L’irresistible gonflement du déficit américain.

 

 

Tout ce qui précède, bien sûr, suppose que la loi telle qu’elle est rédigée aujourd’hui ne changera pas. Le CBO évalue nos perspectives budgétaires en supposant que les dispositions législatives existantes persistent. Cependant, tout le monde sait que certaines choses vont changer. Le Congrès éludera les règles censées limiter les dépenses et – comme toujours – il se livrera à une frénésie bipartite de dépenses tout en refusant de laisser les réductions d’impôts populaires expirer.

Cela explique en partie pourquoi les déficits de ce rapport sont déjà supérieurs de 160 milliards de dollars en 2029 à ceux des estimations précédentes du CBO.

Comme l’explique le Comité pour un budget fédéral responsable dans un récent commentaire sur le rapport du CBO, « le plus grand contributeur à l’augmentation prévue est le paquet  adopté en décembre, qui comprenait une abrogation permanente des taxes promulguées pour financer la Loi sur les soins abordables et la renaissance de divers extenseurs de zombies. Ce paquet a ajouté 500 milliards de dollars aux déficits jusqu’en 2029, avec intérêt.  »

Cette fois ne sera pas différente. Il y aura plus de dépenses et moins de revenus que prévu.

Par exemple, même si le Congrès est entièrement sous le contrôle des démocrates, personne ne croit vraiment qu’ils laisseront toutes les réductions d’impôt de la classe moyenne expirer comme prévu en 2025. Je ne serais pas surpris si les démocrates réussissaient même à extraire certaines augmentations de dépenses pour les Américains à faible revenu des républicains en échange de l’extension de ces dispositions fiscales. De plus, ayant la possibilité d’adopter un autre ensemble de dépenses bipartites qui ajoute des centaines de milliards de dollars aux déficits, les politiciens des deux côtés de l’allée exposeront sans vergogne leur addiction  aux dépenses.

Ensuite, bien sûr, en fonction du comportement erratique du président sur le commerce, les effets de la guerre commerciale pourraient avoir un impact encore plus grave sur le budget que prévu.

Selon le CBO, les tarifs imposés au cours des deux dernières années réduiront le PIB en 2020 de 0,5% (ou plus de 100 milliards de dollars) et « réduiront le revenu réel moyen des ménages de 1 277 $ ». L’administration est heureuse de se vanter des revenus supplémentaires perçus grâce aux tarifs, mais il y a aussi un côté négatif à ces taxes à l’importation.

Heureusement, l’économie se porte bien pour l’instant. Cette bonne performance masque bon nombre des effets néfastes, non seulement de la guerre commerciale, mais aussi de notre situation budgétaire globale. La réalité, cependant, est qu’une économie en croissance en temps de paix ne doit pas s’accompagner de déficits croissants.
Véronique de Rugy est chercheuse principale au Mercatus Center de l’Université George Mason.

Pour en savoir plus sur Véronique de Rugy et lire les articles d’autres écrivains et dessinateurs de Creators Syndicate, visitez la page Web de Creators Syndicate à http://www.creators.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s