Essai: trop de dettes face à trop peu de dollars: le vrai problème, la cause des accidents futurs. Surveillez les accidents financiers.

Le marché américain s’est fortement redressé hier en séance  dans une sorte de buying panic , frénésie d’achats qui ne peut provenir que du découvert.
Les places européennes ce jour sont dans les même dispositions: rachats tous azimuts. Pourquoi pas?
Les traders se précipitent pour attaquer les marchés croyant à chaque fois que : cette fois c’est la bonne! Et ils prennent leur claque.
Pourquoi? Parce qu’ils vendent plus et plus vite que la réalité n’évolue et qu’ils anticipent sur des ventes du portefeuille qui ne viennent pas: le sentiment reste bullish sur le fond. Les shorts n’ayant pas compris fondamentalement les marchés sont à chaque fois étrillés. 
Ce n’est pas pour cela qu’un jour ils n’auront pas raison et surtout ce n’est pas pour cela qu’il faut continuer de participer à un mouvement vers la ruine/spoliation. Les portefeuilles , si on tient compte du risque ne gagneront plus rien, sauf si un jour cela va très mal et qu’il faut revenir aux QE. Ils ne gagneront plus rien mais ils seront laminés par des pièges, des mouvements en escalier, des yoyos  qui entretiennent l’espoir, l’espoir que la correction est terminée.
Je vous rappelle ce qu’il est important de ne jamais perdre de vue dans les baisses; les causes sont toujours circonstancielles, il faut toujours des catalyseurs pour les enclencher, mais sur le fond les baisses sont surdéterminées. Une cause peut disparaître, les autres restent. 
 
Surdéterminées, cela signifie qu’il y a d’autres causes, qu’elles sont enchevêtrées et surtout qu’il y a des causes mineures et des causes majeures.
 
Ici la vraie cause de la baisse, la cause majeure,  c’est le changement de régime monétaire, l’argent, le crédit vont devenir plus rares et plus chers et donc la désirabilité du cash va augmenter  par rapport aux actifs financiers comme les  actions et les bonds.
Depuis Novembre 2017 , on cesse de créer du dollar et le crédit produit aux USA est en recul. On a monté/gonflé  le prix des actifs tant que l’on a produit du dollar  et maintenant on va retirer du dollar de base,  du dollar high powered tout au long de 2018 et 2019. on va donc produire de la baisse du prix des actifs.
Tout serait simple et il n’y aurait qu’à vendre si malheureusement les maîtres du monde n’avaient pour objectif de vous baiser!
Ils sont coordonnés les diables  c’est a dire qu’ils embrouillent le jeu: la Fed détruit du dollar mais la BCE et la BOJ continuent de créer des yens et des euros , ce qui fait qu’en réalité la liquidité mondiale ne baisse pas encore! Elle baisse mais vous ne le voyez pas, elle baisse loin de vos regards de non initiés, elle baisse au coeur du système c’est à dire au niveau du refinancement des banques, au niveau de l’eurodollar.
C’est dans l’opacité des marchés non grand public que se manifeste la rareté du dollar .
Le dollar funding va être plus rare en particulier pour les agents, banques et emprunteurs qui n’ont pas d’accés au dollar , et cela se voit déjà dans les tensions sur le spread LIBOR-OIS qui atteint 60 pbs. Cela se voit dans les difficultés de certains débiteurs en Chine ou en Turquie par exemple.
Le régime monétaire et bancaire change; nous sommes entrés dans une phase de destruction de dollars, destruction de monnaie à haut pouvoir, high powered money, de monnaie banque centrale. Il y a dans le système trop de dettes pour pas assez de monnaie. Et certains vont courir pour faire face à leurs obligations. Cela devrait se faire sentir surtout hors des USA et en Chine.
Le phénomène n’est pas compris en général car cette tension sur le dollar funding ne se manifeste pas au grand jour, sur les marchés grand public. Le dollar index reste dans les 90. Mais la rareté est là et elle se manifeste dans les spreads. C’est à dire au niveau quantitif , pas au niveau apparent des prix. Et dans les coulisses, car certains gros emprunteurs en dollars sont déjà en mauvaise position.
« Le dollar grand public » reste déprimé, certainement pour des raisons politiques d’une part et certainement, pour une autre part, en raison des incertitudes sur l’inflation future aux USA.
 
Par ailleurs le consensus en faveur de la croissance globale synchronisée a masqué le changement de régime monétaire, mais cette croissance globale synchronisée a cessé d’être l’objet du consensus.
 
Lorsque les cause circonstancielles disparaissent les marchés remontent, mais c’est en général un piège. 
Si mon interprétation est la bonne, on devrait avoir des craquements bientôt dans les secteurs du crédit au niveau global, pour des gens qui n’ont pas de base en dollar, pas accès facile au dollar funding. Soyez vigilant, c’est là que cela se passera.
je suis persuadé que Powell n’est pas Yellen ou Bernanke et que ceux qui comptent sur lui pour changer  le plan de destruction de dollar, le PNP, le plan de réduction  du bilan de la Fed se trompent; Powell est un inflationniste lui aussi mais pour l’instant il rêve d’avoir plus de c……s que Yellen. 
L’orthodoxie se trompe fondamentalement , il n’y a pas d’excès de liquidités dans le système mondial, c’est le contraire qui est vrai: il n’y a pas  assez de liquidités/ dollars  par rapport à la masse colossale de dettes qu’il faut honorer, par rapport à la masse de promesses qu’il faut valider .
Nous sommes en régime financiarisé, pas dans un régime économique normal.
Si cela est vrai, si nous avons raison, il y aura des craquements dans le crédit et contrairement aux attentes il n’y aura pas d’accélération durable de l’inflation.
Trop de dettes en regard de trop de liquidités = déflation, pas inflation.  La quantitté de liquidités dont le système a absolument besoin n’est pas déterminée par l’économie réelle mais par la finance et la masse de  dettes/promesses qu’il faut soutenir, il faut continuer, pepétuer l’illusion du money-like. C’est la pyramide sur la pointe du système qui dicte la masse de liquidités nécessaire à la stabilité financière. Et si on fait une analyze radicale de la fonction des QE, elle est simple, les QE permettent d’augmenter la proportion de money de base face à la fragilité de la pyramide financière. 
En clair il y a contradiction absolue entre les besoins de l’économie qui est très près du potentiel et les besoins de l’ogre financier qui a besoin d’un apport continu de dollars pour rester en ordre!
Pour l’instant je parie sur les « guts » de Powell, il est inflationniste pour l’économie mais il aimerait ne pas l’être pour la finance et donc tenir bon dans le plan de réduction de la taille du bilan de la Fed.
Nous en reparlerons. 

En Prime: le narrative VS la verité
Pimco ment, ce n’est pas l’économie qui a besoin de taux bas et de dollars en toutes quantités, c’est la sphère financiere, mais chut, il ne faut pas que cela soit et que cela se sache.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s