Editorial: la logique de l’engrenage qui broie les Trillions.

Pour stabiliser le système financier, économique et monétaire mondial, séquence dans cet ordre, il faut des actions monétaires, budgétaires et réglementaires. Tout est colossal et s’agissant des sommes en jeu, on parle de trillions et de trillions. Il n’est pas dans mes compétences de parler du reglementaire.

J’ai dans un article précédent intitulé « le terrible engrenage est en branle », survolé ce sujet sans entrer dans les chiffres.

L’énormité des montants qui s ‘ajoutent aux déséquilibres déja existants conduit mecaniquement, à la destruction des monnaies telles que nous les connaissons. Et plus le temps passe  et plus le processus devient puissant, irrésistaible: on a deja détruit plus de 40 Trillions d’actifs dans le monde et ce n’est pas être alarmiste que de dire simplemnt que le monde total est devenu insovalble. La chaine du bonheur de la finance est rompue en de nombreux points. Le compte n’y est plus. Les dégats en ces jours se propagent selon un processus terrible qui est la pénurie de dollars à l’exterieur des USA.

L’un des problèmes c’est l’ignorance: les autorités ne parviennent  pas à stopper la destruction en chaine parce que leurs theories sont fausses, elles ne savent plus comment fonctionne le système, elles ont perdu les cartes et les boussoles.

Donc elles balancent au jugé des dollars, des euros etc en priant pour qu’ils tombent au bon endroit et produisent le bon effet.

C’est ce qu’elles ont fait pendant 12 ans et elles ont tellement arrossé avec une efficacité mediocfre que cela produit une bulle inflationniste sur les marchés financiers: l’argent qui n’allait pas là ou il devait aller, a fait une hernie. C’est cette hernie qui éclate partiellement ces jours ci. On appelle ce problème le problème de la Transmission.

Donc pour nous résumer il y a l’action monétaire pour tenter à coup de trillions de stopper la destruction en  chaine des actifs financiers. Mais il faut égalemnt une action budgétaire, pour comme on dit soutenir la demande puisqie  celle ci est en trainde s’effondrer partout. Tout comme l’offre d’ailleurs! Si on veut pouvoir repartir après  le virus il faut une énorme action budgétaire. 2norme car les destructions sont enormes et parce qu’il faut absolument éviter une reprise en forme de « L » et produire une reprise en  forme de « V ».

C’est a partir de cette action budgétaire que je prévois la destruction des monnaies, via la destruction du crédit des états/gouvernements .

Pour financer les dépenses budgétaires colossales on va émettre des emprunts d’état en masse, on va solliciter encore plus la bulle des emprunts d’état, on va bloquer les taux d’interêt pour eviter que ces  emprunts ne coutent trop chers, ces emprunts cesseront d’avoir un prix naturel, on va s’enfoncer dans l’artificiel  et puis un choc va intervenir, la bulle éclatera. La bulle mère de toutes les bulles est la bulle des emprunts d’etat et elle aussi est condamnée  éclater.

Compte tenu du fait que nos systèmes monétaires sont adossés aux emprunts d’état, compte tenu du fait que les dettes souveraines sont la pierre angulaire du système bancaire la destructuction sera incontrolable.

L’engrenage s’est mise en branle la semaine derniere quand au lieu de baisser, le rendement du phare mondial, le10 ans US s’est mis a monter de façon anormale, a contre courant du fameurx risk-off. C’est le signe, c’est le signal.

Le processus decrit est un processus  historique,donc il va etre étalé dans le temps, mais c’est un rouleau compresseur, rien ne l’arretera.

En Prime:

Selon l’un des gestionnaires de fonds australiens les plus performants, l’ampleur de la réponse budgétaire requise pour contrer l’impact économique du coronavirus pourrait représenter jusqu’à 30% de la production mondiale sans précédent.

Le résultat le plus probable des efforts visant à contenir l’urgence sanitaire est un arrêt quasi total de l’économie mondiale au cours des deux à six prochains mois, a déclaré Hamish Douglass, président et directeur des investissements de Magellan Financial Group Ltd.

Effondrement presque total de la demande pour de nombreuses entreprises au cours de la période, a-t-il déclaré dans une mise à jour pour les investisseurs sur le site Web du gestionnaire d’actifs de 58 milliards $.

« Nous ne sommes pas en mesure d’évaluer le résultat le plus probable à ce stade, car nous n’avons pas de visibilité sur l’ampleur et l’efficacité des réponses fiscales et monétaires possibles que les gouvernements et les banques centrales pourraient adopter« , a déclaré Douglass. «La réponse budgétaire requise pour éviter les pires résultats est sans précédent et pourrait potentiellement atteindre 20 à 30% du PIB.»

Trente pour cent du produit intérieur brut mondial représenteraient environ 26 billions de dollars, selon les estimations du Fonds monétaire international pour l’année dernière. C’est plus grand que la taille du marché des valeurs du Trésor américain, qui était un peu moins de 17 trillions de dollars fin février.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s