S&P 500; Configuration intéressante que j’analyse pour vous, une friandise.

Les représentations graphiques sont indispensables, elles permettent de visualiser, de voir d’où l’on vient. Avant, elles permettaient également de savoir où on allait. Certaines configurations permettaient des prévisions efficaces compte tenu du fait que la finance et l’économie sont répétitives, cycliques. Et que la nature humaine ne change pas.

Depuis que les apprentis  sorciers sont obligés de supprimer les cycles en raison de l’endettement excessif de nos systèmes, les figures graphiques ont perdu leur pouvoir prédictif. Une configuration peut très avoir deux interprétations opposées.

Ainsi la configuration de décembre 2018 pouvait à juste titre être  interprétée comme produisant un  marché fondamentalement, primairement baissier.

C’est d’ailleurs ce qui explique que les gourous Cassandre se soit enhardis à attaquer la Bourse. Ils ont  cru qu’enfin ils allaient avoir raison! Ils ont oublié une chose qui est que les marchés ne sont plus un lieu de confrontation des offres et des demandes statistiquement indépendantes, mais  qu’ils sont des lieux de  transmission des volontés des banquiers centraux.

Les marchés ont changé de nature, ils sont des outils au service des régulateurs. Et les régulateurs ne peuvent, à ce stade de la conjoncture économique et financière,  se permettre une baisse supérieure à 20%. Ce chiffre de 20% , c’est le seuil qui a été calculé, c’est le seuil à partir duquel il y a des dégâts dans les bilans et donc des dégâts.

C’est à 20% que le marché risque de ne plus être linéaire et peut devenir comme on dit « fractal » ou même « chaotique ». Au delà de 20% dis-je c’est l’Aventure. Et bien il faut en tirer la conclusion que c’est une sorte de seuil magique certes .. mais réversible.

Si les régulateurs ont besoin d’un marché domestiqué, un marché ou il faut contrôler la volatilité, ils ne vont pas laisser franchir ce fameux cap des 20%, sauf marginalement si ils veulent créer un  » bear trap », un piège à baissier.

Il est souvent avantageux de créer un « trap », un piège que ce soit à la hausse ou à la baisse. Ce piège, qui trompe les gens, les fait faire le contraire de ce qu’il faudrait faire et donc leurs opérations créent une sorte de ressort qui fait rebondir encore plus facilement. Créer un « bear trap » facilite la manipulation d’un marché que l’on veut faire remonter. C’est la fonction des stupides vendeurs a découvert que de faciliter par leurs opérations idiotes la tache  des régulateurs. Avez vous remarqué que l’on remonte toujours en suivant la locomotive des valeurs les plus shortées?

Donc les configurations peuvent soit être interprétées à l’ancienne soit interprétées de façon moderne à savoir qu’il y a des seuils qui ne seront pas franchis, des mouvements qui ne seront pas  autorisés.

Et tant que les autorités ont la situation  en mains, tant qu’il n’y a pas de ventes  massives du public et des phénomènes de  boules de neige alors il est plus intelligent d’être moderne que classique. Il faut prendre les configurations avec méfiance en contrarian, les interpreter à l’inverse.

Regardez ci dessous on est sur une configuration intéressante puisque si on passe les 2830 on donne un signal haussier, la route d’un nouveau record est ouverte.

Mais la logique ancienne voudrait que l’on bute sur la zone 2770/2800. Car elle constitue ce que l’on appelle une résistance technique.

On est à 2775 vendredi.

Si j’étais à la place des régulateurs, je baiserai le marché en faisant semblant pendant plusieurs séances de buter sur la zone, cela constituerait un signal pour les idiots impatients de shorter et ensuite j’embarquerai le marché, raide comme balle. C’est le genre de choses que je faisais étant jeune éxécutant quand on manipulait le marché pour le compte de la Banque de France et du Crédit Lyonnais. .

Le marché avait une vraie allure à chuter en décembre exactement comme en 2015/ 2016 mais on l’ a fait remonter, comme on dit vulgairement « à coups de pieds  dans le cul. » Parce que l’on ne pouvait pas tolérer la baisse.

Regardez ici c’est intéressant le grand site financier Investing.com dit que l’on est encore baissier!

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “S&P 500; Configuration intéressante que j’analyse pour vous, une friandise.

  1. « tant qu’il n’y a pas de ventes massives du public ».

    Mais le public détient- il encore quelque chose ? Il est encore échaudé par 2001 et 2008.
    Depuis plusieurs années on remarque que les volumes sont dérisoires en regard de l’histoire. Vous avez vous-même relevé l’accroissement du nombre d’heures de travail nécessaires pour acquérir une part de S&P500.

    A la fin 2013 Zerohedge avait établi que les deux meilleures performances boursieres sur l’année étaient… l’Argentine et le Venezuela.
    Les actions (les vraies, celles qu’on trouve avec une vraie recherche), ne seraient-elles pas un meilleur refuge que l’or dans les périodes d’hyperinflation ?

    J'aime

  2. Bonjour
    Repris de 0 hedge:
    « …When upstarts periodically challenge their dominance, buying leveraged assets at wide credit spreads, central bankers throw the economy into recession, bankrupting new money, consolidating and preserving the existing power structure,” (he continued). « That’s how capitalism mixed with democracy and rule of law works. »

    Bonjour chez vous.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s