Editorial ou il est démontré que la dette est centrale dans le système politique .

Nos monnaies sont des monnaies de dettes, des monnaies de crédit. On parle maintenant de la dette comme on parle du temps qu’il fait. Comment va la dette ? Très bien elle grossit!

N’oubliez jamais que la dette des uns c’est le capital fictif des autres. Donc on devrait dire comment va le capital fictif? Très bien il prospère. Comme les idiots inutiles censés représenter le peuple ignorent l’effet Cantillon attaché à la création monétaire non gagée, ils devraient dire tout va très bien, on s’appauvrit. La dette c’est le coin du bois, la forêt de Bondy.

Au niveau mondial on en est à plus de 250 trillions, soit près de 100 trillions de plus qu’il y a 10 ans.

Mais on parle de la dette comme du temps, c’est à dire pour n’en rien changer; on ne fait rien, on ne change rien. C’est devenu un sujet de conversation, de reportage télé. et à force d’en parler on s’habitue et c’est cela l’important, la banalisation de la dette. Quand on parle, on désamorce.

C’est intégré, et doucement on la vide de son contenu négatif. On s’achemeine vers les thèses de la Modern Monetary Theory qui prétendent que la dette , pftt, cela n’a aucune importance. On n’est pas loin du docteur Schacht.

L’argent tombé du ciel , l’argent accordé dans nos sociétés devient plus important que l’argent gagné et c’est un changement de société. On passe d’une société de responsabilité et de production à une société d’assistés et de séduction.

Personne ne se pose la question mais d’ou vient cet argent, qui a le pouvoir de lui donner naissance, qui a le pouvoir magique de l’allouer? De quoi cet argent distribué aux uns prive-t-il les autres?

Attaché à l’argent , au crédit, attaché à tout ce qui est distribué , il y a un pouvoir, le Pouvoir. Celui qui donne tout peut aussi tout reprendre.

Ainsi les banques qui ont inondé la Grèce et les pays périphériques et les émergents  de pognon tombé du ciel ont le pouvoir de fermer le robinet et de mettre des pays entiers à genoux, des institutions, des familles, des entreprises  etc.

Et ce pouvoir. il est maintenant sans limites, il est sans contrôle, on a déboulonné  les statues des commandeurs, on a mis l’or dans les poubelles de l’histoire,  on a perverti les comptabilités, on a assassiné les « bonds vigilantes », on a neutralisé les armées  de la petite épargne et du bas de laine, on a euthanasié les classes moyennes, les porteurs de bons…Au moins l’ancienne dictature des petits porteurs de bons, des petits rentiers avait quelque chose encore de national…

Les maîtres du monde, les Bernanke, les Paulson , les Blanchard se sont exprimés cette semaine: « si il faut recommencer nous le referons et pire ».  Ils ont dit nous avons été trop timides, il faudra aller plus loin, la prochaine fois non seulement nous créerons de la monnaie pour sauver les banques et les gouvernements mais nous en créerons pour acheter des actions et sauver les marchés financiers, les ultra-riches, les kleptos. Si on ne le faisait pas ce serait la catastrophe, le chaos!

Les élites ont inversé la dialectique de la dette; elles devraient avoir peur de vous puisqu’elles ont mal géré et conduit les pays au bord de la faillite, mais non , par un tour de magie, elles se servent de la dette pour vous faire peur, pour vous faire tenir tranquille.

Elles, ces élites se servent de la dette pour vous asservir encore plus puisque vous devez baisser la tête et vider vos poches afin de rembourser. Rembourser leurs dettes, celles qu’elles ont contractées pour acheter les voix, pour acheter les élections par les redistributions de l’argent quelles n’avaient pas. La dette aurait du servir à les virer, à les mettre à la porte et ils sont revenus par la fenêtre, la facture à la main, vous menacer, vous humilier comme le fait Macron.

Ah les braves gens!

Au lieu de dire nous allons faire machine arrière, non les porte parole des élites  disent: nous allons aller plus loin dans l’infamie, nous allons institutionnaliser  nos scélératesses.  Et dans cet esprit ils habituent les esprits à cette prochaine fois, avec l’aide des médias pourris qui banalisent la dette, la crise et les remèdes non conventionnels.

La dette, c’est un droit de tirage d’une classe sociale  sur une autre, un prélèvement sur l’avenir d’une société, d’un pays, pour se maintenir en place et pour se reproduire et s’engraisser; la dette est un colossal transfert entre classes sociales d’une part et entre le présent et le futur d’autre part.

Les impôts ce sont des rigolades en regard des transferts opérés par les dettes. Les impôts se comptent par milliards et les dettes par centaines de milliards et par trillions.

La dette, le crédit, ne devraient pas être traités économiquement ou financièrement:  la dette est du ressort de la politique, de la grande politique. La crise de 2008 aurait du être traitée politiquement, on l’a laissée aux mains des apprentis sorciers techniciens vendus aux classes dominantes.

La dette, tout le monde connaît le cynisme des Rothschild sur cette question, c’est  ce qui donne les moyens et la réalité du pouvoir. La dette achète tout y compris et surtout les politiciens.

 « DONNEZ-MOI LE POUVOIR DE CRÉER LA MONNAIE ET JE ME MOQUE DE QUI FAIT LES LOIS » DISAIT MAYER ROTHSCHILD.

Les larbins des ultra riches, les illusionnistes, les grands prêtres se sont exprimés ces derniers jours à l’occasion de l’anniversaire de leurs crimes d’il y a 10 ans et ils ont dit: nous ne regrettons rien, nous avons sauvé le Monde! Certes nous avons dérogé aux principes bancaires qui veulent que quand on sauve une banque on punit ses dirigeants, mais nous avons jugé que c’était dangereux. Si nous les avions puni la catastrophe aurait redoublé. Bref ce qu’ils disent c’est; ils étaient intouchables, car ils tenaient le monde en otage.

Nous avons sauvé le monde?  Non plutôt nous avons sauvé un certain ordre du monde.

La liberté ce n’est plus le travail c’est le crédit. mais comme le crédit asservi celui qui le contracte alors on accepte l’inversion: servitude = liberté!

On a la liberté que l’on peut. Il suffit d’inverser le vocabulaire. La liberté est une plante fragile qui ne fleurit qu’en pot, derrière les barreaux n’est-ce pas !

 

Nous sommes,,,,, je suis partisan inconditionnel d’un « Debt Jubilee » d’une remise à zéro, maîtrisée, des compteurs financiers et ensuite d’une taxation des dettes sur le même pied que les fonds propres: les intérêts de dettes doivent cesser d’être déductibles des impôts , la déductibilité est une subvention anti-économique.

Je suis pour la re-nationalisation, re-souverainisation des monnaies ou alors mieux pour les monnaies libres, plurielles, en concurrence.

Ci dessous le professeur Steve Keen.

« The only way [reducing private debt] can be done is by what I call a Modern Debt Jubilee, where you use the central bank’s capacity to create money (which they’ve done with QE), not to give banks money, but to give the public money. » –

La possibilité de creuser les déficits et d’endetter encore plus les USA est ce qui a permis à Trump de faire ce qu’il fait, de délirer. L’establishment crie haro sur le baudet , mais il lui laisse le libre accès à ce qui lui donne les moyens de sa politique, l’accès au crédit, l’accès au fourrage.

Hypocrites va!

Et l’autre idiot utile de Carney qui voit la paille dans l’oeil du voisin mais pas la poutre dans le sien

BANK OF ENGLAND’S CARNEY SAYS CHINESE FINANCIAL SYSTEM IS « ONE OF THE BIGGER RISKS » FOR GLOBAL ECONOMY – BBC


Les Bourses ont cessé de caracoler, les marchés sont distribués depuis janvier 2018 , les gros vendent aux petits et à leurs institutions de prévoyance, on dissémine le risque!

Aux USA c’est la tonte des moutons, le grand transfert de la poche des épargants (si il y en a encore), vers les institutions systémiques.

World Markets: Le grand coup d’accordéon 

Japan – Below 50 and 200 DMA

China – Below 50 and 200 DMA (multi-year lows)

Germany – Below 50 and 200 DMA

France – Below 50 and 200 DMA

UK – Below 50 and 200 DMA

US – All Time Highs

Les taux courts au plus haut de 10 ans

 

Publicités

5 réflexions sur “Editorial ou il est démontré que la dette est centrale dans le système politique .

  1. Merci, oh grand merci pour dire tout haut ce qu’un majorité silencieuse pense tout bas ou à du mal à faire comprendre aux autres.

    La politique se moque de l’électeur à le culpabiliser de manière lâche et on ne fait effectivement rien pour endiguer la tendance haussière de cette dette qui est devenue colossale.

    Mais quelle est la solution et comment diminuer ce fardeau sans dépouiller encore plus la classe moyenne et ces personnes plus fortunées qui ont encore le sens du devoir?

    J'aime

    1. comme Monsieur Bertez le dit et le redit depuis longtemps par un debt jubilee.

      Il ne faut pas chercher loin dans l’histoire point besoin de remonter aux romains ; Allemagne année zéro si je me rappelle bien en 1054 ou 1953 : du jour au lendemain PAF un nouveau Deutch MArk avec comme règle : pour toutes les familles seulement 100 marks par personne laissé sur les comptes bancaires et pour les entreprises 100 par ouvrier et hop toutes les dettes à zéro et les créances aussi. Resulta tattendu casser le marché noir et les profits indus . Il faut le dire avec ce qui restait d’ingénieur en Allemagne après la saignée de la guerre plus l’aide du plan marshall ( évidemment avec arrière pensée de l’oncle SAM à cause des soviets et l’effet d’aubaine pour les groupes US), eh bien l’allemagne est repartit …..il ont peut être une politique mercantiliste depuis lors mais c’est tout de même comme le disait de Gaulle en examinant le champs de bataille de KOURSK Quel grand peuple !…..bon maintenant se prendre WEIMAR puis tonton, adolph puis l’occupation et le dépeçage en 4 zones d’occupations ils en avaient eu des épreuves alors celle là me semble moindre.

      Malheureusement actuellement nos populations y compris en Allemagne me semblent avoir bien changés et ca risque de pas se passer très bien du tout la prochaine fois. Et puis qui jouera le rôle du grand frère attentionné avec un plan MARSHALL BIS ? personne à mon avis….la guerre sera au bout car quand il faudra dire à certains pays on vous paiera pas ……..

      J'aime

  2. Merci Monsieur Bertez, brillant comme d’habitude

    C’est peut être a cause de la planification du système qui est devenu clos ?
    On ne doit plus sortir du consensus politique, économique, social, sous peine d’être sanctionné.

    Les opinions non politiquement correctes = contre la globalisation, les immigrations massives ect.. sont censurées.

    Tout est base sur la dette et sa perpétuelle expansion, toutes les « Currencies » sont des unités de dettes que l’on « debase » a souhait et en continu, et donc, pour que l’édifice tienne il faut que « La money velocity « ne continue pas a plonger , et faire de la répression financière en permanence, tout en faisant en sorte qu’il n’y ait pas de perte de confiance dans la monnaie/dette, les banques centrales et les gouvernements avec leur promesses vides et mensongères.

    Donc propagande et désaveu des voix dissonantes.

    Il faut que l’illusion de la nouvelle normalité :
    la dette remède souverain et valeur universelle reconnue comme telle ne soit pas contestée et surtout que l’inflation, soit toujours cachée derrière des calculs sans cesse réaménagés et bidons comme tous les autres indicateurs

    Comme vous le dites tout est devenu virtuel, sans réalité, en relatif, en perpétuelle évolution, changement au niveau des régulations, fiscalités devenues inutiles n’est pas Mr. Trump :

    Trump told Gary Cohn to ‘print money’ to lower the national debt, according to Bob Woodward’s book; ”Just run the presses — print money,” Trump said, according to Woodward, during a discussion on the national debt with Gary Cohn, former director of the White House National Economic Council.
    Cohn was “astounded at Trump’s lack of basic understanding,” Woodward writes.
    Cohn pushed back on the book’s claims Tuesday, while Trump has repeatedly called the book a “scam.”

    J'aime

  3. Pendant que les banquiers font mumuse avec leur milliard trillard de dettes ou de profit , le petit peuple doit utiliser une autre technique déconnecté de la banque et permettant d’échanger, tout en restant dans la légalité. Cette solution est très simple et facile à mettre en place et bien sur légale. chacun de nous crée sur son ordinateur et imprimante des reconnaissances de dette (RdD) de 10€ 20€ 50€ (au format billet de banque) et va payer ses courses. le commerçant paye ses fournisseurs avec ces RdD. Afin d’être légal, il faut y mettre un nom , un avatar suffira et une date de paiement 2118 par exemple. comme chacun peut en faire autant qu’il a besoin, fini les fin de mois difficile. Quand au commerçant ces RdD ne rentrent pas en compta à la barbe du fisc.

    Vous me direz ce n’est pas possible . Comment font les kebabs et autres commerces qui recupèrent les tickets restaurants sans être affiliés et les redépensent dans les grandes surfaces pour acheter leur victuailles. L’opération est totalement transparente hors compta.

    il existe actuellement des personnes qui créent une nouvelle monnaie dans le principe des bitcoins grâce à leur ordinateur, il ne se rendent pas compte que dès que leur système commencera à s’étendre, ils seront piratés

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s