Vous reprendrez bien un peu de stimulus n’est ce pas! On rouvre le système…l’ampleur des remèdes prouve l’ampleur du mal

Baisse des taux, promesses de toutes sortes, injections de liquidités à gogo , déficit budgétaire de plus de 1 trillion, tout va très bien Madame la Marquise, il faut, il faut  que je vous dise qu’avec tout cela , la  croissance est de moins de 2%, le commerce mondial est en baisse et toujours pas d’inflation à l’horizon.

Le système est en bout de course, non pas définitive, mais temporaire. Vous connaissez  ma thèse, le système est mu par la recherche du profit, ce faisant il sur-accumule le capital et les capitaux-papiers ,  et à un moment du cycle il faut une destruction de la sur-accumamulation, elle devient un boulet.

Cette interpretation n’est pas exclusive , on peut voir les choses autrement mais celle ci a un meilleur pouvoir prédictif et explicatif  que toutes les autres.

Le système  est, si vous voulez, en fin d’un cycle et ce cycle est celui me semble-t-il plus ou moins celui du dollar, ou mieux encore du dollar-pétrole, de la monnaie conçue d’une certaine façon, de l’énergie bon marché  et de l’imperium.

Il n’y a plus de croissance spontanée, auto-entretenue: en 2011 et 2015 on a vu que les « green shoots », les jeunes pousses ne prenaient plus racine et on n’a échappé a la catastrophe en 2016 que parce que l’on a « rouvert » le système.

Rouvert cela veut dire que l’on a cessé de croire qu’il pouvait tourner par lui même et sur lui même . On a rouvert … les vannes du crédit.

Rouvrir les vannes du crédit c’est comme, en bidon, en faux, en pur signe, c’est comme découvrir une nouvelle mine d’or.

Et cela produit un stimulus, un coup de fouet. Mais comme c’est du fake, de l’imaginaire, l’effet du  coup de fouet dure peu et même de moins en moins longtemps, guère plus de 15 à 18 mois.

Ici on refait la même chose et on couple les stimulus, le monétaire avec le budgétaire en espèrant que l’effet durera plus longtemps.

14 janvier – Financial Times : «La Réserve fédérale a indiqué qu’elle prévoyait de maintenir ses interventions sur les marchés de financement à court terme à un niveau élevé, même après des opérations  de trésorerie de fin d’année sans tension aucune sur  les coûts d’emprunt.

La branche new-yorkaise de la banque centrale américaine a déclaré… qu’elle ne commencerait à réduire ses injections de trésorerie pour le marché des pensions que le mois prochain, et que même alors, la réduction sera modeste.

Les traders  se demandent quand et comment le marché sera sevré des prêts des banques centrales. Ils  ont commencé après une hausse surprenante des coûts d’emprunt au jour le jour en septembre et ont été augmentés  en décembre avant la fin traditionnellement volatile de l’année … »

L’histoire nous a montré que chaque fois que ces types de programmes sont introduits, ils ont tendance à durer plus longtemps que ce que la Fed attend », a déclaré Nick Maroutsos, co-responsable des obligations mondiales chez Janus Henderson…»

15 janvier – Bloomberg:  «Les faibles taux d’intérêt de la Réserve fédérale, la perception que  les augmentations futures de taux sont très éloignées et que l’expansion de son bilan va continuer contribuent à faire monter les prix des actifs, a déclaré président de la Federal Reserve Bank of Dallas A déclaré Robert Kaplan.

«Ces trois actions contribuent à des évaluations élevées des  actifs à risque », a déclaré Kaplan à Michael McKee… sur Bloomberg Television. « Et je pense que nous devons faire attention à cela. »

Les vues de Kaplan contrastent avec celles de beaucoup de ses collègues, qui insistent sur le fait que la reprise des achats d’actifs par la Fed est un changement technique qui a peu ou pas d’effet sur la valeur des prix des actifs.  »

14 janvier – Reuters  «États-Unis Les décideurs de la Réserve fédérale prévoient une situation  «presque idéale» en 2020, où le marché du travail américain restera fort et où l’inflation approchera de l’objectif de 2% de la banque centrale, mais les responsables ne devraient pas oublier de prendre en compte les risques potentiels, a déclaré le président de la Banque de réserve fédérale de Boston, Eric Rosengren…

14 janvier – Bloomberg : «La présidente de la Federal Reserve Bank de Kansas City, Esther George, l’une des autorités les plus agressives de la banque centrale américaine, a déclaré qu’elle était à l’aise de maintenir les taux d’intérêt en suspens« pour l’instant »dans une perspective positive pour 2020. « L’économie américaine se porte actuellement bien, avec une croissance du PIB réel proche de la tendance potentielle ,  un chômage proche de ses plus bas records et une inflation faible et stable », a déclaré George.

13 janvier – Associated Press : «Le déficit budgétaire américain au cours des trois premiers mois de cette année budgétaire est en hausse de 11,8% par rapport à la même période il y a un an… Le… déficit d’octobre à décembre a totalisé 356,6 milliards de dollars, contre 318,9 dollars. milliards pour la même période l’an dernier.

Les dépenses et les revenus du gouvernement établissent tous les deux des records pour les trois premiers mois de cette année budgétaire, mais les dépenses ont augmenté à un rythme plus rapide que les recouvrements d’impôts…

Le Congressional Budget Office prévoit que le déficit pour l’année budgétaire 2020 atteindra 1 trillion de dollars et restera supérieur 1 trillion de dollars pour la prochaine décennie. »

13 janvier – CNBC : «Le déficit budgétaire américain a dépassé 1 trillion de dollars en 2019, c’est la première fois qu’il  dépassé ce niveau dans une année civile depuis 2012… Le déficit budgétaire a atteint 1,02 trillion de dollars pour la période de janvier à décembre, une augmentation de 17,1% par rapport à 2018, qui avait elle-même vu un bond de 28,2% par rapport à l’année précédente. »

11 janvier – Wall Street Journal : «Alors que les démocrates adoptent un profil de gouvernement plus activiste, certains flirtent avec une idée qui n’a pas retenu l’attention depuis les années 1970: un revenu minimum garanti pour tous les Américains.

La candidature à la présidentielle de l’entrepreneur Andrew Yang a gagné du terrain avec une proposition de donner un « dividende de liberté » mensuel de 1 000 $ à tous les Américains… Aucun responsable d’envergure  n’a rejoint l’appel de M. Yang pour un revenu de base universel. Mais les politiques visant à créer une sorte de revenu de base – bien que non universel – sous la forme d’un nouveau plancher financier pour des millions de ménages ont séduit  d’autres démocrates cendidats à  la Maison Blanche et de nombreux législateurs.

Les chefs de parti considèrent  une gamme de nouveaux droits économiques soutenus par le gouvernement fédéral, y compris l’accès universel aux soins de santé, aux collèges, aux services de garde d’enfants et à la broad band. »

17 janvier – Bloomberg : «Une nouvelle race de trader systématique est née. Les fonds ciblant la volatilité ont doublé sur les actions après que les turbulences géopolitiques qui ont menacé de faire dérailler le marché haussier  ne l’ont finalement qu’à peine ralenti. Ces acteurs achètent et vendent en fonction des fluctuations de prix, c’est dire de la seule volatilité. Leur effet de levier – une mesure de l’exposition aux actions – se situe désormais à son 81e centile depuis 2011, selon Morgan Stanley. »

S&P 500 Index

 

Down Jones Industrial Avg

Nasdaq

En Prime:

Une réflexion sur “Vous reprendrez bien un peu de stimulus n’est ce pas! On rouvre le système…l’ampleur des remèdes prouve l’ampleur du mal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s