Reprise à lire, censure et délation

https://www.dreuz.info/2018/06/14/quand-le-quotidien-orwellien-liberation-fiche-une-voix-courageuse/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29


Le 7 juin 2018, le jeune journaliste fact-checker Jacques Pezet du quotidien Libération qui nous a habitué aux « fake news », les « fausses nouvelles » truquées à partir des « true news », les « vraies nouvelles », a écrit une note douteuse[1] sur le Père jésuite Henri Boulad. Le jésuite avait écrit en effet un article sur Dreuz « J’accuse l’islam » (4 mai 2017), fait une homélie sur « Les limites du devoir d’hospitalité… », recueillie dans une vidéo YouTube (18 juil. 2016), et une autre (16 oct. 2017) dans la quelle il exhorte les Français à se réveiller de leur torpeur face à l’islamisation forcenée de leur pays.

Le Père Boulad accuse le totalitarisme de l’islam en tant qu’idéologie politique génocidaire et nullement le musulman en tant que personne, prochain à respecter dans la charité et la miséricorde : « je ne suis pas musulmanophobe », avait-il martelé plus d’une fois.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

 

Big Borther is watching you…

Membre de l’équipe de fact-checking, « vérification des faits », du média d’investigation allemand Correctiv (2017, Berlin), Jacques Pezet s’emploie à la vérification des informations circulant sur les réseaux sociaux, entre autres, en Allemagne. Ce journaliste a été promu été 2015 au poste de « fact-checker » – en somme, censeur du genre « Big Brother » – pour LibéDésintox, rubrique de fact-checking du quotidien Libération. Il en est de même pour la séquence « Désintox » de l’émission ‘28 minutes’ sur la chaîne télé franco-allemande de service public Arte, qui intoxique les braves citoyens au quotidien par le ‟bidouillage” de l’information et la désinformation à matraquer sur les crânes franco-allemands. Pezet exécute son boulot d’apprenti-sorcier de l’information et de délateur à merveille, avec beaucoup de zèle. Il maîtrise parfaitement les outils de vérification-manipulation et ceux de la « Novlangue », le « néoparler » sur les réseaux sociaux, tel que George Orwell les avait décrits dans son roman prémonitoire et visionnaire 1984 (Nineteen Eighty-Four), à savoir tout un nouveau lexique et une nouvelle syntaxe à matraquer au quotidien et à faire rentrer de force dans les crânes des citoyens que les médias prennent pour des ‟abrutis” !

Ce journalise franco-hondurien qui ne semble pas connaître grand-chose à l’islam s’emploie à notre « intoxication » avec la complicité habituelle de Libération, le journal de la Servitudeidéologique (que je lisais à une époque lointaine et bien révolue) et d’interpréter (de Berlin) ce qu’il ignore de cette religion à 10 000 kilomètres de l’Amérique centrale.

De son nouvel emploi de rédacteur de réponses – filtrées – aux questions posées par les lecteurs en rogne sur le site de Libé, il nous a délivré une note, sorte de fiche d’identification-délation (photo d’identité à l’appui) de ce jésuite courageux, au parler vrai qui ne cesse de dire aux quatre coins du monde qu’il a parcouru inlassablement en globetrotteur pendant plus d’un demi siècle : « La vérité vous rendra libres » ! De plus, il est à l’origine d’une impressionnante liste de projets sociaux, humanitaires et médicaux (par exemple l’éradication de la lèpre en Égypte) qui sont venus durant un demi siècle à l’aide et au développement des pauvres et des jeunes, musulmans (près de 80%), comme chrétiens (20%) : pas de distinction, ni de discrimination, ni de racisme ; il n’a pas attendu les Œuvres françaises pour venir à son aide.

Le Père Henri Boulad n’est d’ailleurs pas le seul à dénoncer et condamner, entre autres, les impostures des médias et des politiques sur l’islam. Dans Dreuz.info, il y a le révérend Abbé Alain Arbez qui nous éclaire fort bien sur les arcanes des manipulations révisionnistes concernant l’islam, le judaïsme et le christianisme qu’on tente d’édulcorer à souhait pour le premier et dénigrer, dévoyer et rabaisser pour les deux autres.

Il suffit de lire l’Abbé Guy Pagès[2], et beaucoup de ses confrères prêtres (quelques rares évêques courageux en France et cardinaux intrépides ailleurs, surtout ceux d’Orient qui connaissent le sujet douloureusement dans leur chair[3]). Ils ont en effet un discours clair sur la (vraie) miséricorde et la (vraie) charité chrétienne mettant les points sur les i. Car, question hautement problématique, la miséricorde et la charité (dans le sens judéo-chrétien ; mot qui fait défaut dans le Coran) en islam ne concerne que les musulmans entre eux et pour eux, à l’exclusion de toute autre religion, révélée ou non… Bonjour le « vivre ensemble » dont le néoparler de la propagande médiatique nous rabâche les oreilles !

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Cette réalité devrait interpeller tout citoyen libre qu’il soit croyant ou sans religion, libre-penseur ou athée, mais surtout beaucoup de nos évêques et cardinaux, particulièrement en France, prélats qui se compromettent dangereusement avec un islamisme fondamentaliste sans savoir ou se faire avoir. Sinon, sans vouloir savoir et sans prendre conscience que c’est bien le cas ; Jésus ne leur a pas recommandé le déni et le compromis politique, encore moins la complaisance et l’aveuglement délibéré.

Cependant, les religieux courageux – qui font exception et France de dhimmitude rampante – ont rectifié les approximations du pape François à ce sujet, notamment sur les malentendus lexicaux/sémantiques dans les Évangiles concernant l’accueil de l’étranger. Car, le pape politisé – et qui s’occupe beaucoup trop des ‟affaires de César” – a curieusement réinterprété le message de Jésus pour le faire coïncider avec une aussi curieuse conception ‟islamique” de l’hospitalité, celle de la reconquête musulmane de l’Europe par l’immigration et la démographie galopante. Cette conception papale correspond paradoxalement, au final, à la politique mondialiste des financiers, des banquiers, des richissimes libre-échangistes à tout va et de l’immigration massive – terme que les médias ont intentionnellement substitué par « migration » en néoparler, la Novlangue d’Orwell[4] ; immigration qui risque de déstabiliser l’Europe occidentale à court terme et de changer à tout jamais son âme pour le pire, celui que nous constatons sous nos yeux en Orient arabe.

Rappelons que le cheikh égyptien Youssef al-Qaradaoui, chef spirituel des Frères musulmans – et président de l’Union internationale des savants musulmans, membre du Conseil européen de la Fatwa –, entre autres éminents dignitaires religieux musulmans s’exprimant en termes similaires, n’avait-il pas parlé de « conquête pacifique de l’Europe » par la da’wa, le prosélytisme religieux actif pour la diffusion de l’islam ? Il avait déclaré : « … que l’islam retournera en Europe. L’islam est entré deux fois en Europe, et deux fois l’a quittée… La prochaine conquête, avec la volonté d’Allah, se fera par la prédication et l’idéologie. Toute terre n’est pas obligatoirement conquise par l’épée… La conquête de la Mecque ne s’est pas faite par l’épée ou la guerre, mais par un traité [d’Houdaybiya[5]] et par des moyens pacifiques… Nous voulons qu’une armée de prédicateurs et d’enseignants présentent l’islam dans toutes les langues et tous les dialectes… »

Ne sommes-nous pas clairement prévenus de ce projet structuré, méthodiquement mis en exécution depuis déjà plus d’une cinquantaine d’années, notamment par les Frères musulmans en Europe, en commençant par Saïd Ramadan, le père de Tariq et Hani Ramadan, dès les années 1958-1964, et qui passe à une vitesse supérieure depuis quelques années ? Ceci est d’autant plus inquiétant que la déclaration de cheikh Youssef al-Qaradaoui est ambiguë, contenant intentionnellement une taqiya, dans la mesure où la conquête de la Mecque ne s’est pas faite « par des moyens pacifiques » mais à terme par la guerre ; le pacte (traité de paix) avec les Mecquois n’était qu’une façade, une stratégie de pacification de l’adversaire et tactique de guerre. À bon entendeur salut, européens !…

La suite à lire sur

https://www.dreuz.info/2018/06/14/quand-le-quotidien-orwellien-liberation-fiche-une-voix-courageuse/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Quand le quotidien orwellien Libération « fiche » une voix courageuse…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s