Les dépêches mardi 19 Novembre. Pourquoi il faut lutter contre ce libéralisme.

Il fut un temps ou le libéralisme s’incarnait dans les groupes de ce que l’on appelait les « Nouveaux Economistes ».

Ils expliquaient, défendaient et popularisaient l’idée de l’économie de marché, de choix, de responsbilité. Ils étaient un peu plus attirés par Friedman que par Mises, Rothbard ou Hayek, mais ils avaient de l’allure.

Je me souviens avoir été particulièrement enthousiasmé par le combat contre le Tiers Payant; cette gangrène de nos sociétés.  Ce n’est pas que je ne suis pas généreux, mais il m’était apparu très tôt dans mes reflexions que le système du Tiers Payant n’avait rien de généreux ou de charitable et que c’était un moyen d’acheter les élections ou les honneurs sur le dos des autres. Le Tiers Payant est une mamelle de la destruction de la souveraineté du peuple et de la servitude. C’est le vice travesti en morale et charité.

J’ai toujours lutté contre la sociale démocratie et les fabiens  presque par honnêteté pourrait on dire: en effet laisser le système produire des inégalités et des iniquités pour les corriger ensuite par la redistribution étatique m’a toujours semblé scandaleux! Pourquoi laisser le systme produire des dysfonctionnemenst pour les corriger ensuite? Autant modifier radicalement le système et faire en sorte qu’il produise du bien plutot que du mal.

Et puis dès lors que vous donnez à quelqu’un la mission de corriger le système de ses défauts vous donnez à ce quelqu’un le Pouvoir, la Puissance, vous créez une classe dominante.  Qu’elle soit administrative, enaniste ou politicienne c’est la même chose, vous mettez des gens au dessus, vous créez une clique auto proclamée, auto reproduite, auto cooptée. Vous lui donnez la possibilité d’imposer  ses opinions, ses intérêts, ses vues et donc vous lui  conférez un statut qui aboutit à une société de maitres, de sujets sachants.

C’était le bon temps et en tant patron d’un groupe de presse à vocation économique et financière  je les aimais bien. Je me souviens avoir lutté férocmeent à leurs cotés contre les nationalisations idéologiques et les politiques keynésiennes imbéciles qui ont conduit à l’humiliation de la France en 1982 , 1983 et à la montée du Front National propulsé par l’infâme Mitterrand. à titre de diversion.

Leurs théories avient un lien incontestable avec la liberté individuelle, la vérité, la responsabilité et la morale. Il y avait un aspect épique, un aspect « loup ».

Le libéralisme repose sur un postulat: le marché doit pouvoir fournir les signaux qui guident les décisions de tous. Vérité des prix, vérité des coûts, vérité des signaux. Vous ne pouvez faire fonctionner un système dit libéral si vous empêcher la formation de tous ces signaux. Les gouvernemnts, les fonctionnaires, les syndicats , les élites, les medias, les intellectuels, les agents économiques etc sont en concurrence et tous doivent concourir , pour éclairer l’avenir et par leurs antagonismes  ils exercent une fonction indispensable.

On nous dit souvent que tous les maux actuels viennent du libéralisme !

Mais jamais système n’a autant tourné le dos au libéralisme tout en en portant l’étiquette! Les signaux les plus importants sur le taux d’intérêt, la quantité de monnaie, le statut de la monnaie, les prix des biens et des services, tout est fait à la main, manipulé, « rigged », trafiqué. Tout est imposé, controlé, piloté.

La conséquence en est que les « marchés » ont cessé d’être des espaces ou s’expriment les préferences des agents economiques, mais qu’ils sont devenus des cours de prison, des champs clos de barbelés,  ou les dominants et les maîtres imposent leur volonté, leurs diktats  et leur vision de l’avenir. Et comme c’est leur intérêt: ils détrusient le futur, ils en font une montagne de peur .

Le problème majeur, si vous lisez comme je le fais les notes des banques centrales, leur problème majeur n’est pas de laisser le marché exprimer sa vérité, découvrir  les prix, faire émerger les optimums, mais au contraire c’est de le maitriser et de faire en sorte qu’il soit un espace de soumission, un espace de transmission.

Le mot, le mot qui commande le système est laché, c’est le mot « transmission ». Ils se plaignent du déficit de transmission. Pour eux, nous sommes des rouages récacitrants, des empêcheurs  de dominer  en rond,

Nous sommes des courroies. des courroies dont la fonction, pour les élites est d’animer l’engrenage dans lequel leur volonté de puissance imbêcile veut nous broyer.


[Reuters] Asian shares mixed as doubts grow on elusive U.S.-China trade deal

[Reuters] Gold rises as Sino-U.S. trade deal doubts resurface

[Reuters] Trump says he told Fed’s Powell U.S. interest rates are too high

[Reuters] Kuroda denies ever saying BOJ has unlimited tools to ease policy

[Bloomberg] Chinese Electronics Firm Misses Repayment of Local Bonds

[Bloomberg] A Health Check of India Shadow Banks Points to Prolonged Trouble

[NYT] Trump’s Made-for-TV Trade War Keeps World Guessing

[FT] The absence of fear is a little scary in itself

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s