En attendant Jackson Hole, la BCE piège Powell!

Jeudi dernier , le responsable de la BCE, Olli Rehn, a déclaré dans un entretien avec le Wall Street Journal que la BCE avait décidé de lancer un plan de relance «impactant et significatif».

Rehn a évoqué la possibilité d’acheter des actions, en référence à la politique du gouverneur japonais Kuroda qui accumule des actions et d’autres actifs.

La question est  posée: pourquoi  Rehn stimule-t-il les attentes en matière de relance alors que que les taux d’intérêt négatifs actuels ont déja affaiblit considérablement  les banques et les institutions financières européennes?

L’interview de Rehn a eu pour effet immédiat d’exercer une pression à la baisse sur l’euro tout en réduisant les rendements des Bunds allemands et des valeurs  Trésor américain.

L’interview de Rehn a eu un résultat similaire à celui du discours du président Draghi à Sintra, au Portugal, la veille de la réunion du FOMC de juin dont je me suis fait l’écho.

Le président Powell est dans la seringue: doit affronter la Maison Blanche et la BCE en même temps!  Il est acculé à  réduire les taux de manière agressive, ce qui l’éloigne de sa volonté de garder le contrôle des taux. Souvenez vous il a douché les colombes en disant que ce n’était pas un nouveau cycle de baisse des taux mais un ajustement de mid-cycle.

Baisser les taux n’aurait pas d’incidence sur la croissance américaine, mais aucun des stimulants monétaires n’est en fait destiné à la croissance. Les baisses de taux sont des  « tours de force d’arrogance académique ». On baisse les taux chez les banquiers centraux pour ne pas se déjuger, pour ne pas perdre sa crédibilité. Pour ne pas avouer l’échec.

James Grant a cité la « norme de doctorat », l’étalon PHD pour faire comprendre comment fonctionnaient les banques centrales: on est passé de l’étalon or ou dollar à l’étalon PHD! En pratique on est dans l’arbitraire , rien d’autre , dans l’arbitraire  monopolistique.

Le résultat n’est pas la croissance économique, mais des cours plus élevés pour les fonds d’état, les bonds, les actions, l’or et les métaux préciaux.

Le « toujours plus » des banques centrales équivaut au « toujours plus » des indices des cours des actifs financiers!

Le rallye de l’or va contre les idées reçues, car les valeurs à revenu fixe montent également et elles ne peuvent monter si  les anticipations d’inflation n’augmentent pas .

J’ai expliqué que l’or n’etait plus seulement une protection contre l’inflation, c’est un indicateur de panique, de stress. Il donne une indication sur la crédibilité des  banques centrales.

L’interview de Rehn a de nouveau piégé Jerome Powell. On verra si il se sort de ce piège  à Jackson Hole vendredi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s