Gilets jaunes: en attendant de mesurer l’ampleur, analyse.

Les « gilets jaunes » se rassemblaient samedi matin à travers le pays pour tenter de bloquer routes et points stratégiques lors d’une « mobilisation générale » citoyenne inédite. Le motif de la mobilisation populaire est  la hausse des prix des carburants.  L’ampleur restait encore difficile à évaluer.

Pour le moment, on peut avancer l’idée que la mayonnaise a pris malgré les boycotts et réticences de certaines organisations dont c’est pourtant la vocation de protester pour soutenir les demandes populaires. La récupération politique est toujours un risque, mais comme le motif de la mobilisation est politique et unifiant, on ne peut s’étonner ou même s’en offusquer. Tout le monde est   touché par la politique gouvernementale et chacun met en forme le mécontentement pour en tirer avantage. qu’y -a-t-il d’étonnant à cela?

La vraie récupération n’est pas politique mais médiatique; les médiacrates  sur ordre plus ou moins explicite ont pour mission de cantonner la mobilisation à une mobilisation d’abord pour les taxes sur les carburants et ensuite sur le pouvoir d’achat. Il faut cantonner pour éviter d’être débordé.

Or le cantonnement est scélérat car si vous discutez avec les gens mobilisés vous vous apercevez que le motif n’est qu’un prétexte, qu’une occasion, qu’une opportunité; ce que les citoyens veulent exprimer c’est tout un ensemble de choses qui se formule plus ou moins vaguement comme un refus de Macron, de sa politique, de son style, de son mépris .

Ils veulent aussi se venger de s’être fait baiser ou voler lors de l’élection. Il y a quelque chose comme une revanche longtemps attendue. C’est un tout et on doit considérer que réduire le mouvement au carburant ou au pouvoir d’achat c’ est deja de la propagande. Il faut avoir le courage de dire que les taxes ne sont que l’équivalent des gouttes d’eau qui font déborder le célèbre vase. C’est précisément parce que le fond social est prêt à la révolte que le mouvement a des chances de prendre. Le terrain est favorable. Il y a comme on dit en acoustique possibilité de résonance .

Le problème des rapports entre Macron et le peuple est complexe car se trouvent enchevêtrés des éléments concrets de son action et des éléments plus abstraits, plus soft comme son langage, son comportement ou ses sorties méprisantes.

Il s’y est ajouté il y a quelques jours, des narratives choquants sinon insupportables comme celui sur la similitude avec les années 30 et le coup de chapeau à Pétain.

Tout cela produit une sorte de désamour, et ceux qui ont voté pour lui se sentent cocus. N’oubliez jamais que beaucoup de choix électoraux sont intuitifs, émotionnels, fondés sur des images.

Il est dommage que les corps constitués, les relais de la démocratie ne saisissent pas l’opportunité pour faire progresser la conscience politique populaire et montrer en quoi fondamentalement la politique de Macron est discutable. En quoi elle est  partisane et en quoi elle ne vise pas le bien public. Car c’est de cela qu’il s’agit au fond: le politique de Macron n’est pas celle qui est souhaitée par les Français.

Macron gère et réforme au profit d’un agenda qui est imposé par l’étranger. Il faut le décortiquer, le mettre a nu et surtout faire sentir en quoi cet agenda produit  l’appauvrissement des uns et l’enrichissement des autres.

Même en étant européiste on peut refuser la politique actuelle d’austérité, de laminage, d’accroissement des profits et  des subventions au Medef. On peut être européiste et considérer que pour être acceptables les fameux sacrifices dont Macron nous rabat les oreilles doivent être expliqués,  partagés, socialement répartis et surtout ils doivent donner des résultats ! Or cela fait cinquante ans que l’on demande ou impose des sacrifices aux Français sans qu’ils puissent constater le moindre résultat. Depuis le choc du pétrole dans les années 70, la France est soi disant en crise! Nous avons encore au moins un chômage de 9% sans, compter le travail bidon et les parkings à chômeurs!

Macron est arrivé en anti Hollande! il a voulu montrer que Hollande n’avait pas osé faire les réformes qui s’imposaient, il a suggéré qu’au fond Hollande n’était pas courageux. Il a affirmé que lui, serait courageux et il a promis au Medef et aux Allemands que l’on allait voir ce que l’on allait voir: qu’il en, avait lui dans le pantalon!  Helas ce n’est pas être courageux que de s’attaquer à son peuple et de le salir, non c’est se tromper de cible: on est courageux quand on s’attaque aux puissants, pas aux faibles. Surtout quand les faibles peuvent devenir forts.

Individuellement les citoyens sont faibles. Mais en foule, en, masse ils sont forts et ils peuvent être dangereux.  Macron ferait bien de s’en persuader et d’en tirer les  conséquences. Il joue avec le feu. Cette fois il peut gagner, c’est évident mais face aux foules il suffit d’un catalyseur, d’un évènement imprévu pour que quelque fois le grand fleuve tranquille se transforme en torrent.

En début de matinée, aucune ville ou centre économique n’était entièrement bloqué mais les troupes de « gilets jaunes » s’étoffaient peu à peu, aux ronds-points, sorties d’autoroute, sur les parkings etc.

En région parisienne, de 50 à 80 voitures étaient rassemblées sur le parking d’un centre commercial à Meaux, en Seine-et-Marne, et devaient se diriger jusqu’au péage de Coutevroult sur l’A4 où ils prévoient une opération péage gratuit, selon la préfecture. Dans les Yvelines, quelques dizaines de manifestants se sont retrouvés sur des parkings de supermarché, à Buchelay et Flins.

Dans la nuit, trois radars ont été incendiés à Poissy et Guerville, toujours selon une source préfectorale des Yvelines.

Les gilets jaunes, regroupés avant 7H00 du matin à proximité du périphérique parisien, près de la Porte Maillot, ne sont pas encore parvenus à bloquer ce grand axe routier.

Un participant, porte d’Auteuil, a été interpellé par la police à la suite d' »un incident » avec un membre des forces de l’ordre, a-t-on indiqué de source policière.

En région, quelque 400 personnes étaient au rendez-vous sur le parking du centre commercial Chamnord à Chambéry, avec pour objectif de bloquer la voie rapide urbaine, une centaine de véhicules bloquaient la sortie Ouest de l’A9 à Béziers, des blocages étaient en cours autour de Perpignan, tandis que l’accès à l’A61 à hauteur du péage de Toulouse sud était lui aussi bloqué.

« C’est beaucoup plus important que ce que nous avions prévu, c’est citoyen et bon enfant », déclare Yves Garrec, chauffeur VTC et coordinateur Gilets jaunes, depuis un rond-point à Toulouse.

A Dole, dans le Jura, André, 38 ans, s’est déguisé en carotte, sur un rond-point. Il n’a pas de permis de conduire mais il soutient le mouvement. « Macron est le président des riches et pas des pauvres. Il doit aussi penser aux pauvres », affirme-t-il.

Environ 1.500 actions sont attendues sur le territoire- blocage de routes, de supermarchés, de stations essence -, dont seule une centaine aurait été déclarée, selon une source policière.

Paralyser le pays en empêchant toute dépense, c’est le moyen de pression envisagé par les « gilets jaunes ».

« Il est prévu que des gens arrivent tout au long de la journée à Paris », explique Steve, 31 ans, chauffeur de taxi dans la capitale. « Les CRS nous bloquent par endroit mais on va trouver les points d’entrée pour faire une opération escargot sur le périphérique ».

A l’initiative de cette grogne, des membres de la société civile se sont mobilisés contre la hausse du prix des carburants avant que les motifs de grief ne s’élargissent à une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement en matière de taxation et à la baisse du pouvoir d’achat.

Au 1er janvier 2019, les taxes sur le gazole doivent augmenter de 6,5 centimes d’euro par litre et celles sur l’essence de 2,9 centimes.

Déconcerté par ce mouvement de défiance citoyenne spontanée dont il ne connaît pas encore l’étendue, l’exécutif a tenté mercredi d’enrayer la mobilisation avec des mesures.

Inflexible sur la taxe carbone – et notamment sur les carburants – Edouard Philippe a proposé la mise en place d’une surprime (pouvant aller jusqu’à 4.000 euros) à la conversion pour les foyers modestes ou les gros rouleurs, l’élargissement du chèque énergie, un dispositif d’aide pour les dépenses d’électricité et de gaz.

Le Nord-Pas-de-Calais et l’Alsace sont les deux régions où la mobilisation devrait être la plus forte, d’après une autre source policière, qui précise que plus de 600 villes seront touchées.

« C’est paradoxal, on a les renseignements puisque tout est sur les réseaux sociaux, mais on ne connaît pas la mobilisation, on ne sait pas combien de personnes répondront aux appels », a expliqué un haut fonctionnaire de Beauvau.

L’exécutif n’a cessé de mettre en garde contre la récupération politique alors que certains politiques ont annoncé leur participation aux manifestations – le président des Républicains, Laurent Wauquiez, le chef de file de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, comme certains élus RN, mais pas leur présidente Marine Le Pen.

Publicités

3 réflexions sur “Gilets jaunes: en attendant de mesurer l’ampleur, analyse.

  1. Oui, c’est l’effet goutte d’eau faisant déborder….

    Vous avez raison d’écrire à longueur de blog que tout fait système et que chaque élément interagit au service d’un tout. Tout est justement fait pour que le système ne soit pas visible , tout est découpé en tranches de saucisson pour que le tout soit caché.

    Et les gilets jaunes ne réagissent que sur les taxes sans faire le lien avec le financement du socialisme dans lequel toute la société française baigne. Sans faire le lien que ce socialisme est la mesure compensatoire d’un capitalisme financier débridé et irresponsable.

    Et il ne faut évidemment pas compter sur les partis et les syndicats pour leur faire ouvrir les yeux, à la fois parce qu’ils en vivent du socialisme et aussi parce qu’ils ne foutent plus rien, zéro réflexion digne de ce nom.

    Désolé d’être long, mais la porte de sortie de ce merdier, je ne la vois pas. A part recréer des micro-sociétés, solidarités , circuits économiques par le bas.

    J'aime

  2. Au même moment en France, il y a des milliers d’autres manifestations festives et on ne parle que des gilets jaunes…
    On ne parle que de gens qui sont les perdant de la politique actuelle ou qui ne savent pas s’adapter aux changement…

    J'aime

    1. On ne parle que de gens qui sont les perdant de la politique actuelle

      Vous croyez que vous pourrez echapper a la correction mais tous nous serons frappes a des degres divers.La pompe aspirante de la dette n’epargnera personne.Les gilets jaunes sont en grande partie des gens du prive qui sont a l’os.Macron attent apres les elections europeennes pour s’attaquer aux fonks…

      ou qui ne savent pas s’adapter aux changement…
      oui on en a connu a travers l’histoire des francais prompts a s’adapter aux « changements »…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s