Regardez le niveau du débat entre ces deux minables!

Regardez le niveau du débat entre ces deux minables! Et ce sont les repésentants des partis dits de gouvernement.

Vous qui nous suivez, vous savez ce qui est important, vous savez que la situation est grave, dangereuse, fragile et que des orientations nouvelles doivent être prises tant au niveau social français qu’au niveau économique et fiancier et au niveau de la politique étrangère.

Nos deux minables sont au ras des paquerettes et tenez vous bien c’était un débat confidentail, un débat ou on pouvait tout aborder, tout dire puisqu’il n’y avait pas de public!

j’ai honte; Le recrutement des élites politiques est un vrait problème de ce pays.

je n’ose pas aborder la question de la compétence des journalistes dont on voit ici la qualité du travail.

Les deux têtes de listes LR et LREM, François-Xavier Bellamy et Nathalie Loiseau, ne se sont pas épargnés dans un échange organisé par l’institut Montaigne, ce lundi. L’unique débat de la campagne avec seulement eux deux.

http://www.leparisien.fr/elections/europeennes/europeennes-ce-qui-s-est-dit-dans-l-unique-debat-loiseau-bellamy-13-05-2019-8071215.php

Le tapis moelleux du Cercle Interallié n’aura pas suffi à amortir les attaques. Dans une froide ambiance, Nathalie Loiseau et François-Xavier Bellamy, têtes de liste de LREM et de LR aux européennes, ont débattu âprement ce lundi à l’invitation de l’Institut (libéral) Montaigne. Un échange sans caméra ni micro, mais en présence d’une poignée de journalistes de la presse écrite.

Dès les premières secondes, le candidat de la droite déplore que sa contradictrice ait refusé de débattre sur un plateau télé alors qu’elle échangera avec Jordan Bardella (RN) mercredi soir sur BFM TV. « Le débat européen ne peut pas se réduire à une opposition progressistes/populistes », regrette le jeune candidat, soucieux d’émerger du duel que veulent imposer Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Assurant que tous les candidats voulaient débattre avec elle, Nathalie Loiseau assume, dans une formule volontiers méprisante : « Une campagne ne consiste pas en un tête-à-tête avec tout un chacun. » « Le seul à qui j’ai dit oui, c’est Jordan Bardella parce que nous sommes à un moment dangereux de la construction européenne », martèle l’ancienne ministre, soucieuse de réimposer le match avec le RN.

«Pas revenir à une France en noir et blanc»

Face à un public de centre droit qu’il veut attirer à lui, chaque candidat essaie de caricaturer les positions de l’autre. François-Xavier Bellamy dénonce par exemple le programme de LREM comme « classiquement issu de la gauche ». La proposition d’une banque du climat, par exemple, présenterait ainsi un « objectif de dépenses plus que de performance ».

Interrogée sur sa définition du progressisme, au cœur du projet macroniste, Nathalie Loiseau en profite pour glisser qu’elle ne veut « pas revenir à une France en noir et blanc ». Une référence implicite aux positions sociétales conservatrices de son rival. « Quelque chose de nouveau n’apporte pas forcément du meilleur que l’existant », répond son adversaire qui ajoute : « le nouveau monde n’est pas forcément meilleur que l’ancien ».

«Le Fidesz est un grand parti hongrois»

D’ailleurs, tout nouveau qu’elle est, LREM sera bien obligée de « rejoindre » le groupe Alde au Parlement européen qui fait preuve de « naïveté économique » en matière de libre-échange, assure Bellamy. « Nous créerons un groupe centriste et central, sans lequel aucune majorité ne sera possible », rétorque aussitôt Nathalie Loiseau qui ajoute : « Nous ne siégerons jamais avec un parti qui ferme des universités, qui poursuit des ONG, qui lutte contre les minorités et qui met en danger l’indépendance de la justice. » Une référence auPremier ministre hongrois Viktor Orban qui siège au PPE avec LR.

Tout en se refusant à se faire son avocat, François-Xavier Bellamy assure que « le Fidesz (NDLR : le parti d’Orban) est un grand parti hongrois qui a contribué à libérer la Hongrie du totalitarisme soviétique ». Sur la question migratoire, « monsieur Orban avait raison », ajoute le candidat LR. « On ne peut pas vivre dans une Europe qui a pour toute politique de gérer l’impuissance en imposant à des Etats une politique collective migratoire. »

En conclusion, les deux candidats sont amenés à dire s’ils se sentent plus proches l’un de l’autre que du RN ou de Place publique (NDLR : la formation de Raphaël Glucksmann, alliée au PS). « Dieu merci oui, répond Nathalie Loiseau. Nous aurons à travailler ensemble au Parlement européen. C’est tout le mal que je nous souhaite. » François-Xavier Bellamy, lui, s’en tire par une pirouette : « On agira dans l’intérêt de la France. »

Publicités

Une réflexion sur “Regardez le niveau du débat entre ces deux minables!

  1. Le problème n’est pas le niveau entre ces 2 minables, car, en politique, il y en a beaucoup d’autres !
    Le problème est plutôt qu’ils rencontrent un public, lequel se transforme en électeurs.
    Voter n’est pas un acte anodin, mais un acte qui demande un travail d’analyse, de décryptage, et de penser collectif plutôt qu’ individuel.
    Je dirais également que cela nécessite un travail d’investigation afin de débusquer les imposteurs politiques.
    Cela demande peut-être des efforts individuels, mais cela en vaut réellement la peine.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s