Sauve qui peut! Toujours plus. Il n’y a de vérité que du tout. La guerre.

La production de crédit en Chine a été de $427 milliards au cours des 31 jours du mois de mars 2019, ce qui fait 5 trillions en rythme annualisé. Ou mieux 13,8 milliards par jour!
Toute prudence est abandonnée, il est fini le temps du « deleveraging » tout comme  le temps de la recherche d’un équilibre entre l’audace et la prudence, c’est l’Aventure toute.
Cette création de crédit se situe 55% au dessus des estimations les plus conservatrices et 80% au dessus de ce qui avait réalisé en mars 2018.
Sur le trimestre on a explosé tous les records avec une production de crédit de $1,224 trillions soit un bond de 40% sur le premier trimestre de l’année 2018.
Je me répète bien sur mais la dose de remèdes que l’on est obligé d’administrer pour masquer le mal prouve , exprime et donne à voir l’ampleur du mal qui ravage l’économie chinoise.
Et c’est la même chose pour les pays occidentaux; le fait qu’ils ne puissent stopper les remèdes et qu’ils soient obligés de les reprendre après 10 trillions d’inflation des bilans des banques centrales et des dizaines de trillions de dettes plus ou moins shadow, tout cela montre la gravité du mal.
Et  personne ne conteste aussi bien les diagnostics que les remèdes ou les conséquences non voulues des remèdes.
Pendant ce temps les Bourses sont euphoriques, le pouvoir de prélèvement des ultra riches et des financiers sur les richesses du monde ne cesse de progresser, c ‘est de l’accaparement.
Les classes moyennes laminées:
April 10 – Financial Times (Valentina Romei): “The middle classes in developed nations are under pressure from stagnant income growth, rising lifestyle costs and unstable jobs, and this risks fuelling political instability, a new report by the OECD has warned. The club of 36 rich nations said middle-income workers had seen their standard of living stagnate over the past decade, while higher-income households had continued to accumulate income and wealth.
Ils sont devenus fous; tous.
Le système s’emballe et ainsi se trouve vérifié ce que nous répétons régulièrement:
-d’une part on ne sort pas de l’inflationnisme, c’est un  sens unique et
-d ‘autre part dans cette voie il en faut toujours plus;
L’inflationnisme est un ogre dont l’appétit vient en mangeant.
L’inflationnisme consiste à créer de la monnaie et à la déverser non sur les citoyens mais sur le système financier dans l’espoir qu’elle descendra et animera l’économie. L’injection de monnaie par ce canal hélas ne donne aucun résultat l’argent reste bloqué dans les tuyaux. Les riches qui sont dans la finance ou proches deviennent plus riches, les pauvres deviennent plus pauvres. Et les ogres en veulent toujours plus. L’appetit vient en mangeant.
L’erreur de l’inflationnisme est théorique. Les banquiers centraux n’ont pas compris que la monnaie qui alimente les réserves des banques n’est pas de la vraie monnaie, c’est une monnaie morte, ce n’est pas un catalyseur des échanges économiques réels. C’est une monnaie imaginaire au service  d’un  monde imaginaire, celui d e la finance et des ultra riches.
Je soutiens également que la Chine est la caricature expressionniste de ce qui se fait dans les pays occidentaux; tout y est grossi, multiplié, tout y est accéléré comme si le pays et les dirigeants voulaient rattraper le temps perdu et se montrer encore plus fous que les occidentaux.
En un an  la production de crédit en Chine a bondi de $3,2 trillions . La PBOC vient d’annoncer que le total de bilan des insititutions financières telles que les banques, les assurances, les brokers, avait atteint $43,8 trillions !

Et après on s’étonnera que les bourses locales s’envolent et que les capitaux cherchent des emplois . On s’étonnera des retombées dont bénéficient les bourses mondiales alors que marasme revient projeter son ombre sur les économies réelles.

March New  Loans increased $254 billion, 35% above estimates.

Growth for the month was 52% larger than the amount of loans extended in March 2018.
For the first quarter, New Loans expanded a record $867 billion, about 20% ahead of Q1 2018
with six-month growth running 23% above the comparable year ago level.
New Loans expanded 13.7% over the past year, the strongest y-o-y growth since June 2016.

New Loans grew 28.2% over two years and 90% over five years.

La masse monétaire M2 a galopé au rythme de 8,6% en mars 2019.


.Le South China Morning Post écrit: “China Issues Record New Loans in the First Quarter of 2019 as Beijing Battles Slowing Economy Amid Trade War ».
Traduction La Chine produit un chiffre record de crédit nouveau au premier treimestre  pour combattre le ralentissement économique alors que la guerre commerciale continue.
La Chine essaie à la fois de lutter contre la tendance au ralentissement structurel de  la croissance, contre la tendance cyclique au ralentissement et contre les effets négatifs de la Trade War de Trump, donc elle emploie les grands moyens.
Elle vient de faire monter de 29% les cours du marché boursier de Shanghai pour en quelque sorte se donne meilleur moral dans les négociations avec Trump.
Tout se passe comme si Trump et Xi étaient lancés dans une course pour faire monter leur Bourse afin d’impressionner l’adversaire et bluffer! Ridicule mais bien possible quand on voit la volonté de Trump se soutenir quotidiennement les cours de Wall Street.
Tout cela se comprend politiquement car les dirigeants ont peur, la popularité de XI Jinping est basse et le mécontentement social est élevé, mais économiquement tout cela est dérisoire.
Tout cela est dérisoire et dangereux car aucun problème de fond n’est traité tandis que tous les dysfonctionnements sont amplifiés et aggravées. Quand je vous dis que c’est exactement la même chose que dans les pays occidentaux mais en caricature je ne me trompe pas!
C’est l’équivalent de creuser pour sortir du trou dans lequel on est tombé ou de se  jeter à l’eau pour ne pas être mouillé.
Le mal chinois vient de loin comme vous pouvez le constater sur le graphique ci dessous et c’est le modèle économique et financier lui même qui est en question. La production de crédit en  « stop and go » n’y fera rien, au contraire. Le stop and go de crédit pourri le système en profondeur en accentuant ses tendances spéculatives et les mauvaises allocations.
Non seulement la Chine creuse son instabilité financière, mais elle s’enfonce dans l’inefficacité. Peu à peu elle perd toute possibilité de corriger la situation en raison de l’épée de Damoclés que constitue le système financier instable.
Pour s’opposer au ralentissement de la Grande Crise d’il y a 10 ans on a employé des moyens colossaux qui ont déséquilibré le système en profondeur. Puis on a essayé diverses mesures pour ralentir le crédit , stopper les excès spéculatifs et  contrôler l’explosion immobilière. Rien n’a marché.
Les bulles se sont enflées au point de devenir fragiles en fin 2015 et début 2016; La monnaie a été attaquée; le Yuan a failli précipiter le monde entier dans le désastre et il a fallu une reflation urgente coordonnée pour enrayer la nouvelle crise.
Cette reflation coordonnée a restauré la situation de façon provisoire mais les effets n’ont duré qu’un peu plus d’un an. Dès le  second semestre de 2018 le mal est réapparu.
Terrorisés les responsables de la conduite des affaires, Chine en tête mais Powell également , puis Draghi se sont empressés de faire volte face et donner un nouveau signal de reflation monétaire. C’est à dire un nouveau signal de descente aux enfers.
Tous les responsables savent que le monde est sur une poudrière financière, il faut coûte que coûte ne pas le brusquer et lui donner ce dont il a besoin, crédit, liquidité et promesses  que cela va continuer.
Il est fini le temps ou on pouvait se payer le luxe de dire que les mesures de soutien étaient temporaires, il faut maintenant  promettre l’éternité.
Le principal conseiller économique de Trump, Kudlow vient de faire le tour du monde avec cette déclaration: « je crois que je ne verrais plus jamais les taux d’intérêt monter au cours de ma vie »
Kudlow a, si je ne trompe pas 72 ans.
Le système bancaire chinois est maintenant le système le plus gros du monde avec la plus forte expansion de crédit. Son influence est très importante et très sousestimée  sur les pays émergent. La reprise en cours des marchés émergents est une conséquence directe de la reflation monétaire en  cours en Chine.
L’amélioration des indicateurs allemands  ces derniers jours vient elle aussi de Chine.
Nous sommes lancés dans une course terrible car personne ne l’a choisie: c’est la logique du système de la compétition, de la concurrence. Une course  qui a débuté par la coopération et qui maintenant en raison de la crise de 2008 a muté en rivalité  stratégique,  en compétition belliqueuse.
Les Etats Unis ne veulent pas céder la place, le premier rang à la Chine et la Chine veut le rang qui revient à son étonnante progression. Les USA sont dans le trip MAGA de Trump et les Chinois dans la recherche de l’hégémonie de Xi Jinping.
Dans cet affrontement le crédit, la monnaie, les marchés, les législations,  sont des armes et on se moque de savoir si les tiers sont des dégâts collatéraux.
Les politiques économiques sont des sous produits des Nécessités de l’affrontement, voila ce qu’il faut comprendre . L’économie et la finance sont serves par rapport à la recherche du rang et de la puissance. C’est pour cela que l’on viole tout.
Il faut comprendre que l’Europe dans tout cela n’est rien, incapable de peser pour sortir de l’enchaînement belliqueux et de la prise en tenaille par le grand, le super G2 constitué par la Chine et les USA.
La Construction Européenne avait pour objectif, l’objectif américain de neutraliser l’Europe,  de faire sortir l’Europe de l’histoire, d’en faire un vassal perpétuellement empétré  dans ses rivalités et discussions internes, c’est à dire un nain sur la scène internationale. C’est réussi.  Nous avons échoué  à imposer le multilatéralisme
Publicités

2 réflexions sur “Sauve qui peut! Toujours plus. Il n’y a de vérité que du tout. La guerre.

  1. La création de la CEE est une mystification à l’initiative des américains. Le plus triste est que les gouvernants européens s’y sont prêtés, sauf de Gaulle. Triste également que, plus d’un demi siècle plus tard, les opinions publiques européennes n’aient toujours pas compris dans leur majorité…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s