Italie, l’arrogance a un prix! Analyse des derniers développements italiens

L’arrogance a un prix et ce prix, ce sont les marchés qui l’ont imposé comme le dit notre bon ami  le Commissaire Oettinger: les marchés ont fait flamber les taux italiens longs et courts,  chuter les cours des fonds d’état, les BTP et les actions. Les primes de risque se sont tendues et les assurances contre le défaut italien sont maintenant plus chères. Les marchés dans leur ensemble , hier, ont tangué. La totale quoi.

Le sinistre Mattarella , même pas élu au suffrage universel direct a cru malin de retoquer l’économiste eurosceptique Savina pour pensée non conforme , il a abusé de l’autorité présidentielle , bafoué le résultat des urnes, et choisi Carlo Cottarelli pour former un gouvernement dit de technicien.

Quelle erreur, ne se souvient il pas de la claque qu’à prise le technicien précédent imposé par Bruxelles pour succéder à Berlusconi? Faire l’erreur de choisir un technicien qui vient de l’institution honnie et méprisée , le FMI, un technicien réputé pour son gout pour l’austérité n’est même pas de la provocation, c’est de l’incompétence.

 

Même les  boursiers, pourtant pas très favorables à l’alliance anti establishment, même les boursiers ont jugé que c’était idiot. Les zozos de la clique de Davos sont tellement à coté de la plaque des réalités et des perceptions populaires qu’ils n’ont pas vu que c’était incongru, absurde. Si on ajoute la déclaration-vérité pas bonne à dire de Gunther Oettinger, on peut dire que là, la clique de Davos a pris sa claque, sa grande claque.

Mario Monti avait été choisi pour remplacer l’Ubuesque Berlusconi en 2012. Monti a tout raté et il a du partir la tête basse. On aurait pu penser que la leçon avait été retenue et que pareille erreur ne serait pas répétée. Eh bien non!

Et puis il ya eu l’épisode Soros avec son entreprise  de propagande masquée, cachée, nous voulons parler de Project Syndicate. Sorpos est venu aboyer au loup, il a tenté de provoquer la panique en prédisant l’apocalypse sur l’euro et sur les marchés.  Selon lui l’Europe est à la veille d’une crise existentielle! A notre avais Soros est « short » sur les bonds eupéens et sur  l’euro. Cela dit ce qu’il analyse n’est pas faux. Il incrimine la politique migratoire, cette politique qu’il finance, la désintégration territoriale et les politiques austéritaires venues du Nord, c’est dire d’ Allemagne, Pays Bas, Finlande.

L’ennui , pour la crédibilité de Soros c’est qu’il est l’un des responsables de cette crise à la fois par ses financements de l’invasion migratoire et par son financement des lobbys européens en faveur des eurobonds.

Les eurobonds, c’est le meilleur moyen de bloquer/braquer  les pays du Nord, chacun sait comme l’a  dit Schauble que créer les  eurobonds c’est l’équivalent de prêter sa carte de crédit à des serial depensiers, irresponsables et  impénitenst. Les eurobonds sont l’anti solution, mais c’est la solution de la kleptocratie à la sauce fabienne.

La BCE a crée, par son bilan un hedge fund colossal qui a réalisé un eurobond synthétique. Reflechissez c’est cela le résultat de la politique de Draghi: un gigantesque eurobond synthétique logé dans son bilan et sur lequel personne n’a voté!

La politique de la BCE a affaibli Merkel, elle n’a plus d’autorité , elle est maintenant à la dérive , à la merci d’une majorité qui ne réunit que des opportunistes. La politique de Draghi a précisement détruit la légitimité dont Merkel aurait eu besoin pour proposer des solution innovantes et viables.

Draghi et Soros sont deux responsable de la crisliense Italienne. La repression financière a tué le consensus social allemand et la politique migratoire a fait le reste.

Si l’Allemand Gunter Oettinger n’avait pas existé il aurait fallu l’inventer. Au départ nous avons cru que ses déclarations étaient une « fake news »! Comment oser dire à la télévision « les marchés vont apprendre aux italiens à voter correctement, “markets will teach Italians to vote the right way.”Comment peut on etre Commissaire Européen pour le Budget et les Ressources Humaines avec un QI  de 85?

Mattarella, Cottarelli, Soros , Oettinger ont fait plus pour la cause de la Liga et de Cinq Etoiles que les deux leaders de ces mouvements ne feront jamais. Ils ont joué le role de repoussoirs. Ils ont alimenté la colère du peuple et le rejet des élites.

Encore un effort et nos zozos vont plomber encore plus l’euro, fragiliser les marchés européens et comble de conséquence indirecte , ils vont couler  la Deutsche Bank,  lui donner le coup de grace.

Car à tous ceux qui seraient tentés de continuer à jouer la politique du pire et a asphyxier l’Italie pour lui donner une leçon il faut repéter que l’Europe n’en sortira pas indemne:  jouer contre l’Italie a ses risques, ce sont les risques de contagion!

Ce fait n’a pas échappé à Paul Krugman qui prévoit l’agravation et qui écrit, justement :

“This is really awful: you don’t have to like the populist parties who won a clear electoral mandate to be appalled at the attempt to exclude them from power because they want a eurosceptic finance minister.” … “Faith in the single currency trumps democracy. Really? European institutions already suffering lack of legitimacy due to democratic deficit.This will make things much worse.”

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Italie, l’arrogance a un prix! Analyse des derniers développements italiens

  1. Cher Monsieur,

    Je trouve que vos derniers articles laissent percevoir un certain pessimisme. est-ce que je me trompe ?

    Ou pensez-vous que, même si une nouvelle victoire peut être emportée, l’oligarchie est en sursis.

    Mais qui sait, après tout ? nous vivons avec l’idée tocquevilienne de la marche irrésistible vers la démocratie, malgré les résistances et les retours en arrière temporaires. Peut-être que nous sommes vraiment entrés dans un nouveau monde et que les révoltes électorales actuelles ne sont à leur tour qu’un soubresaut ralentissant à peine la marche vers la nouvelle oligarchie.

    J'aime

  2. La saga de l’Italie pourrait être le déclencheur de la prochaine crise mondiale majeure…soit le nouveau gouvernement italien demande le soutien du peuple par référendum pour organiser une sortie rapide de l’Euro, soit il tentera de négocier avec l’Europe, qui cherchera à gagner du temps…l’axe dur Merkel/Macron organisera alors la manœuvre pour que le processus d’integration européenne se durcisse, rendant ensuite toute sortie d’un pays membre impossible…Nous sommes donc à la croisée des chemins et l’Italie doit agir vite si elle veut retrouver son identité, son indépendance et sa souveraineté

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s