Billet. Le gouffre franco-allemand; ni la convergence forcée, ni les transferts ne sont réalistes.

Macron  a encore demandé aux Allemands d’abandonner leurs fétiches, sur les excédents budgétaires et commerciaux. Il croit que ces fétiches sont des choix politiques; il se trompe, il sont culturels. Ils sont enracinés. Ils sont incrustés dans les gènes des hommes et dans les structures du pays. Et plus la France réclamera leur abandon, plus le fossé se creusera entre la société Allemande et la société Française; et  sous les pressions, en même temps, le système politique Allemand se morcellera, se fragmentera.

Ni la convergence forcée, ni les transferts ne sont réalistes.

Draghi demande des dispositifs spéciaux afin de faire face aux futures crises de surendettement des pays du sud et des Corporate, il dit à juste titre que les mesures monétaires et autres injections de liquidités ne suffiront pas et il a raison. Mais ce qu’il demande, une solidarité budgétaire, des transferts, des dons,  ne marchera pas non plus, car la société Allemande et ses élites refuseront  le suicide. La société allemande s’adapte au monde, au Grand Large, pas à la France

La seule solution est d’admettre la spécificité de chacun , les cultures, les spécialisations économiques différentes, les géographies, les histoires, les points forts et points faibles différents etc; bref la seule solution est de prendre le réel tel qu’il est au lieu de le nier magiquement. Il faut accepter  de considérer que le changement imposé d’en haut ne marche pas et que le changement venu d’en bas est lent, qu’il se fait non au rythme des générations mais au rythme de l’histoire. .

Comment organiser et gérer les différences au lieu de rêver de les gommer par miracle, voila la seule attitude réaliste. Et démocratique…

La mise en place d’un dispositif monétaire avec deux monnaies est une des voies à explorer. Les travaux sur ce sujet existent.

Note: Si ma tante en avait deux, on l’appellerait mon oncle!

Ou bien :

Si la grenouile avait des ailes elle ne retomberait pas bêtement sur son cul!

Certains en observant le graphique ci dessous, en obervant ce gouffre vertigineux qui se creuse malgré les violences faites aux Français, certains disent que si Sarkozy , Hollande et les gouvernements qui ont précédé avaient fait les réformes nécessaires, alors nous n’en  serions pas là.

C’est le discours de Macron actuellement, il rejette la responsabilité sur la lâcheté de ses prédecesseurs. C’est une attitude magique, d’enfant gaté à sa memère. Une attitude d’enfant-roi dans le regard de sa mère. Le réel est ce qu’il est et il est le fruit d’un équilibre: tout ce qui existe est en équilibre, tout ce qui bouge traduit une modification d’équilibre.

Les gouvernements français auraient,selon lui, raté les changements de structure du capitalisme global du 21e siècle. En particulier les mutations de la concurrence, de la finance et des marchés du travail. Ce faisant ces idiots-selon lui- auraient desservi le pays et l’auraient fragilisé. Si ils avaient écouté les intellectuels en chambre -pardon en finance- comme Macron nous n’en serions pas là!

Macron oublie que la politique, l’état, le gouvernement sont le reflet  de la société, ils sont une expression des contradictions du moment et la nomination de telle ou telle personne ne tient pas du hasard elle est surdéterminée.

Sarkozy exprime quelque chose, Hollande exprime quelque chose, Chirac exprime quelque chose de la situation du système français, tout comme Berlusconi et le Mouvement 5 Etoiles ou la Liga en Italie: le Pouvoir est un compromis.

La question est de savoir si Macron exprime vraiment quelque chose et c’est la question centrale depuis la campagne électorale, Macron exprime-t-il  autre chose que l’alliance conjointe du Medef, des Banques Internationales, des kleptos, des Cronys , des Hauts Fonctionnaires Européistes détaxés qui défendent leurs intérêts de classe?

Les analystes ont été quasi unanimes à analyser l’élection de Macron comme une entourloupe, une mystification: les électeurs ont voté sans connaissance de cause, ils ont voté sur une image publicitaire ; j’ai écrit que le consentement était vicié, dolosif. Il n’y pas d’adhésion aux choix de Macron, pas de mobilisation positive, pas d’élan , pas de « en avant ».

Certes le refus ne se manifeste pas par la mobilisation dans les rues comme voudrait le faire Melenchon, mais c’est parce que la modernité est ainsi faite, d’égoisme, de passivité et de sublimations. On sublime sa colère dans et sur les réseaux sociaux, on se rebelle en simulacre. Mais ce n’est pas pour cela que les réformes de Macron vont marcher, au contraire elles seront ineffectives; elles seront un cataplasme sur une jambe de bois car elles ne sont pas voulues d’en bas, elles ne libèrent aucune énergie.

La société française , la politique française, la fragmentation politique, la lacheté des gouvernants, le populisme, tout cela traduit le mode d’adaptation du système français à la situation globale et aux contradictions contenues dans cette situation.

Vous avez dit convergence?

 

Publicités

10 réflexions sur “Billet. Le gouffre franco-allemand; ni la convergence forcée, ni les transferts ne sont réalistes.

    1. Non c’est irréaliste. Au plan pratique, c’est trop perturbant . Transition trop douloureuse. Aucun soutien populaire pour cela.

      L’une des solutions c’est la création d’un système ou la monnaie unique est transformée en monnaie commune et ou coexistent des monnaies nationales réintroduites qui s’ajustent en temps réel à cette monnaie commune en fonction des besoins souverains de chaque participant à la Construction. Il est prouvé que ce système permet la recherche d’optimums nationaux , il est d’ailleurs proposé par certains en Italie. Il a été étudié par la Banque d’Angleterre en son temps lors de la crise de la Livre.

      Doc: B. Lietaer dans Rethinking Money: How New Currencies Turn Scarcity Into Prosperity

      J'aime

      1. Magnifique billet Mr Bertez, d’un bon sens écrasant.

        Les « réformes » de Macron verrouillent la société au lieu de lui donner de l’air.
        Comme vous dites « elles ne libèrent aucune énergie » et c’est grave parce que
        les énergies non libérées ne se volatilisent pas, elles s’accumulent, et un
        jour exploseront.

        La solution à deux monnaies est la seule viable. Elle permet l’adaptation
        nationale et le maintien de l’euro, indispensable face au yuan et au dollar.

        J'aime

      2. Deux monnaies ? C’est irréaliste à mes yeux.

        D’abord, je ne suis pas sûr qu’économiquement, cela fonctionnerait.

        Mais, surtout, le problème est politique.

        Les idéologues sont des gens qui pensent que, si le réel dément leurs théories, c’est le réel qui a tort. A cet aune, les européistes sont de purs idéologues. Il est donc hors de question qu’ils cherchent une solution à un problème dont ils nient l’existence.

        Pour eux, non seulement l’Euro n’est pas un problème mais c’est une solution.

        C’est pourquoi je ne crois pas à cette solution des deux monnaies. L’éclatement de l’Euro ne se fera pas dans la négociation mais, comme la fin de l’URSS et pour les mêmes raisons, dans le chaos et dans la panique. Ca sera un sauve-qui-peut général. Dans ces conditions, je ne vois pas (peut-être que je manque d’imagination) comment garder une monnaie commune.

        J'aime

      3. Pourquoi créer un système à deux monnaies, pourquoi ne pas revenir au système des monnaies nationales ? Il est aussi prouvé que le système des monnaies nationales permet la recherche d’optimums nationaux ! Ca n’empêche pas de s’accorder sur certaines choses avec des pays de notre choix sur une durée de notre choix en fonction des besoins souverains de chaque participant. Quelqu’un peut-il expliquer quels sont les avantages réels du système à deux monnaies hormis faire perdurer l’illusion sur l’UE. Ce n’est pas une question hypothétique, je suis vraiment intéressé de comprendre !

        J'aime

      4. La monnaie est une question de très haute technicité et malheureusement , les problèmes qu’elle pose ne sont pas abordables par le biais de simples opinions , à l’emporte pièces, fussent ellles de bon sens.

        Les couts de changement de régime monétaire et de régime de changes sont colossaux car le système repose sur une masse considérable de contrats et promesses exprimées en euros.

        La question centrale qui se pose du fait de l’existence et du monopole de l’euro est celle de la transition.

        On ne peut imaginer un changement de régime monétaire sans transition.

        Il faut traiter de multiples questions complexes comme celles des dettes, des créances, des conversions, des contrats , des réserves, etc etc. Sans compter celle des parités relatives.

        Les experts de la Banque d’Angleterre au moment de la crise de la Livre ont étudié cette question et ils ont examiné les avantages et inconvénients de la mise en place d’un système à deux monnaies.

        Les experts allemands il y a 5 ans ont effectué le même travail ainsi que l’examen de la possibilité de rupture de l’euro par sortie par le haut d’un Euro-Deutschemark, les travaux ont montré à la fois l’hyper complexité de l’opération et en même temps que la création d’un régime à monnaies multiples pouvait être une solution. En tous cas plus facile que le retour « pur et simple » si on ose dire, aux monnaies nationales.

        Actuellement un parti Italien de la possible future coalition est acquis à cette idée de double monnaie.

        L’idée d’une sorte de monnaie interne, locale et le rattachement souple à une monnaie externe n’est pas stupide comme l’ont montré les travaux de Bernard Lietaer.

        J'aime

      5. On a fait la transition du Franc à l’Euro, on pourra faire la transition de l’Euro au Franc. D’autant que le solde Target2 de la France est plutôt bon. On ne doit pas beaucoup d’Euro aux autres pays et ils ne nous doivent pas beaucoup d’Euro. Par contre, mieux vaut être dans les premiers à prendre la porte de sortie. La position de l’Italie est complètement différente, leur solde Target2 est catastrophique. Pour eux, le système à deux monnaies est une solution intéressante.

        J'aime

      6. Vous énoncez une fausse symétrie car pour prendre une image parlante , ce n’est pas parce que vous avez réussi à descendre une pente que vous réussirez à la remonter.

        Passer à l’euro et bénéficier de l’arrimage au DM équivalait à descendre la pente des taux d’interêt; l’arrimage à une monnaie forte a fait chuter les taux. Si vous décrochez et que le marché anticipe, ce qui est le cas, une dévalorisation de 15% de votre monnaie nationale et ensuite un glissement régulier, alors les taux d’intérêt montent fortement!

        Par ailleurs vous activez la fuite des capitaux vers l’extérieur, vous perdez des réserves et ceci vous fait soit perdre le contrôle de votre monnaie, soit entrer en déflation. Sans compter les conséquences psychologiques et politiques de la mise en place, à la finale, d’un controle obligatoire des mouvements de capitaux, et la nécessité de passer à une « démocratie autoritaire ».

        J'aime

  1. C’est encore pire que cela puisque le calcul du PIB est complètement trafiqué a la hausse et que de nombreuses dettes comme celles de la Sncf sont cachées sous le tapis.

    Nos dirigeants sont coincés:il faut qu’ils augmentent la fiscalité alors que les prélèvements sont a un niveau record, ils continueront, bien sur.Macron n’a aucune intention de faire des économies. Le ralentissement économique en Europe est brutal, on sent assez vite la baisse d’injections de liquidités. Draghi va devoir très vite remettre l’imprimante en marche

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s