Haro sur les plumitifs aux ordres et haro sur les autres aussi par la même occasion

Ce petit texte a été écrit en guise d’introduction à un billet de Bruno Adrie que vous trouverez reproduit dans mon service. J’ai complété ce texte .

« Lisez ce texte de Bruno Adrie. Je l’ai apprécié, je pense que vous en ferez autant. Ce que j’apprécie chez Adrie c’est sa capacité d’indignation et ses formulations qui font mouche.

Bien sûr il faut s’habituer à son style et se laisser porter par ses phrases.
Je crois que Bruno Adrie perçoit parfaitement le caractère scandaleux de la situation présente avec cette inversion scélérate servie par les passe-plats des médias: les braves gens sont des fachos.

J’avoue que j’ai honte quand je regarde BFM.

Il fut un temps où on considérait que les prolétaires et les gens d’en bas étaient admirables. C’était le temps du Parti Communiste. C’était le temps où le Parti Socialiste tout en étant déjà plus ou moins traître social penchait encore à gauche; c’était le temps où le Raffarin se présentait comme le représentant de la France d’en bas pour jouer au Premier ministre de Chirac. Dieu qu’il a bien changé celui-là, cet acolyte de Juppé, cet acolyte de Barnier, et autre cet acolyte de la bande des 4, ex-ministre de la Justice, que je ne vais pas nommer qui a passé la frontière suisse avec 15.000€ en petites coupures sans même que cela fasse les titres des journaux.
En ce temps là dis-je , la France d’en bas était encore respectée.
Maintenant non seulement elle n’est plus respectée, son suffrage, on s’en fout, on ne la craint pas; on ne l’admire pas. On lui pisse dessus.

Cela me rappelle une conversation avec feu Robert Hersant , alors patron du Groupe Le Figaro alors que patron de presse j’étais en conflit avec les journalistes de ma rédaction: « Ne vous en faites pas Bruno, ce sont des baudruches,  dans leur conscience tout ce qui les intéresse ce sont les indemnités de clause de conscience; de conscience ils n’en n’ont pas. Quand je fais une réunion la première fois je leur demande la permission d ‘aller pisser, la seconde je vais pisser sans rien leur dire et la troisième fois je leur pisse dessus« . Hersant était un voyou mais il avait compris. Il avait vendu son âme aux giscardiens mais il avait un mépris de connaisseur …

Pisser dessus, c’est exactement ce que font les nomenclaturistes macroniens et leur clique de plumitifs; plumitifs c’est beaucoup dire car ils ne savent ni lire ni écrire; tout ce qu’ils savent faire c’est montrer des images truquées, sur ordre. Aucune déontologie; aucun respect pour la carte de journaliste qu’ils ne devraient pas avoir.

 


Ecoutez Michel Onfray 

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/une-semaine-en-jaune-la-video-?autoplay=true&startTime=0


Comment des présentateurs télé peuvent-ils avoir droit à une carte de journaliste, nom de nom? Ce n’est pas une question de circonstance, c’est une question de fond. On a supprimé les cartes pour les prostituées, on devrait les supprimer pour les journalistes télé.

La révélation d’une vraie coupure sociale: 

Ce qui me frappe et que je voudrais ajouter et qui semble échapper à la plupart des commentateurs: c’est le clivage, la coupure, le fossé et bientôt la haine entre le monde urbain et le monde « d’ailleurs ». Je dis « ailleurs » car toute la province n’est pas la campagne, mais elle est noyée, submergée par le mépris des urbains.

Que seraient ils ces médiocres boboisés , totalement dépendants, incapables de subvenir à leurs besoins, ces profiteurs du savoir faire des campagnes, ces profiteurs de l’épargne des campagnes, ces profiteurs des surexploités des émergents que feraient ils eux qui, il faut le dire,  ne savent vivre qu’à crédit. Ils sont dépendants et ce sont eux qui se permettent de cracher aux visages de ceux dont ils dépendent.
A tous ceux qui sont mobilisés, à tous ceux qui consacrent leur temps à tenter de faire aboutir le combat des Gilets Jaunes, je donne un conseil, tenez compte de cette coupure entre les villes et les campagnes, tenez compte du fait que ce sont maintenant non seulement des profiteurs, mais des ennemis. La classe qui est au pouvoir les joue contre vous.

Pensez y quand vous chercherez ou rencontrerez des gens qui se prétendront vos porte paroles.

Vous n’avez pas de porte parole, c’est une englande de plus.  »

 

Publicités

3 réflexions sur “Haro sur les plumitifs aux ordres et haro sur les autres aussi par la même occasion

  1. « Comment des présentateurs télé peuvent-ils avoir droit à une carte de journaliste, nom de nom? »
    Intéressant mais pouvez-vous développer votre pensée svp ?
    Cela veut dire que que le journalisme se limite à l’écrit (presse) et non aux médias ?
    Ce qui sous entendrait qu’il n’y a pas de possibilité d’avoir un vraie travail de journalisme, non biaisé, non partisan à la télévision et à la radio ?
    Je voyais le journalisme par rapport à l’information, avec une obligation éthique de neutralité et d’impartialité, surtout pas d’activisme politique et idéologique, les journalistes étant médiateurs du peuple auprès des élites gouvernementales (aujourd’hui c’est l’inverse, les journalistes se font les portes-parole du gouvernement auprès du peuple).

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s