Document, une synthèse pas trop biaisée sur la dédollarisation russe

It is absurd that Europe pays for 80% of its energy import bill – worth €300 billion a year – in US dollars when only roughly 2% of our energy imports come from the United States,” said President Juncker in his state of the union speech.* Europe’s largest supplier of energy – Russia, who accounts for a third of that bill – couldn’t agree more. Russia’s offer to switch to euros in trade with the EU will likely be costly to implement, but the US switch towards unilateralism is forcing its long-standing partners to question the dollar’s global dominance.

The EU and Russia have strong bilateral trade links: Russia is the EU’s fourth-largest trading partner and the EU is Russia’s biggest. EU-Russia trade has decreased since 2014, as the conflict in Ukraine led to the introduction of EU sanctions on Russia, souring trade and the political relationship.

However, total trade (exports and imports) still stands at an impressive €230 billion per year. Russia remains the largest supplier of natural gas and oil to the EU accounting for 29% of all imports – or roughly €100 billion. The share has remained steady over the last decade.[1]

In recent months President Putin, the Russian government, its parliamentarians and the country’s business representatives have all called for “de-dollarisation”. Russia’s motivation towards de-dollarisation is mostly geopolitical. It comes in response to what Russian authorities see as “weaponisation” of the dollar, increasingly entrenched and open-ended US sanctions, and the threat to Russia’s commitments to Iran posed by the US’ unilateral withdrawal from the Iran nuclear deal.[2]

La suite sur :

http://bruegel.org/2018/09/something-putin-and-juncker-appear-to-agree-on-the-euro/?utm_content=bufferd841f&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer+(bruegel)

Publicités

4 réflexions sur “Document, une synthèse pas trop biaisée sur la dédollarisation russe

  1. Bonjour Mr BERTEZ

    Croyez vous réellement que les USA vont laisser leurs « colonies continentales  » switcher sur une autre devise que le dollar pour payer leur énergie aux russes…surtout sachant la tutelle organique de fait que la FED détient sur le système bancaire européen de part la possibilité 1 de refuser l’accès au marché US d’une banque récalcitrante et 2 de refuser de jouer les préteurs en dernier ressort en Dollar funding à ces mêmes établissements fussent ils systémiques ?
    D’ailleurs Les USA ne jouent ils pas la fin de Bruxelles en espérant que « tout change pour que rien ne change » notamment en envoyant des signaux très clairs aux nationaux populistes européens du moment qu’ils dérangent Bruxelles et Merkel…..?

    J'aime

    1. ce que je crois est sans importance, ce qui est important c’est ce que je constate et que tente de rapporter, à savoir que le thème de la dedollarisation cesse d’être une chimère, il est étudié , exploré. Ce qui est sur c’est que ce sera long, que ce sera conflictuel et qu’il y aura un coût.

      Je ne pense pas que la dédollarisation puisse se faire avec l’Union Européenne qui est une planche pourrie, mais il y a d’autes hypothèses.

      J'aime

  2. Oui en effet et je vous remercie pour le travail d’hercule que vous accomplissez tous les jours pour rapprocher les événements mettre en lumière les faits. Milles fois merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s