Les dépêches vendredi 12 Avril, les IPO sont le sommun de l’escroquerie boursière. Le temps des « unicorns »

[Reuters] Uber unveils IPO with warning it may never make a profit

Les périodes prolongées de laxisme financier produisent un environnement que l’on doit qualifier pourri. L’excès d’argent qui cherche la performance incite les intermédiaires à proposer des opérations douteuses et les IPO sont parmi les plus redoutables.

Les profits initiaux sont spectaculaires et ils attirent tous les aigrefins. Mais cette possibilité de profit facile attire également les prédateurs qui veulent tondre les aigrefins! On est avec les IPO en pleine forêt de Bondy.

Les intermédiaires sont sans scrupules puisque les commissions sont colossales , certaines vont jusqu’à 15% de l’opération, plus les a-cotés et autres frais annexes. L’argent noir, les rétro commissions et les beefsteacks, les  puces comme on dit circulent pour des montants énormes. Il y a beaucoup  de confiture lors des IPO et cette confiture colle aux doigts de ceux qui les travaillent.

Les mises en vente bénéficient d’un système de contingentement qui alimente le gonflement des ordres, la spéculation et  à ce titre contribue aux surévaluations.

Les IPO c’est le marché aux voleurs.

Plus de 80% des introductions en bourse sont le fait de sociétés qui n’ont pas fait leurs preuves, de sociétés qui n’ont en fait à présenter qu’un business model  , un bilan virtuel et un compte d’exploitation imaginaire: quasi toutes les introductions se font sur des chimères , des pertes qui miraculeusement dans les argumentaires de transmuent en bénéfices:

C’est la production de capital douteux à partir de trois choses.

-l’excès d’argent en circulation et en quête d’emploi

-les modéles et théories boursières alchimiques

-l’appat du gain des firmes introductrices, de leurs managers et de leurs cadres qui sucent les bonus.

Avec le Private Equity, les IPO Sont la quintessence de tout ce qui est condamnable en bourse.

Le développement de ces activités douteuses est d’autant plus redoutable que la période de laxisme monétaire dure longtemps, les opérateurs s’enhardissent.

La surabondance de liquidités crée une demande de performance, cette demande crée une rareté et cette rareté produit la pourriture comme ce fut le cas lors de la grande inflation du logement qui a déclenché la crise de l’immobilier et celle des subprimes, puis la contagion globale.

Dans les périodes d’abondance monétaire, les gogos fleurissent et avec les gogos, les escrocs.


 


[Reuters] Asian shares tread water amid mixed growth signals

[Reuters] Oil prices firm amid OPEC supply cuts, U.S. sanctions on Iran and Venezuela

[Reuters] Uber unveils IPO with warning it may never make a profit

[CNBC] Why India’s election matters for US investors

[Bloomberg] As China Trade War Cools, Japan Braces for Its Clash With Trump

[Bloomberg] Running Out of Options, India Shadow Banks Sell Bonds to Public

[Bloomberg] In Hong Kong, $1.2 Million Will Only Buy You an Average Home

[WSJ] What’s Next for the Global Space Race

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s