Un excellent article sur le populisme par un excellent auteur. Le populisme parce que l’on n’a plus les moyens d’être social démocrate

Matthew Goodwin est un bon, je le suis depuis longtemps. 

Je traduis rapidement, puis j’expose mon point de vue personnel , puis je vous livre le texte de Goodwin.

Grace à ses recherches, Goodwin  assène des vérités sur le populisme que l’establishment voudrait bien enterrer. Il analyse non pas les narratives pourries à la Macron, mais la réalité.

Goodwin fouille au plus profond des causes qui ont produit le populisme et il en fait remonter les origines bien avant les dates qui conviennent aux élites. La datation est importante car elle exclue certaines causes qui n’existaient pas avant.

Premièrement il dit que les choses peuvent aller vite et surprendre. Il insiste sur le caractère général de la montée du populisme.

Deuxièmement le populisme n’est pas temporaire, circonstanciel il est là pour durer

Troisièmement le populisme dépasse très largement la question de l’immigration, il constitue une demande pour un système politique plus responsable et une politique économique plus équilibrée.

Quatrièmement le succès des Trump, Marine ou Salvini dépasse la question économique et la répartition des revenus et des richesses après la crise de 2008.

Cinquièmement le succès populiste ne tient absolument pas à une résurgence du racisme et encore moins à une tentation fasciste.

Sixiemement les populistes ne sont pas manipulés par l’extrême droite

Septièmement  la montée du populisme a coïncidé avec le déclin de la sociale démocratie.

Et la nous arrivons à notre analyse personnelle; la compréhension du populisme ne peut être qu’historique, il faut analyser sa genèse et c’est uniquement ainsi que l’on peut le comprendre. Il ne faut pas projeter un schéma d’interprétation spiritualiste du populisme , il faut en analyser la genèse et les articulations organiques. Son ancrage dans le réel du système économique et social. Les gens ne deviennent pas méchants en fonction du saint esprit ou d’une malédiction, leur méchancté est produite par le réel, par le matériel.   

La sociale démocratie a été l’arrangement politique qui a dominé jusque dans les années soixante et soixante dix. Pourquoi? Parce que le système social démocrate reposait sur un consensus d’une part et des ressources pour le financer d’autre part.

La social démocratie c’est cher et c’est un luxe que de pouvoir satisfaire à la fois aux lois du capital et aux demandes des salariés.

La chute de la profitabilité , le ralentissement de la croissance ont pour ainsi dire coupé l’herbe sous les pieds de la social democratie, il n’y a plus eu assez de ressources pour à la fois nourrir l’ogre du capital et tenir au calme  les salariés.

On a du rogner sur la répartition, abandonner le fordisme et réintroduire la rareté et avec elle les mécontentements sociaux. C’est l’évolution du système de production qui en réintroduisant la question de la profitabilité et de la rareté a produit la chute de la social démocratie, a effrité ses bases et ainsi a ouvert la voie à la production objective et non pas subjective d’un nouveau système.

Le populisme n’est pas un choix, c’ est l’expression sociale et politique  d’un stade du capitalisme. Le populisme est surdéterminé, il est un produit de l’évolution du système capitaliste confronté à la raréfaction du profit et optant pour la fuite en avant de  la fiancialisation c’est dire pour l’inégalité extreme.

En clair on est passé au populisme parce que l’on n’a plus eu les moyens de rester social démocrate. La caricature de ce que j’avance est fournie par tout ce qui s’est passé chez les pays nordiques, ces modèles anciens de la social démocratie.

Matthew Goodwin is co-author of National Populism: The Revolt Against Liberal Democracy

The Guardian.

For a number of years Europe has been in the midst of a significant challenge from national populism, as a succession of recent elections have shown in ItalyAustriaHungary and Sweden.

Yet this is a movement that remains poorly understood.

on the radical left and Greens are also making gains in some countries, but they are having nothing like the electoral or policy impact of the far right. It has emerged in democracies that were always thought to be immune to this political force.

When I first started working on the subject in the late 1990s, an unwritten law of sorts was that there were four democracies that would never succumb. They were Sweden and the Netherlands, because they were historically liberal, the UK because of its strong political institutions and civic culture, and Germany, because of the stigma left by the events of the second world war.

But fast forward only 20 years, and each of those countries has now experienced a major populist rebellion. Pim Fortuyn and then Geert Wilders in the Netherlands. The Sweden Democrats, who recently reached a new record share of the vote. Alternative for Germany, which has more than 90 seats in the Bundestag and seats in 15 of Germany’s 16 state parliaments. And in the UK, Nigel Farage and the UK Independence party forced a referendum on Britain’s EU membership which voted for Brexit.

Sometimes we forget how quickly radical change in politics can occur.

The left has always struggled to make sense of national populism which seeks to prioritise the culture and interests of the nation, and promises to give voice to a people who feel that they have been neglected, even held in contempt, by distant and sometimes corrupt or self-serving elites.

And today’s thinkers, writers and groups on the left have subscribed to a number of theories, all of which are incorrect.

They claim this volatility is simply a shortlived backlash against something – whether immigrants or “the system” – rather than a positive vote for what national populists are offering, not only more restrictive immigration policies but also a more responsive political system and more equal economic settlement.

Another misconception, building on Marx, is that the likes of Donald Trump, Marine Le Pen or Matteo Salvini are driven by people’s concerns about economic scarcity, competition over wages or jobs, and, particularly today, by the effects of the post-2008 financial crisis and austerity.

A third is the mistaken belief that all these awkward and troubling movements are essentially a reflection of lingering racism in society, and perhaps even latent public support for fascism.

Others argue, again wrongly, that voters are being ruthlessly manipulated into voting for the populists by dark and shadowy right-wingers who control the media or big tech.

These ideas are not mutually exclusive, but they have dominated much of the left’s thinking about populism. Yet there isn’t much evidence to support any of them.

Clearly, only a fool would argue that things like the financial crisis, social media and racism are not important. But they have been given a level of influence in the debate that is wholly disproportionate to their significance, and they distract from dealing with the actual grievances that are fuelling the rise in populism.

The idea that Brexit can be explained away via references to big tech firms, that Trump is merely a byproduct of racism, or that the dramatic political shifts in Europe can be resolved by redistribution and tackling inequality, are mere comfort blankets.

What we need to focus on instead is how in most western democracies the rise of national populism has coincided with the fall of social democracy. National populism has recognised how the foundations of politics are moving while the left, for the most part, has clung to outdated theories.

The current wave of national populism actually began decades ago, in the late 1970s and 80s, a “backlash” to the 60s liberal revolution that never truly went away. Since then it has been most successful in some of the most prosperous and stable economies, including those with strong rates of growth and low unemployment.

Even in Britain we conveniently ignore the fact that Farage and his self-anointed People’s Army first enjoyed major success at the 2004 European parliament elections, after 48 consecutive periods of economic growth, and drew much of their early support from affluent conservatives (it was only later when Ukip became more successful among blue-collar workers).

The tendency to dismiss these movements as a political home for old, white racist men ignores the fact that Le Pen picked up much of her support not only from young men but young women in France, while in Austria, Germany, Italy and Sweden, national populists are strongest among the under-40s or draw their support fairly evenly from across age groups.

And, when it comes to racism, studies have shown that this is falling, not rising.

So what is really going on?

National populism is revolving around four deep-rooted societal shifts: the “three Ds”.

First, there are high levels of political distrust, which are being exacerbated by populist leaders who paint themselves and their followers as victims of a political system that has become less representative of key groups.

Second, many people have strong and entrenched fears about the perceived destruction of national cultures, ways of life and values, amid unprecedented and rapid rates of immigration and ethnic change.

Accompanying this distrust and fear are anxieties about the loss of jobs and income, but also a strong sense that they and their ethnic and social group are being left behind relative to others in society.

Finally, many political systems in the west are having to grapple with a new era of dealignment, in which bonds between voters and traditional parties are breaking down, and hence the path for new political challengers is much more open.

When you take a closer look at these four currents it becomes abundantly clear that there is nothing ephemeral about national populism, and we will be living in an era of heightened volatility for many years to come.

 Matthew Goodwin is co-author of National Populism: The Revolt Against Liberal Democracy

Publicités

4 réflexions sur “Un excellent article sur le populisme par un excellent auteur. Le populisme parce que l’on n’a plus les moyens d’être social démocrate

  1. Vous pourriez également ajouter que la social démocratie n’est possible qu’entre partenaires commerciaux équivalents. L’arbitrage entre occidentaux et pays en développement apporté par la mondialisation a cassé cet équilibre.

    J'aime

  2. Quand le capitalisme menace la liberte,il faut lui dire stop. La defense de la liberte avant la defense du patrimoine. Parce que l’histoire nous a montre a maintes reprises que quand la liberte disparait, votre patrimoine peut vous etre pris a n’importe quel moment.
    La liberte d’echanger est menacee. On est en train d’essayer de vous obliger a echanger alors que les termes de l’echange sont devenus trop defavorables.La hausse des prelevements obligatoires vous oblige a echanger du temps contre de la monnaie. L’inflation vous oblige a echanger la monnaie eventuellement restante avant qu’elle perde trop de son pouvoir d’achat: on est accule par l’alliance etat-banques.

    J'aime

  3. Bonjour
    Tout ceci est juste, cependant je me demande si, en France, le « Populisme » n’aurait pas des racines bien plus profondes et anciennes:
    Dans notre mémoire collective, nous entrons dans l’histoire par la conquête romaine: De Bello Gallico est le premier document étendu sur ce qui deviendra la France , quelques siècles plus tard. Ceci signifie très exactement que les prémices de ce qui deviendra l’Etat français sont romains, c’est à dire une armée d’occupation. Vivant et prospérant donc sur le dos de l’indigène.Ce qui est marquant, c’est que lors de l’effondrement de l’empire romain, ce n’est pas un pouvoir local qui prendra le relais mais bel et bien une force armée étrangère : les tribus franques qui , comme beaucoup de « barbares » ailleurs , conserveront les administrations locales pour gérer leur conquête. L’Etat français est donc le descendant direct de ces légions d’occupation: il a dans ses gènes ceux d’une armée d’occupation vivant sur le dos de l’occupé, à savoir le vieux fond gaulois du pays. Il faudra attendre 1791 pour voir une résurgence du pouvoir « indigène » qui, cependant, ne pourra se débarrasser de ce triste héritage…. Il y a l’Etat, les Elites et il y a la « société civile  » qui les nourrit . Elites ont les membres peuvent parfaitement venir de la « société civile » cad les dominés, mais qui doivent adopter la culture d’Etat, lorsqu’ils intègrent les cercles du pouvoir. (Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a pas de notion d’intérêt général..)
    La République n’a pas su analyser cette composante archaïque de sa structure, et les agents de ce qu’on appelait hier encore le jacobinisme et aujourd’hui les « élites » , ont du mal à ne pas imposer leurs décisions comme les légions romaines le faisaient il y a 2000 ans. A coups de matraque si les mal-comprenants ne plient pas assez vite ….
    Ce vieil antagonisme entre l’Etat et le Peuple, ne devrait pas pouvoir subsister si nous vivions dans une vraie république démocratique.
    Cordialement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s