Editorial: je vous parle d’or !

L’or brille.

Nous avons attiré l’attention récemment :

-sur la hausse de l’or,

-sur le fait que des gourous de renom le conseillaient et en avaient accumulé

-sur les seuils critiques qui étaient franchis.

Nous répétons la même chosoe depuis que l’or a sauté les 260, – eh oui nous conseillons l’or depui les 260 dans l’AGEFI – c’est à dire depuis des lustres:

l’or n’est pas un placement c’est une assurance. L’or c’est le seul extincteur de dettes surtout quand le monde se disloque.

L’or est une assurance contre la bêtise des hommes, contre leurs prétentions à jouer aux démiurges. C’est   une assurance contre la démagogie aussi bien de droite en faveur des ploutocrates  que de gauche en faveur des deshérités  qui bénéficient de la Répartition.

Avoir de l’or c’est vendre à découvert la connerie, la veulerie et l’imaginaire social qui font prendre les vessies pour les lanternes. L’or est la monnaie des rois et le papier c’est la monnaie des serfs. S’assurer en ayant de l’or c’est se rebeller. C’est un acte politique.

Donc si c’est une assurance , comme toutes les assurances, il faut la payer le moins cher possible c’est dire l’acheter quand personne n’en veut, quand on le « trashe ». Pas quand il monte comme en  ce moment.

Les GOGOS suiveurs de la hausse de l’or sont les idiots utiles des gouvernements et des banques centrales , ce sont eux qui, en tant que mains fragiles permettent aux autorités de « le casser » au moment opportun. L’or est un marché fait à la main!

Les GOGOS qui sont acheteurs de métal « en tendance » sont les alliés des ennemis de l’or.

L’or, au plan monétaire, c’est la cristallisation de la Loi de la Valeur, la Loi de la Valeur qui dit qu’il n’existe pas d ‘autre richesse dans le système que celle qui procède du travail.

L’or est l’équivalent général des marchandises, éternel, universel, et les marchandises sont toutes du travail cristallisé.

N’en déplaise à ceux qui disent que la valeur n’est que dans la tête de celui qui la contemple. La définition marginaliste de la valeur  est la definition adaptée à une économie du désir, -une économie du type Bernard Arnault- une économie du surplus , du gaspillage, une économie de l’abondance pour les uns et même de la surabondance. Moi quand je parle d’assurance  à l’echelle de l’histoire je parle de rareté.  L’or est la monnaie adaptée à une économie de la Necessité, c’est dire une économie qui a atterri et qui s’est fracassée sur ses illusions.

Il y a la valeur d’usage, la valeur d ‘échange et la valeur désir . Quand je vous parle d’or, je vous parle d’un monde qui se situe  entre les deux bornes que sont l’usage et l’échange ; pas entre échange et désir. Je vous parle du vrai monde, pas du monde de la bouteille . Comme quand on parle d’homme et de femme on parle du vrai monde tandis que lorsqu’on vous parle de transgenre et autres , on vous place dans un monde imaginaire.

Dire que la valeur est dans la tête de celui qui la contemple c’est se placer déja dans l’imaginaire, la névrose, voire la folie;  dan,s l’imaginaire de la société actuelle.

Or l’or c’est le véhicule, c’est l’intelligence naturelle  qui anticipe la rupture de cet imaginaire. L’or c’est le contraire de l’intelligence artificielle. L’or c’est le monde revenu sur terre.

La création de valeur comme on la connait maintenant sur les marchés est une escroquerie au service des dominants, c’est un code qui s’est élaboré à leur seul bénéfice. Ils créent de la valeur, ils s’attribuent du pouvoir d’achat, du droit à prelever,  en se repassant du papier entre eux,  sur les marchés!

Ah les braves gens!

Quand ils se refilent entre du Tesla ou de l’Amazon , ils se créent du pouvoir d’achat , des plus values lesquelles est solvabilisées par le printing des banques centrales.

Seule compte la vraie production de richesse par le travail humain. Les créations de fausses valeurs permettent à la favaur d’un système inique, d’une emcanique monétaire monopolée,  de drainer les vraies richesses au détriment de ceux qui les produisent. Le prix du vent monte, le prix de l’activité productive baisse.

C’est  dire que in fine, seule compte la rareté, la finitude, les limites.

Il n’y a pas de free lunchs, on ne rase jamais gratis, tout se paie un jour ou l’autre et finalement il y a toujours Réconsiliation entre le Réel et les Signes , Réconciliation entre l’Imaginaire et la Sphère du Réel.

Les signes  sont censés exprimer symboliquement le Réel , mais ils ne le font plus, ils ont disjoncté, nous sommes dans la grande disjonction.

L’or c’est la statut  du Commandeur des illusionnistes.

Ici l’or monte comme d ‘habitude parce que sa hausse est surdéterminée.

Il y a deux sortes de hausse de l’or, la mauvaise et la bonne.

-la mauvaise c’est la hausse de l’or à l’interieur du système des marchés c’est à dire au travers de l’imaginaire  des marchés, c’est la hausse de l’or considérée comme une classe d’actifs.

-la bonne, celle qui découle de la rupture du système, de sa dislocation et celle la c’est la vraie .

-bruits de bottes, on marche vers la guerre et  on est passé de la guerre froide  à la guerre tiède. L’Iran n’est qu’une gesticulation, mais il y a une vraie accélération derrière les gesticulations.

-échec des politiques des banques centrales ce qui les obligera à reprendre les politiques d’avilissement de la monnaie et à faire baisser la valeur relative de leur devise

-perspectives de taux d’interêt négatifs imposés aux particuliers , lesquels n’auront d’autre solution que d’acheter des valeurs réelles ou des cryptomonnaies

-menaces sur le  cash pour mieux contrôler les  citoyens

-et surtout, ce qui recouvre tout: perte de confiance.

4 réflexions sur “Editorial: je vous parle d’or !

  1. Bon papier M.Bertez, Je vous rejoins sur de nombreux points (tous en fait) mais au final le point final, l’apex de la pyramide d’Exter c’est la perte de confiance qui fait retomber la tète la première dans le sceau de merde d’une réalité, que dans un déni de réalité, on se refusait jusqu’ici de considérer: ni de voir, ni de sentir.

    La défiance, c’est le coup de pied au cul qui réveille de la torpeur et en 2009, après m’être penché sur la situation clinique du monde en convulsion de la finance hystérique, son embastillement téléologique qui soutenait tout un système à la Ponzi; je me décidais à débancariser et prendre l’Or comme garantie anti-système pour me préserver des prestidigitateurs monétaires et autres affabulateurs connivents qui leur servent de courroie de transmission médiatique.
    Dans un monde de promesses juteuses et d’habitudes dangereuses (prix du confort) qui entretiennent l’état comateux de l’esprit critique (celui qui anime la curiosité comme force de vie) on se doit, par nécessité impérieuse, dignité humaine, instinct de survie certainement… d’évaluer la crédibilité de ce qui nous fut promis comme « rendement et sécurité » et revivifier ainsi des choix positionnels que la « tradition » annone mais qui ont perdu leur raison d’être au regard des convulsions de 2008 et des pantalonnades à l’enfilade qui s’en suivirent (G20…).

    Aujourd’hui comme hier, presque tout est jugé triple A. La réalité financière et économique est un mille-feuille monumental de merde et d’emmerde saupoudré abondamment de sucre glace et parfumé copieusement d’arôme artificiel pour masquer plus encore aux profanes l’odeur et la vue d’autant de putréfaction cumulée.

    La mauvaise et simili- monnaie (de Gresham) chasse la bonne; qu’il en soit alors ainsi pour ma poche droite de la bonne avant que celle de gauche, ils ne la vident.

    J'aime

  2. « S’assurer en ayant de l’or c’est se rebeller. C’est un acte politique. »
    C’est aussi un acte de Resistance, et dans l’époque que nous vivons, c’est peut-être le seul moyen qui nous reste, l’ultime liberté, le « fuck you » adressé au système.
    La question n’est pas tant du « timing » pour s’assurer, mais plutôt de la tranquillité d’esprit que procure le fait d’être assuré.
    L’Or est effectivement une assurance fidèle, qui ne peut trahir, ce qui est appréciable dans un monde Orwellien où on qualifie d’Assurance-Vie, des contrats adossés sur des dettes Étatiques, et de Monnaie, des devises fiduciaires.

    J'aime

    1. Affirmatif ! nous devons rentrer en résistance , ils ne nous laisses pas le choix face à un avenir économique ou tout sera « négatif ». (sauf pour eux of course)

      J'aime

  3. Merci pour ce bon papier.

    Est-ce à dire que nous sommes à présent dans la bonne hausse ? Ou est-ce encore trop tôt pour le dire ?

    En effet, lorsque vous écrivez « Les GOGOS suiveurs de la hausse de l’or sont les idiots utiles des gouvernements et des banques centrales , ce sont eux qui, en tant que mains fragiles permettent aux autorités de « le casser » au moment opportun. » êtes vous d’accord avec le GATA lorsqu’ils critiquaient depuis des années le mécanisme de contrôle et de suppression du prix de l’or depuis le London Gold Pool ? http://www.gata.org/node/13644

    J'aime

Répondre à MASTER T Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s