Les dépêches mercredi 31 octobre, l’ascension de l’anti Merkel

Friedrich Merz, vieil adversaire d’Angela Merkel, paraît bien placé pour lui succéder à la tête du parti conservateur allemand CDU, ce qui pourrait la contraindre à quitter le pouvoir plus tôt que prévu. C’est un libéral et un conservateur. Ce qui en va pas faire les affaires d’un Macron par excemple, mais sa nomination serait conforme au glissement à droite de l’électorat Allemand.

Inconnu en dehors de l’Allemagne, ce tenant d’un retour à une ligne conservatrice traditionnelle, après les années de centrisme de la chancelière, a effectué cette semaine son retour  sur le devant de la scène politique qu’il avait abandonnée il y a près de dix ans.

A 62 ans, l’ancien patron du groupe parlementaire conservateur au début des années 2000 a officialisé sa candidature surprise à la tête de l’Union chrétienne-démocrate (CDU).

Pour le renouveau de la CDU

Reconverti dans la finance depuis près de dix ans, il a affirmé avoir pris cette décision après « mûre réflexion ». Elle est intervenue en fait à peine 24 heures après l’annonce du prochain retrait de la dirigeante conservatrice et courait avant même que Merkel ne se présente devant les caméras et les micros lundi.

« Un acte de vengeance », analyse par conséquent Der Spiegel. Angela Merkel, qui n’était alors pas encore chancelière, l’avait poussé vers la sortie en 2002 en l’évinçant du très influent poste de chef du groupe parlementaire.

Ce cadre conservateur ne lui a jamais pardonné. En  2009, face à une Angela Merkel fermement installée au pouvoir, il s’était complètement retiré de la vie politique.

Friedrich Merz n’a exprimé aucune critique directe à l’endroit de la chancelière, mais il a justifié sa candidature par la nécessité d »un nouveau départ et d’un renouveau » au sein de son parti.

Le successeur d’Angela Merkel à la tête du parti chrétien-démocrate sera désigné les 7 et 8 décembre en congrès. Deux autres candidats sont en lice : l’actuelle secrétaire générale du parti et « protégée » de la chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer, et le ministre de la Santé et adversaire de Mme Merkel, Jens Spahn.

Le dirigeant de la puissante région de Rhénanie du Nord-Westphalie, Amin Laschet, pourrait lui aussi entrer dans la compétition.

Ce « come-back » inattendu n’est pas pour déplaire aux Allemands : selon plusieurs sondages, il a actuellement les faveurs du public face à ses rivaux.

Réserve de taille: le nouveau président de la CDU ne sera pas désigné par les électeurs mais par un millier de délégués du mouvement.

Libéral en économie, conservateur dans le social  

S’il accède au poste suprême, marche-pied vers la chancellerie, Friedrich Merz mettra sans nul doute le cap à droite, au risque de rendre la cohabitation avec Mme Merkel difficilement gérable. Pourrait-elle dans ses conditions tenir comme elle l’entend jusqu’à la fin de son mandat dans trois ans?

« Avec ses positions libérales en matière économique et conservatrices en matière sociétale, Merz serait le contre-modèle clair de Merkel », prédit le politologue berlinois Oskar Niedermayer dans le Rhein-Neckar Zeitung.

Retiré de la vie politique, Friedrich Merz a toujours refusé depuis de s’exprimer sur les questions politiques brûlantes, notamment sur la décision contestée de sa rivale d’ouvrir les portes de son pays à plus d’un million de réfugiés en 2015 et 2016. Un geste à l’origine de la baisse de popularité d’Angela Merkel.

Sur le plan économique, ses positions sont très libérales, ce qui pourrait faciliter un éventuel rapprochement avec le petit parti libéral FDP.

Au début des années 2000, il affirmait vouloir une déclaration d’impôt qui « tienne sur un sous-bock ».

Après son retrait de la politique, Friedrich Merz s’est lancé dans une carrière d’avocat d’affaires. Depuis 2016, il dirige aussi l’organe de contrôle de la filiale allemande de BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde.

Cette entreprise américaine détient notamment des parts dans plusieurs des mastodontes économiques allemands, comme Allianz ou Bayer. La presse le présente du coup comme millionnaire.

Il n’y a pas que sur le plan politique qu’il est l’antithèse d’Angela Merkel. M. Merz est originaire de l’ouest du pays, marié, père de trois enfants et catholique, là où la chancelière vient de l’ex-RDA, est divorcée et remariée, sans enfant et protestante.



Hausse des couts salariaux aux USA



Le cout quotidien des dettes publiques pour chaque pays: de quoi réflêchir! Beaucoup considèrent les USA comme le pays le plus sain et le plus sur, ils font le postulat implicite ques les USA  ne tomberont jamais en faillite et qu’ils répudieront leur dette d’une façon ou d’une autre. Ma conviction est qu’un jour les USA trouveront une opportunité de ne pas honorer leurs dettes vis à vis de l’étranger.
BloombergQ] Asian Stocks Rise; Treasury Yields Push Higher: Markets Wrap

[Reuters] Asia stocks crawl up after a merciless October for global equities

[Reuters] China factory growth weakest in over 2 years, slump in export orders deepens

[BloombergQ] China Feels Trade War Pain as Export Gauge Signals Worse to Come

[BloombergQ] Can China-U.S. Relations Step Back From the Edge?

[Reuters] U.S. diplomat says bid to decide Taiwan’s future by non-peaceful means a ‘grave concern’

[WSJ] This Is How China’s Currency Works

[WSJ] Bank of Japan Warns of Pressures From Global ‘Protectionist Moves’

[FT] China to sell debt in Hong Kong to support renminbi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s