Le fil des Tweets  samedi 

Le fil des Tweets  samedi ; cliquez sur le lien bleu ci dessous

Publicités

2 réflexions sur “Le fil des Tweets  samedi 

  1. Si Ghosn a raison…
    Par Laurent Joffrin, Directeur de la publication de Libération — 7 février 2019
    Si Ghosn a raison…

    Ainsi Carlos Ghosn, non content de la fortune qu’il gagnait chaque année, aurait fait financer indirectement son mariage à Versailles par Renault, à travers un subtil montage de mécénat. Rien n’est avéré mais la nouvelle direction de l’entreprise a tout de même décidé de transmettre le dossier à la justice. Le lieu se prête aux comparaisons historiques : Ghosn serait-il une sorte de Fouquet, ce ministre corrompu et ambitieux du Grand Siècle ? Un Fouquet qui n’organiserait pas ses fêtes à Vaux-le-Vicomte mais louerait directement le palais de Versailles pour rivaliser avec la munificence de Louis XIV, le tout aux frais de la princesse, en l’occurrence la grande firme automobile mondiale ?

    Tout cela demande vérification et sanction judiciaire, pour le condamner ou l’innocenter. Mais quelle que soit l’issue de cette bataille, elle sera désastreuse, en tout état de cause, pour l’image de l’establishment industriel mondial. Deux thèses sont en présence, et les tribunaux diront laquelle est la bonne. Mais les deux mettent en lumière des mœurs extravagantes en vigueur au sommet des multinationales de la mondialisation heureuse. Si Ghosn est coupable – thèse des procureurs japonais –, il apparaîtra que l’avidité hors du commun d’un baron de la grande industrie l’a conduit non seulement à toucher des émoluments gigantesques, mais encore à abuser des facilités que lui procurait son poste pour se livrer à toutes sortes d’irrégularités destinées à financer un mode de vie de sybarite. Ce qui conduira le public à penser que la cupidité des capitalistes modernes, comme celle des satrapes du Bas-Empire, n’a décidément aucune limite.

    Et si Ghosn a raison – jusqu’à preuve du contraire, il est présumé innocent –, c’est sa thèse qui l’emportera. Laquelle consiste à accuser ses anciens collègues (et nouveaux ennemis) d’avoir couvert en connaissance de cause ses dépenses somptuaires et monté ensuite un ténébreux complot pour l’écarter, en l’accusant faussement de délits qui lui valent de croupir en prison depuis des semaines, méthodes qui sont en général réservées aux dictatures corrompues. Comportement de sybarite d’un côté, procès stalinien de l’autre : dans les deux cas, nous sommes plongés au cœur d’un univers de corruption hédoniste ou d’intrigues machiavéliques, dignes de la cour de Florence au XVIe siècle. Voilà qui ne risque pas de redorer le blason moral de «l’oligarchie» dénoncée par la gauche radicale aussi bien que par les national-populistes. On s’étonne ensuite que les démocraties libérales soient mises en cause sur fond d’indignation populaire.

    J'aime

    1. Je ne vais pas relever les éléments de langage qui foisonnent dans le texte.

      Et je ne m’en tiens pas au faits, ils sont sans intérêt ; ils ne font qu’illustrer un phénomène bien connu: les abus.

      Au passage Joffrin n’a guère progressé depuis le temps ou il faisait des piges à la Vie Française, il est toujours aussi médiocre. aucune capacité d’analyse.

      Les faits étant sans intérêt ce qui est significatif, c’est la démarche sous jacente à l’affaire : un homme phare a un comportement qui prête à la critique.

      C’est la ligne de tous les régimes, de tous les systèmes: quand on découvre leurs failles et on dit le système est bon , mais il y a des brebis galeuses.

      Cette ligne permet de laisser le système de rester intact et de se blanchir malgré les vices qui lui sont inherents.

      Ici je soutiens que ce que l’affaire Ghosn met en lumière c’est non pas le vice d’un homme mais une pratique généralisée du système.

      Cette pratique est inhérente au nouveau capitalisme qui a fait du manager un complice des actionnaires et des actionnaires des complices des managers. Il y a partage et solidarité. Donc culpabilité étendue.

      Ce fut la même chose du temps des soviets, souvenez vous des analyses au moment du rapport Kroutchev!

      Le système est plus fort que tout et surtout plus fort que les individus, il survit en dénonçant lui même les membres qui le mettent en danger.

      Pour se reproduire, le système lave plus blanc que blanc dirait Coluche.

      Il faut donc aller au dela des exces individuels lesquels sont des distractions et voir la logique qui est à l’oeuvre dans le capitalisme actuel pervers et financiarisé.

      Les managers ne travaillent plus pour la collectivité « entreprise , clients, salariés, societé civile », non ils sont passés avec armes et bagages du coté du seul capital.

      La preuve ils ont des rémunérations, non pas de salariés, mais indexées, fonction de l’enrichissement du capital. Ils créent comme on dit de la Valeur c’est à dire de la hausse boursière et ils ont droit a une partie de cette plus value boursière.

      C’est le mode actuel du fonctionnement du capital.

      Mais il est evident que ces formes de partage de la plus value sont coûteuses fiscalement et socialement car elles sont scandaleuses dans leurs montants. Aussi bien pour le manager que pour l’entreprise.

      Donc on organise le vol, le pillage pour compléter les rémunérations publiques, officielles, c’est un partage du butin entre brigands, c’est quasi universel donc je ne me trompe pas et je peux le démontrer.

      Le vol, le pillage sont une modalité de remunération connivente et il est absolument certain que le gouvernement français connaissait tout, absolument tout des pratiques de Ghosn.

      Plaider le contraire serait encore plus grave,ce serait plaider l’incompétence! .

      Donc on met en place des systèmes , d’un commun accord, qui permettent de limiter les charges fiscales et surtout les critiques sociales, pour tous. C’est ce que l’on avait fait aussi chez ELF et que la juge a découvert , mais …

      Nous sommes dans le système Ghosn genéralisé.

      C’est un système connivent ou on laisse au manager une marge de pillage sur laquelle on ferme les yeux parce qu’elle fait partie de la rémunération , du partage qui est convenu.

      Système de connivence, je te tiens tu me tiens par la barbichette, nous nous renvoyons l’ascenseur.

      Et c’est ainsi partout.

      Laissez moi faire, avec mon experience, une expertise sur les plus grands groupes et je vous le montrerai au grand jour.

      Le système fonctionne comme cela et c’est un système de connivence jusqu’ à ce que l’un des participants trahisse, c’est à dire ne respecte pas les pactes, les regles du jeu de ce système pervers.

      Et dans le cas de Ghosn , ceux qui n’ont pas joué le jeu et l’ont même laissé s’enferrer ce sont les Japonais.

      Au passage compte tenu du fait que Renault etait sous controle du gouvernement et donc sous tutelle on est en droitde réclamer une enquête totale, élargie, complète car vous pouvez être sur que Ghosn a fait ce qu’il a fait au vu et au su l’émissaire français au Conseil , c’est impossible autrement.

      Donc cet émissaire est complice et je suis prêt à prendre un debat avec qui que ce soit pour demontrer que cet émissaire lui aussi à bénéficié de certaines facilités non contractuelles.

      Pour juger il faut aller jusqu’au bout, jusqu’à l’os et ronger.

      Un jour je vous parlerai de « l’évaporation » de 5 à 15% qui accompagne toutes les opérations de fusions et acquisitions.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s