Editorial: Votre gouvernement va vous presser le citron pour le compte des banquiers et des kleptocrates.

« Création d’une police fiscale, instauration d’un plaider coupable pour les contribuables poursuivis en justice et publicité des sanctions pour fraude fiscale aggravée, le projet de loi anti-fraude présenté mercredi en conseil des ministres vise à renforcer les pouvoirs d’enquête et de sanctions de l’administration ».

Dans les temps anciens, le souverain confiait le recouvrement des impôts aux fermiers généraux, lesquels fermiers généraux furent bien souvent à l’origine des institutions bancaires. Ou semi-bancaires. Ils furent à l’origine de certaines grandes familles bourgeoises qui, par la suite ont prêté des capitaux aux gouvernements. Ce sont les même familles qui se sont enrichies en pillant les Biens Nationaux bradés par la Révolution, pillage que cette bourgeoisie a fait semblant de payer avec des billets émis par les Révolutionnaires , billets qu’ils ont ramassé pour une bouchée de pain alors que leur valeur était dépréciée.

En ces temps là, le monde marchait sur ses pieds. 

De notre temps on marche sur la tête, ce sont les gouvernements qui encaissent les impôts pour le compte des banquiers, des financiers, des grandes familles et des dynasties bourgeoises. Dynasties bourgeoises hors d’atteinte de tous les fiscs car planquées dans les trusts anglo saxons.

Tout ce beau monde a tellement prêté aux gouvernements que les limites de la solvabilité ont été atteintes et qu’il faut racler les fonds de tiroirs,  bref il faut instaurer une police d’état, fiscale afin de pouvoir faire face aux échéances de la dette nationale due aux prédateurs financiers.

L’état est devenu le collecteur des fonds qui doivent être reversés aux banquiers, le collecteur des intérêts et des remboursements si il veut que l’on continue de lui prêter et ainsi renouveler ses dettes. Le serf de la dette c’est l’état, c’est lui qui a perdu sa liberté et c’est la raison pour laquelle cet état, se transforme en policier afin de vous faire rendre gorge.

Ne me parlez pas de la légitimité de l’impôt, il y a longtemps que nous sommes sortis de cette légitimité, les obligations constitutionnelles ne prévoient nullement  le niveau actuel des confiscations, nullement l’usage effréné de la répartition/redistribution  et encore moins les nivellements égalitaires; ils prévoient une juste et raisonnable contribution  à la couverture des frais de la Nation.

C’est une procédure terrible et bien peu se rendent compte de ses ravages. En effet si le fermier général est un prédateur pour le compte du roi, c’est lui qui est haï. C’est lui que l’on craint et que l’on méprise. C’est d’ailleurs dans certains pays l’origine du racisme , car les encaisseurs étaient bien souvent d’une confession et de caractéristiques bien typées. Le roi en fait s’en sortait indemne, on oubliait que c’était pour lui que les impôts étaient levés et encaissés et on dirigeait sa haine contre les bras séculiers de ces encaissements, prédations, spoliations  et prébendes.

Si vous faites comme cela  se fait maintenant c’est à dire si vous transformez le gouvernement en encaisseur, vous transformez  le souverain en prédateur pour le compte des banquiers. Vous dépréciez votre propre gouvernement, vous le haïssez, et vous laissez indemnes les banquiers. Vous allez haïr les gabelous et la police fiscale, par amalgame vous allez en vouloir à votre Gouvernement. Et c’est l’un des buts des milieux d’affaires que de faire en sorte que vous, citoyen détenteur d’une parcelle de souveraineté, vous haissiez ceux qui sont censés vous représenter!

La post-modernité, l’hypercapitalisme,  reposent sur la destruction des pouvoirs des gouvernements élus et leur remplacement par des institutions supra-nationales non élus, qui agissent de loin, par directives; elles restent   cachées mais elles  imposent, comme le font par exemple les autorités de Bruxelles, les Nations Unies etc.

En pratique,  vous en arrivez à méprisez votre Gouvernement, le votre, celui qui vous représente, vous le méprisez et refusez de le soutenir car il est le bras séculier d ‘autres pouvoirs. Et plus vous le méprisez, plus vous l’affaiblissez et plus ces fameux autres pouvoirs se frottent les mains; vous vous affaiblissez vous même!

Le monde moderne est une lutte tripartite , pour simplifier et dans cette lutte ce qui est important ce sont les alliances; si les gouvernements tombent du côté du business et des kleptos vous êtes foutus , si les gouvernements tombent du coté du peuple, vous avez une chance de vous en  sortir. D’ou l’enjeu, le vrai enjeu du populisme: l’enjeu du populisme c’est la position du gouvernement face aux dominants, face aux kleptos. Hélas les chefs populistes sont des nuls ils ne comprennent ni leur raison d’être ni les enjeux. Ils sont prisonniers de visions mystifiantes, conventionnelles, idéologiques  de la réalité. Ils sont comme je le dis, dans la bouteille. 

Par la fiscalité, par les  politiques de régression, sociale, par les politiques de mise en concurrence des travailleurs, vos gouvernements se rangent du côté des dominants, et bien entendu, Macron  plus que tout autre. Il est le type même du mystifié/mystifiant/mystificateur. Cela dit, socialement, c’est une victime plus qu’un traître , il est étranger à ses propres origines sociales, il a été séduit, berné, ébloui. Il sert lui aussi en quelque sorte de fermier général au service d’autres intérêts. 

.J’ai soutenu lors de la crise de 2008 l’idée que les peuples devaient faire alliance avec leurs gouvernements, les soutenir afin de les aider à faire face aux banquiers qui exigeaient que leurs créances soient honorées. En 2008, il fallait serrer les coudes,  faire bloc avec les gouvernements élus et faire le pied de nez aux banquiers. Hélas les hommes politiques sont stupides, incompétents, à courte vue, ils sont financés par les ultra-riches et surtout, tous leurs conseillers viennent de la Banque. Peine perdue donc les politiciens sont resté sous influence, aucun sursaut!  Peine perdue, car les peuples ont continué de haïr leurs représentants  et ils n’ont pas mis les banquiers en prison. L’opprobre, c’est Sarkozy, Hollande et autres qui l’ont subie. C’est leur tête , la leur qui a été mise symboliquement au bout d’une pique. Ils ont subi alors qu’ils n’ont été que faibles, incompétents et trompés par leurs conseillers. Si ils avaient été fidèles à leur mandat, celui qui était donné par les peuples, alors, ils auraient fait un bras d’honneur aux banques, ils auraient organisé la restructuration des dettes, auraient établi un moratoire et un Jubilé pour ce qui ne pouvait être remboursé et les banquiers seraient allé se faire rhabiller. On les aurait mis sous tutelle. Hélas la lâcheté et l’incompétence ont pris le dessus, les gouvernements ont imposé l’austérité aux peuples, ils ont augmenté les impôts , fait la chasse aux contribuables, bref ils se sont comportés comme les larbins des banques et je dirais même des usuriers. En effet , même si les taux sont bas, il ne faut pas oublier que les taux réels imposés au public sont élevés et surtout que les gouvernements ont prêté main forte aux banquiers afin de supprimer la rémunération des avoirs bancaires des épargnants, c’est à dire qu’ils ont supprimé les coûts d’accès des banques à votre argent . 

L’entreprise décrite ci dessous est scélérate, mais le projet va passer comme une lettre à la poste car il joue sur l’envie, sur les divisions des Français. La propagande a fait son oeuvre, le contribuable est présumé criminel, c’est la pénalisation. L’inquisition fiscale  débouche sur une police d’exception qui n’en doutez pas sera utilisée politiquement comme c’est déjà le cas aux USA pour neutraliser les rebelles ou opposants. 

Au nom de la fiscalité et de la pseudo justice le gouvernement, et ses sbires  peuvent tout, absolument tout imposer, y compris le plus scandaleux , les contrôles, les droits exorbitants, le viol de la vie privée, la délation. Ah le fameux « plaider coupable », on en voit les ravages aux USA! 

Le monde que les Macron, les Darmanin veulent vous imposer pour plaire à leurs maîtres symbolisés par cette couverture non innocente. Et pendantce temps alors que vous n’avez plus le droit à aucun secret, on vote en cachette la loi qui instaure le secret du business, le secret des affaires! Ah les braves gens!

 

En tant que citoyen, vous n’avez aucune autre parade que celle de … vous adapter. Vous adapter mais en pensant juste: si les conditions que l’on vous fait pour exercer votre activité ne vous conviennent pas, ne trichez surtout pas, c’est ce qu’ils souhaitent,! Non, cessez de vous fatiguer, cessez d’entreprendre, vivez votre vie, pas la leur.

Si la récompense nette d’impôts de votre activité est insuffisantes, faites grève. Comme le capital qui refuse de s’investir quand le profit est trop faible.  Si vous le pouvez, partez;  si vous ne partez  pas faites comme si vous étiez partis, mettez vous à l’écart, cessez de participer et de vous faire exploiter. 

Vers la création d’une nouvelle police fiscale en France

https://www.boursier.com/actualites/reuters/vers-la-creation-d-une-nouvelle-police-fiscale-en-france-217555.html

Création d’une police fiscale, instauration d’un plaider coupable pour les contribuables poursuivis en justice et publicité des sanctions pour fraude fiscale aggravée, le projet de loi anti-fraude présenté mercredi en conseil des ministres vise à renforcer les pouvoirs d’enquête et de sanctions de l’administration.

Cet exercice presque traditionnel de tous les gouvernements – une première loi avait été adoptée en 2013 dans la foulée de l’affaire Cahuzac sous François Hollande avant d’être complétée par la loi Sapin 2 de 2016 – est aussi présenté comme le pendant du texte symbole du nouvel exécutif sur le « droit à l’erreur ».

« C’est parce que nous baissons les impôts et que l’Assemblée a voté un texte qui permet de traiter de façon plus bienveillante les contribuables de bonne foi que la fraude fiscale devient encore plus insupportable », déclarait en janvier le Premier ministre Edouard Philippe.

L’enjeu est de lutter contre des pratiques des entreprises comme des particuliers qui, selon les estimations, coûteraient près de 60 milliards d’euros par an à l’Etat.

Le texte porté par le ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin renforce les pouvoirs d’investigation de l’administration des impôts avec la création d’une police fiscale dépendant de Bercy.

Constituée d’une cinquantaine d’agents, cette unité, qui travaillera avec les 250 officiers de douane judiciaire existants, pourra être saisie par le parquet national financier pour les dossiers de fraude les plus pointus, avec pour objectif d’en accélérer le traitement.

On fait valoir au ministère que, dans le dispositif actuel, il faut six ans pour purger le stock des quelque 250 dossiers judiciaires de fraude fiscale en instance, qui représentent un montant global de l’ordre de cinq milliards d’euros.

Toujours pour raccourcir les procédures, un « plaider coupable » sera instauré pour les contribuables poursuivis en justice, avec possibilité d’accepter les sanctions proposées.

LE « VERROU DE BERCY » EN SUSPENS

Le fisc aura enfin la possibilité de publier ses sanctions, un recours à la technique anglo-saxonne du « name and shame » qui visera plus particulièrement les entreprises.

Le texte prévoit d’autre part des sanctions administratives contre les « intermédiaires » qui contribuent à des schémas de fraude, avec des pénalités d’un minimum de 10.000 euros et pouvant aller jusqu’à 50% de leurs honoraires.

Dans le même temps, Bercy va mettre en place un guichet de régularisation pour les entreprises « de bonne foi » et publiera systématiquement les réponses aux questions des entreprises sur les schémas fiscaux si elles sont jugées d’intérêt général.

Le projet complétera par ailleurs des dispositions des précédentes lois anti-fraude en précisant par exemple les obligations de déclaration des plates-formes internet comme Airbnb sur les revenus qu’elles génèrent et l’identification de leurs utilisateurs.

Un des chantiers les plus complexes de la lutte anti-fraude tient à l’exploitation des données des diverses administrations. Le projet de loi devrait permettre de lever un certain nombre d’obstacles persistants au croisement des fichiers.

« Jusqu’à maintenant, le data mining était quelque chose d’expérimental dans l’administration fiscale. On passe à l’échelle industrielle », explique-t-on à Bercy, en indiquant que les effectifs des équipes spécialisées seront renforcés, par recours notamment à des spécialistes extérieurs.

« Le data mining représente aujourd’hui 10% des contrôles. On vise 20% en 2018 et l’objectif c’est atteindre à terme 50% », dit-on au ministère.

La présentation de ce texte intervient alors qu’une commission d’enquête de l’Assemblée nationale planche sur le très contesté « verrou de Bercy », le monopole exercé par l’administration sur les décisions de poursuite judiciaire en matière de fraude fiscale.

Gérald Darmanin, qui doit être entendu par cette commission, s’est dit favorable à l’amélioration du dispositif mais refuse d’envisager sa suppression. Le dossier pourrait être traité dans le discussion du projet de loi.

Publicités

12 réflexions sur “Editorial: Votre gouvernement va vous presser le citron pour le compte des banquiers et des kleptocrates.

  1. Bonjour Mr Bertez,
    J’ajoute mes modestes remerciements pour vos éditos: effectivement, ceux traitant de politique sont encore plus marquants et importants que vos décryptages et analyses économiques.
    Merci aussi à Jessé pour la notion très pertinente d’exil intérieur: j’ai déjà pris la résolution de m’y mettre dès l’année prochaine, changeant volontairement de poste pour réduire la voilure pro et vivre ma vie comme vous dites…

    J'aime

  2. Magnifique..tout est dit…désespérant de vérité et de clairvoyance!
    Et vu le comportement abruti « smartphonisé » d’une très large majorité de nos con-citoyens
    je propose la « chute » qui manque à votre très bon édito : LES CAROTTES SONT CUITES!!

    J'aime

  3. faut-il recommencer 1789 ???

    article 35 des droit de l’homme qui a ete supprimé!!!!!!

    article XXXV
    Quand le gouvernement viole le droit du peuple,l’insurrection est pour le peuple,
    et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits etle plus indispensable
    des devoirs.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s