Editorial: Macron à l’ ONU; Macron fer de lance de la reconquête par le grand establishment.

La tribune de l’ONU est le lieu rêvé pour la comédie.

Et Macron s’y connaît puisque nous dit-on il a pris des cours avec celle qui est maintenant sa femme. En passant, il est dommage qu’il n’en ai pas pris avec Jean Gabin, il aurait été plus convaincant; ses petits poings rageurs claqués sur le pupitre laissent une impression de malaise.  On a beau dire mais la stature, les expressions du visage, le regard, le langage corporel, tout cela compte. Le respect c’est la crainte plus l’admiration, il faut y penser quand on prétend jouer  le rôle du chef.

Depuis quelque temps, une manoeuvre est en cours c’est une sorte de manoeuvre que j’appellerai de cristallisation: elle  consiste non plus à salir Trump, à le critiquer, mais à lui tailler un costume. On habille Trump.

Il s’agit d’opérer une sorte de déplacement dans l’esprit des gens, j’allais dire citoyens, mais cela aurait été une erreur. On ne s’adresse plus aux citoyens , à la part citoyenne qui est en eux, on s’adresse à la masse stupide, bornée, malléable; je reviens donc en disant que l’on ne s’adresse plus aux citoyens pour critiquer Trump, mais pour réaliser un glissement. Il s’agit de réussir l’opération psychologique qui fait glisser la négativité qui a submergé les gens au fil des années… sur Trump.

Trump est en train de devenir un réceptacle,  un déversoir. Trump devient une sorte de point de cristallisation, ou mieux un paratonnerre pour canaliser la foudre. Une sorte  de bouc émissaire.

Le système du bouc émissaire est primaire, mais il est ancré dans les comportements de foule, il n’y a qu’à le réactiver, il ne fait jamais que sommeiller.

Le système du bouc émissaire correspond à une opération psychologique vieille comme le monde: la négativité, le noir, la merde s’accumulent en vous et bien entendu, vous en souffrez; vous avez des symptômes de cette souffrance et à un moment donné une occasion se présente de déverser votre merde, votre noirceur sur quelque chose d’extérieur, vous avez la possibilité de l’éructer , de la vomir, comme le fit Céline vis à vis des juifs.

Je m’explique. En psychologie, on sait que l’on peut opérer ce que l’on appelle des déplacements. Ainsi vous avez peur de l’accident, on fait glisser cette peur sur la peur de la vitesse, puis sur la peur du gendarme, puis sur la peur provoquée par le panneau « radar ». La psyché est ainsi fait que ce qui est collé, peut être décollé. Il y a malléabilité, indétermination,  par différents mécanismes, transferts, glissements, métaphores, métonymies et le tout grâce au recours à la répétition. En psychologie, la répétition joue un rôle central.

Donc vous avez accumulé une négativité considérable depuis 20 ou 30 ans;  cette négativité se concentre sur ceux qui sont au  pouvoir pendant cette période . Vient une personnalité politique nouvelle qui prend le contre pied de tout ce qu’ont fait les autres, sur le fond et sur la forme. Que pensez vous que l’establishment ancien va faire? il va concentrer ses critiques, son entreprise de démolition sur le nouveau venu et peu à peu presque naturellement il va lui imputer tout, de proche en proche, tout ce qui ne va pas. Le nouveau venu va, grâce à ce glissement, cristalliser  sur lui tous les mécontentements, toutes les haines .

Les anciens , qui sont responsables à la fois de toutes les merdes et de son élections  vont se trouver au fil des jours blanchis-sans jeu de mots-et devenir des héros de la Résistance.

C’est ce qui se passe en ce moment dans le monde, nous sommes face à une gigantesque opération de manipulation des foules qui consiste à purger tout le négatif accumulé depuis 30 ans en le projetant sur Trump, sur ceux qui s’y prêtent comme les populistes en général.

C’est en vertu de ce constat que je soutiens que les populistes n’ont surtout pas vocation à prendre le pouvoir, à gouverner, non! De toutes façons ils en sont incapables: les populistes ont vocation a entretenir la négativité du peuple à l’égard des anciens à l’égard du bi-partisme et de sa clique. Les populistes ont une fonction, celle d’entretien de la mémoire du peuple; ils doivent répéter: « n’oubliez jamais ce qu’ils vous ont fait » . Son utilité, celle du populiste  est là, dans le témoignage, dans l’entretien tribunitien. Et en passant, il serait temps que les populistes se mettent au travail en ce sens dans la perspective des prochaines élections européennes.

J’ai été frappé par le discours de Macron, tant il correspond, de façon à la fois claire mais allusive à cette stratégie. En passant, je crois que je connais bien l’ambiance internationale, pour lire régulièrement la plupart des magazines qui comptent et qui impriment leur marque stratégique et je peux vous dire que celui qui donne le là, le chef d’orchestre coordinateur c’est The Economist, le sponsor de Macron.

Macron parle comme The Economist, il popularise ses thèmes comme hier celui de la réduction des inégalités lancé il y a peu par The Economist, celui de la réforme  du capitalisme, idem. Macron utilise les même formules et les même articulations de « raisonnement ». Y compris  cette idée nouvelle qu’il n’y pas de monopole du nationalisme et qu’on peut l’entretenir pour défendre la souveraineté, ce qui est nouveau dans la panoplie des discours de Macron.

Macron a choisi de marteler un thème; celui de l’unilatéralité/multilatéralité.

Cela lui a permis comme on dit de « dérouler ». Bien sur vous avez compris, Obama c’etait la multilatéralité  et Trump c’est l’unilatéralité. Tous les spécialistes savent que cela est faux, la multilatéralité est un mythe, une hypocrisie et je me souviens d’une émission avec Védrine ou il démontrait que de multilatéralité il n’y avait absolument pas et qu’en plus les américains se fatiguaient de moins en moins à mettre les formes pour imposer leurs vues. Donc de multilatéralité il n’y a plus depuis longtemps mais les vassaux l’acceptaient hypocritement , lâchement . Macron a asséné un discours dans lequel il est clair que la disparition de la multilatéralité doit être imputée à Trump. Ben voyons!

Quel est le processus, il est simple, on blanchit ceux qui ont précédé de la faute d’unilatéralité et on l’impute au paria, à Trump. On le crucifie mais surtout on redonne une virginité aux anciens. Et c’est cela qu’il faut bien comprendre, nous sommes dans une stratégie: au lieu de stigmatiser les anciens qui ont fait le lit de Trump, creusé les inégalités, produit les conditions d’une nouvelle crise économique, détruit l’ordre international de la coopération, on charge la mule, l’idiot qui a la bêtise narcissique  de se désigner  volontaire pour charrier les tonnes de purin accumulées depuis 30 ans .

C’est par ce processus généralisé, que se prépare la contre-offensive, la reconquête par les anciens du bipartisme: on salit les nouveaux, on leur impute tout ce qui ne va pas, même si cela date d’avant et ainsi on donne une virginité aux revenants pour la reconquête.

Macron a tapé à plusieurs reprises du poing sur le pupitre lors de son discours à l’ONU : « Nous sommes en train aujourd’hui de voir se déliter ce droit international […] Non, moi je ne m’y résous pas ! »

Ne souriez pas, il l’ a fait!

Et  ce qui s’est passé avec toutes les guerres d’Obama, ce qui s’est passé ces semaines dernières en Syrie, ce qui se passe au Yemen, le financement et l’armement des  terroristes, est ce que tout cela est conforme au droit international?

Bien sur que non!

Publicités

5 réflexions sur “Editorial: Macron à l’ ONU; Macron fer de lance de la reconquête par le grand establishment.

  1. Il semblerait que les manips des foules par le deep state US ou le MI6 provoquent l’effet contraire à celui escompté.
    N’est pas Willy Mützenberg qui veut. Eux, ils sont trop nuls.
    Mais le danger de guerre civile aux US est réel, et c’est la raison pour laquelle Le grand Trump s’est mis, par précaution, les militaires dans la manche en leur allouant une rallonge budgétaire de plusieurs centaines de milliards.
    Alles in ordnung.

    J'aime

  2. Encore un tres bon article,tres pertinent.Vous savez sentir l’ere du temps et le communiquer grace a vos mots.
    Vous parliez de figure mythologique dans certains de vos articles,promethee en particulier.Personnellement,je pense plutot a Cassandre…
    Pour les souverainistes, j’espere que Bannon va mettre du talent dans leur communication…je veux bien qu’ils manquent de pognon, que le pognon attire le talent mais parfois quand meme…Pourquoi n’iriez vous pas les aider?

    J'aime

  3. Monsieur Bertez,

    Je vous lis avec intérêt et partage certaines de vos analyses. J’ajouterais un éclairage sur les tendances perverses qui manque un peu dans vos outils, je crois.
    Je vois que vous avez une connaissance assez approfondie de la structure et du flottant des signifiants. Structure à coefficient positif, cela s’entend tellement le négatif semble impensable.
    Et pourtant, avez-vous déjà abordé la dynamique des systèmes structurés à coéfficient négatif ?
    Le sujet est particulièrement ardu pour les intellectuels. Mais quelques dizaines des meilleures lignes de Racamier sur le sujet vous donneraient un plus large spectre explicatif de la géopolitique et du tumulte ambiants. Winston Churchill dans ses mémoires de l’entre-deux-guerres ne parvenait toujours pas à comprendre pourquoi Monsieur Hitler avait grugé tant de monde et d’intellectuels. Racamier en donne quelques clés.
    Le clochard de l‘intelligence a un avantage sur tout le monde, je crois. Sa structure est certes positive mais très très faiblement. Ce qui lui permet d’ avoir gardé l’instinct pour déjouer beaucoup des manipulations de son entourage. De façon imprévisible et désordonnée, certes mais c’est ce qui nous désoriente beaucoup mais désoriente aussi totalement tout manipulateur qui finalement en arrive à perdre la main. Si vous m’avez suivi, vous comprendrez qu’ avec le clochard, les pervers sont peut-être encore plus déroutés que nous. C’est cela qui est amusant.

    PS : le clochard de l’intelligence ne peut pas être un pervers sévère, qui lui est souvent doué d’une extrême intelligence. « Clochard de l’intelligence », des expressions comme celle-là Monsieur Bertez vous pouvez encore en trouver. Cette expression bien traduite ferait sourire même jusqu’aux steppes de la Mongolie Chinoise; c’est vous dire sa portée.
    Si vous m’avez compris, je vous pose une devinette :
    Vous prenez tous les dirigeants de la planète ayant le bouton atomique sous la main et vous estimez à vue de nez leur degré de perversion.
    En regard de chaque dirigeant, vous mettez à vue de nez son aptitude à déjouer la perversion des autres.
    Vous faites le tableau à l’instinct et puis vous réfléchissez calmement dessus.
    Amicalement.

    Lucien Pringer

    J'aime

  4. Macron à l’ONU a négligé de clore sa prise de parole par la vociferation fausse qui l’a si bien servie face aux poules mouillées de France : « PARCE QUE C’EST NOTRE PROJET ! »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s