Billet. Le symptôme du mal qui nous ronge en une image.

J’écris presque quotidiennement sur la financialisation, ce qu’elle est , son origine, ses symptômes, ses conséquences, c’est une pièce centrale dans mon cadre analytique.

Ce cadre   se formule comme suit:

au début des années 80 la croissance économique a eu tendance à ralentir, le taux de profitabilité du capital a eu tendance à s’éroder, les responsables de la conduite des affaires ont eu peur que cela mette en péril l’ordre social qui leur était favorable. Ils ont eu peur de ne plus pouvoir assurer la prospérité sur laquelle reposait leur légitimité.

Ils ont décidé de lutter contre ces deux manifestations des limites du système en dérégulant, en déréglementant, en libérant la finance.

La dérégulation a consisté à libérer de toutes ses contraintes le secteur de la finance et de la banque.

Pourquoi?

Parce que la théorie a montré que si on remplaçait l’épargne, rare par le crédit qui lui, est infini on pouvait produire plus de croissance, produire plus de profit et payer moins les salariés puisque ceux ci pouvaient compter sur le crédit pour compléter leur pouvoir d’achat.

On s’est aperçu que cela marchait bien et que cela repoussait les limites du système et donc lui permettait de durer.

Rempacer l’épargne et le vrai capital accumulé par le crédit n’a cependant qu’un temps malgré les innovations mathématiques et l’ingénierie car peu à peu les limites du crédit apparaissent sous la forme de l’instabilité du système, de sa fragilité aux chocs et de l’apparition de poches d’insolvabilité.

Ceci fut concretisé én 2008 par la Grande Crise et est en train d ‘être répeté en 2020.

Vous trouverez ci dessous le symptome le plus spectaculaire de la financialisation, a savoir la masse totale d’actifs financiers dans le système américain.

Cette masse qui représente pour moi en grande partie un capital fictif approche les  6 fois le GDP. On était à moins de trois fois en 1980 et stable sur une quasi horizontale.

Comment rentabiliser cette masse énorme? Comment la maintenir en vie malgré les chocs, les incertitudes et l’instabilité?

Réponse par la création d’encore plus d’actifs financiers fictifs , par la création de dettes et de fausse monnaie. Il en faudra des trillions et des trillions

2 réflexions sur “Billet. Le symptôme du mal qui nous ronge en une image.

  1. Avant de lire votre article je pensais exactement comme vous l’avez expliqué sauf que je n’arrivais pas à l’exprimer d’une façon assez intelligente et logique comme la vôtre. J’ai tenu à vous remercier.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s