Réponse à un lecteur sur la possibilité spontanée d’effondrement du marché boursier

Le marché financier peut et doit s’effondrer sous le poids de ses propres excès, mais pour cela il faut un choc exogène; un catalyseur. Il faut que le voile se déchire, que le soutien de verre-le Put- se fracasse.
Sans choc exogène qui sert de prétexte, la hausse continue, elle s’auto-alimente .
La hausse est un mouvement qui s’auto-valide jusqu’au jour ou elle ne s’auto valide plus . Et ceci passe par un choc, ce fut toujours le cas dans l’histoire, il n’y a pas d’exception.
La perte d »efficacité des stimulations, ce que vous appelez les rendements décroissants conduit plutot à la sur-stimulation c’est a dire à l’hyper inflation des cours boursiers qu’à l’effondrement.

Avec l’hyper inflation des cours de bourse on peut changer de paradigme et au lieu d’anticiper la déflation des prix des biens, des services et des revenus on peut à un moment critique anticiper leur envolée.

Ceci est plus vraisemblable ..

En fait c’est mon schema en arrière fond de mon cadre analytique depuis 2007, mais je garde toujours ouverte la possibilité que ce soient les forces de déflation des prix des biens et des services qui l’emportent .

Le moteur d ‘une évolution qui s’orienterait dans cette direction d’abord de l’hyper inflation des cours de bourse, puis ensuite du décollage des anticipations inflationnistes sur les biens et services, ce moteur serait les forces sociales désignées sous le nom de populisme.

Si le populisme venait à se renforcer, ce qui n’est pas le cas en ce moment, si le populisme venait à se renforcer alors les élites seraient obligées d’accélélrer la fuite en avant.

2 réflexions sur “Réponse à un lecteur sur la possibilité spontanée d’effondrement du marché boursier

  1. Y a-t-il encore quelque chose à comprendre de l’économie, plus encore de la bourse ?
    La bourse n’est qu’un miroir aux alouettes. Comme d’habitude il faudra attendre, ô surprise, que la banque x ou la société y s’effondre pour que tout s’effondre. Dès lors le bouc émissaire sera tout trouvé et après une bonne purge les marchés repartiront de plus belle.

    Ce qui a changé ce n’est pas la bourse mais la victoire actée du business sur la nature et l’humanité. Si une partie de la société est laminée économiquement, une autre partie se porte très bien et consomme pour 4. Il suffit de quelques points de croissance ici ou là pour entretenir les bénéfices des multinationales. Tout sera exploité jusqu’au dernier sous, la moindre herbe, cailloux, brin d’air pour alimenter les cours de la bourse.

    C’est la nature, les pauvres, les culs-terreux, les indigents et les immigrés, qui seront sacrifiés sur l’hôtel de la croissance par nos sociétés bourgeoises jusqu’au jour où la technique ne pourra plus rien pour les derniers « plus malins que les autres ».

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s