fed effort is drawing opposition from the Federal Deposit Insurance Corp., an agency with authority over banking rules that’s still led by a Barack Obama appointee.”

Les pressions inflationnistes  selon la NY Fed.

Publicités

4 réflexions sur “En route pour l’Inflationnisme redoublé!

  1. ben oui les prix vont monter parce que les banquiers vont speculer a fond sur les matieres premieres: le petrole monte puisque que l’hiver en occident est assez froid. Le but est de prendre une part du prix que les gens d’en bas sont obliges de payer pour consommer les produits de premiere necessite. On s’empare de l’epargne des classes moyennes et d’une partie de la valeur de la consommation parce que laisser tant de monnaie ( droit sur la production future) entre les mains des gens c’est autant d’occasion de controle en moins.
    Seul moyen de se defendre amha,tout de suite sous-consommer si les prix se mettent a augmenter,histoire de faire comprendre aux banksters que l’on ne veut pas du mistigri.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce qui estprofondément vrai et e st très fort c’est que c’est au niveau des choix individuels que la résistance doit commencer.
      On ne peut vouloir que le « tout » change et en même temps ne rien changer pour soi, or c’est ce que la majorité, de gens veulent; même chez les rebelles.
      C’est toujours la même chose , le changement c’est pour les autres: « armons nous … partez ».

      J'aime

  2. Bonsoir Mr Bertez,
    Merci pour votre article et merci à Calal pour son commentaire très percutant (paris sur le pétrole pour capter notre épargne car nous sommes dans l’obligation de consommer … je ne voyais pas les choses ainsi mais c’est si clair ! … ). Merci aussi de nous aider à « résister » c’est fort important à mes yeux de bien le faire …

    Je reviens sur la difficulté pour les non initiés de bien comprendre les concepts économiques (où comment « ils nous enfument avec une déconcertante facilité »). Par exemple, vous qui voulez désenfumer tout cela, vous utilisez dans cet article « inflationniste » et « inflation ». Avant, je croyais en une causalité (une politique inflationniste vise à causer de l’inflation … par exemple pour éviter artificiellement une déflation).
    Aujourd’hui, si je comprends bien vos articles, la politique inflationniste est celle des QE + taux bas (produisant de la monnaie crédit/dette, donc créant une hausse du bilan des banques, appelée inflationniste). Étonnamment, celles-ci n’ont pas causées d’inflation réelle, qui se calcule / reflète dans les prix des biens et des services. Cette inflation est en berne depuis belles lurettes (explications possibles : globalisation -made in china-, nouveauté technologique, concurrence des entreprises zombis etc … entraînent une vraie déflation en Occident). Il semble d’après vos très récents articles que la belle au bois dormant se réveille (a moins que se ne soit le réveil du dragon destructeur…).

    Ce qui était la norme aux temps d’avant: Quand l’inflation partait à la hausse il fallait augmenter les taux pour ne pas injecter trop facilement de nouvelles liquidités dans le circuit économique (ie. pour ne pas ajouter de l’huile sur le feu).
    Aujourd’hui, bahhh …. on a déjà inondé le monde de liquidité et retirer les perfusions aux malades (entreprises et états zombis) serait plus dévastateur qu’ajouter un petit boost à l’inflation (celle des prix)…

    Ai-je bien compris ? …
    Reste que le concept d’inflation me semble aujourd’hui trop vaste, recouvrant trop de réalités diverses. Le prix des « biens et des services », il y en a 100: l’énergie, les matières premières (celles que l’on ne voit pas directement car dans l’industrie), le prix de l’or (qui ne sert même plus vraiment dans l’industrie), les biens de consommation de base (lait, farine, légumes, viandes), les produits hight-tech / de luxe (dont on peut très facilement se passer), etc … sans parler que cela aussi avoir un lien avec les salaires et l’immobilier …
    Ultra complexe ce truc (mais c’est le coeur de nos vies qui est là, notre modèle sociétal).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s