La presse capitaliste contre la « peste brune » des gilets jaunes, billet d’humeur par Bruno Adrie, avec intro BB

Lisez ce texte de Bruno Adrie. Je l’ai apprécié, je pense que vous en ferez autant.

Ce que j’apprécie chez Adrie, c’est sa capacité d’indignation et ses formulations qui font mouche. Bien sûr il faut s’habituer à son style et se laisser porter par ses phrases.
Je crois que Bruno Adrie perçoit parfaitement le caractère scandaleux de la situation présente avec cette inversion scélérate servie par les passe-plats des médias: les braves gens sont des fachos.
Il fut un temps où on considérait que les prolétaires et les gens d’en bas étaient admirables. C’était le temps du Parti Communiste. C’était le temps où le Parti Socialiste tout en étant déjà plus ou moins traitre social penchait encore à gauche; c’était le temps où le Raffarin se présentait comme le représentant de la France d’en bas pour jouer au Premier ministre de Chirac. Dieu qu’il a bien changé celui-là, cet acolyte de Juppé, cet acolyte de Barnier, cet acolyte de l’autre de la bande des 4 que je ne vais pas nommer qui a passé la frontière suisse avec 15.000€ en petites coupures sans même que cela fasse les titres des journaux.
En ce temps là la France d’en bas était encore respectée.
Maintenant, non seulement elle n’est plus respectée; son suffrage, on s’en fout, on ne la craint pas; on ne l’admire pas. On lui pisse dessus.

Pisser dessus, c’est exactement ce que font les nomenclaturistes macroniens et leur clique de plumitifs; plumitifs c’est beaucoup dire car ils ne savent ni lire ni écrire; tout ce qu’ils savent faire, c’est montrer des images truquées, sur ordre. Aucune déontologie; aucun respect pour la carte de journaliste qu’ils ne devraient pas avoir. Comment des présentateurs télé peuvent ils avoir droit à une carte de journaliste, nom de nom?

En passanr, vous savez qu’Altice de chez Drahi est quasi en faillite; j’ai suggéré il y a quelques temps qu’il allait recevoir une aide politique en sous-main; maintenant, j’en suis persuadé car l’infâme BFM TV a bien fait son sale boulot.
Ce qui me frappe et que je voudrais ajouter et qui semble échapper à la plupart des commentateurs: c’est le clivage, la coupure, le fossé et bientôt la haine entre le monde urbain et le monde d’ailleurs. Je dis ailleurs car toute la province n’est pas la campagne, mais elle est noyée, submergée par le mépris des urbains.

Que seraient ils ces médiocres, totalement dépendants, incapables de subvenir à leurs besoins, ces profiteurs du savoir faire des campagnes, ces profiteurs de l’épargne des campagnes, car eux, il faut le dire, les urbains, ne savent vivre qu’à crédit. Ils sont dépendants et ce sont eux qui se permettent de cracher aux visages de ceux dont ils dépendent.
A tous ceux qui sont mobilisés, à tous ceux qui consacrent leur temps à tenter de faire aboutir le combat des Gilets Jaunes, je donne un conseil, tenez compte de cette coupure entre les villes et les campagnes, tenez compte du fait que ce sont maintenant non seulement des profiteurs, mais des ennemis. Ils vous plantent le poignard dans le dos.

In cauda venenum

La presse capitaliste n’a pas pour habitude de condamner les violences commises par les CRS contre les manifestants, en particulier lorsqu’aucune agression ne les légitime. Mais il suffit que des journalistes de BFMTV soient victimes d’une tentative de « lynchage » à Toulouse, et la voici qui se déchaîne.
Il n’est bien entendu pas question de justifier les violences dirigées contre des journalistes au service de l’ordre néolibéral. Mais ces derniers devraient être capables de se situer dans la grille sociale, d’être conscients de la posture fondamentale pour laquelle ils militent de fait, et de comprendre l’hostilité à laquelle ils s’exposent. S’ils se mettaient un peu plus en perspective, ils comprendraient qu’ils ne sont que la piétaille – souvent précarisée – agissant aux ordres de généraux recrutés par de grosses affaires qui mènent une guerre sans merci – et sans états d’âme – contre la liberté de pensée et les libertés…

Voir l’article original 233 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s