Pour survivre il faut être prêt au pire, avec la compétition féroce qui règne, avec le nombre considérable de personnes et d’ogres qui sont à table la lutte sera terrible

Je vous passe ce graphique non comme fond de tasse avec du marc de café, non je le passe comme image .

Les graphiques n’ont jamis eu de pouvoirs prédictifs réels , la magie cela n’existe pas.

Il n’y a que des illusionnistes.

Mais dans le passé le comportement des gens pouvait dans certains cas être spontanément répétitif et on retrouvait ce que l’on appelle des patterns, des figures, des formes. C’était des formes non du  réel, mais des formes du comportement de la communauté boursière .

Il y a certainement à notre époque des patterns de comportement des ordinateurs de trading HFT certainement, mais les déchiffrer est sans intérêt ils sont trop concentrés et trop rapides pour en tirer parti. On ne peut leur jouer sur le poil comme on dit.

Les graphiques ne sont plus très utiles pour opérer en bourse mais ils ne sont plus très utiles pour anticiper le comportement de l’économie réelle; les marchés sont un discours, un roman, ils  n’anticipent radicalement plus  rien.  Ce sont des champs de bataille ou s ‘affrontent les  forces économiques réelles et les forces manipulatrices des autorités.

Face à la déflation concrète , face aux tendances récessives, les autorités essaient de déployer des grigris monétaire, des incantations qui modifient les livres de comptes, tordent les perceptions et incitent les acteurs des marchés à jouer, à spéculer.

Quand cela marche un peu alors les zozos de banquiers centraux appellent cela la Transmission! Et cela marche un peu, de temps en temps. Mais tout cela n’a rien à voir avec les mouvements profonds au sein des économies, rien à voir avec les tendances lourdes, on est dans l’écume des choses. Dans l’Imaginaire.

Les graphiques servent à visualiser et c’est deja très bien.

On voit ou on est dans le continuum de l’histoire. Ici, on voit bien la répétition: à chaque fois que le marché a chuté , les autorités ont repris la main, injecté de la monnaie, baissé les taux, augmenté la taille de leur bilan et accessoiremnt creusé les déficits fiscaux.

En clair c’est un marché soutenu, fait à la main ou si on veut car c’est vulgaire mais plus vrai « à coups de pieds dans le cul ».

il y a un vieil adage boursier qui dit que « tout ce qui est soutenu finit toujours par tomber ». Et cet adage je l’ai toujours vu fonctionner. Ici on constate que les munitions, les artifices monétaires et fiscaux qu’il faut mobiliser croissent à une  vitesse considerable, on jongle maintenant avec les trillions; on voit que les rechutes se multiplient et qu’elles sont de plus en plus coûteuses. De plus en plus coûteuses cela veut dire que la prochaine crise sera encore plus grave et qu’il faudra employer des artifices encore plus considérables et … coûteux.

Si on compare, ce qui est justifié organiquement, la masse de dettes qui s’accumule dans le système a un tas de sable, disons que les lois physiques permettent d’affirmer que ce tas de dettes finira pas atteindre le point critique, sa fenêtre d’instabilité  ou l’ensemble s’écroulera, presque sans raison autre que sa dynamique interne.

Retenez bien le terme « coûteux », il  doit s’interpreter d’une facon particulière. Dans ce type de situation, le coût ce n’est pas au moment ou on procède à la dépense de  sauvetage qu’on le paie,  non c’est plus tard, il ne se manifeste que bien plus tard au moment de la rechute suivante.

La présentation de l’addition des mesures de 2009 a été faite en 2011 puis 2015. Le coût c’est le coût de l’impossibilité du  sevrage: on ne peut plus sevrer sans rechuter. On se trouve dans l’impossiblité de reconstituer la trousse médicale qui contient les remèdes/seringues , on va de plus en plus loin sur les territoires les plus dangereux sans vaccins et sans médicaments.

Ici je pense  que selon toute probabilité on peut encore refaire un tour, on n’est pas au terme du parcours vers l’abime . On peut avancer encore,  comme dans le tableau de Brueghel, « les aveugles conduits par des aveugles » vers la fosse. Comme dans le tableau, les futures victimes suivent encore, elles se tiennent la main et marchent vers  le gouffre. Les autorités cyniques , n’ont absolument plus aucune retenue, elles balancent dans le système le tout pour le tout, le  monétaire et le fiscal et ce n’est pas fini.

Donc je fais le pari une fois encore que cela va marcher.

On va   réussir à soutenir puis à ranimer les animal spirits .

On déja balancé, en quelque jours, plus que tout ce que l’on a balancé lors de la Grande Crise Financière de 2008! Et il y a un consensus pour aller encore plus loin, pour en faire plus. Les discussions portent non sur les montants et l’ampleur des dépenses mais sur leur affectation, un peu plus ou moins pour les entreprises  ou pour les particulers? Au diable l’avarice, les deux mon général!

La première phase , celle du « carpet bombing » monétaire et fiscal est en cours, elle a été décidée, elle va bientot être effective l’argent va arriver. Et selon toute probabilité elle va ressusciter les zombies , « the walking dead » vont se remettre a marcher.

C’est la phase la plus facile, elle est du type Pavlov, on sonne la clochette, on apporte le bol de punch et les chiens des marchés salivent et s’enivrent.

Ce qui est beaucoup plus incertain c’est la suite. Comme le disait un grand homme français : « le meilleur  moment c’est quand on monte l’escalier » n’est ce pas? On ne sait ni ce que l’on  trouvera en haut ni le plaisir que l’on prendra.

Compte tenu de ce que nous avons expliqué plus haut, en haut de l’escalier, c’est à la fois l’incertitude et la certitude.

Certitude que ce que l’on trouvera ce sera l’addition, la facture, le coût ; incertitude sur la forme qu’elle prendra, inflation, déflation ou les deux à la  fois, stagflation.

Il est opportun que dès maintenant vous vous posiez la question de savoir à quoi vous, personnellement vous êtes préparés.

Un exemple: faut il avoir des dettes ou au contraire ne pas en avoir? Faut il des biens  réels, de l’or, faut-il être locatire ou acquérir son logement? Faut il conserver tout son argent à la Banque? Faut il avoir un portefeuille de valeurs mobilières, privilégier les actions, les fonds d’état?

Il faut pour survivre étre prêt au pire, ce monde est sans pitié,  car avec la compétition féroce qui règne, avec le nombre considérable de personnes et d’ogres qui sont à table la lutte sera terrible.

L’homme est un loup pour l’homme. Personne ne veut votre bien.

Image

Ecoutons la propagande du gouverneur  de la banque de France zombie: il enfonce des portes ouvertes , lamentable ! Le contenu informationnel de la communication de ces zozos est totalement vide.

La Banque centrale européenne (BCE) va devoir conserver des taux d’intérêt très bas en raison de la faiblesse de l’inflation déjà constatée en mars avec la pandémie de coronavirus, a déclaré mercredi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Interrogé sur Europe 1 sur les retombées économiques de cette crise sanitaire, François Villeroy de Galhau, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a répondu: « Il y a un point déjà qui est important pour la suite, c’est que l’inflation sera faible (…) ça a une conséquence très importante pour (…) la Banque centrale européenne, c’est que nous pourrons, compte tenu de l’inflation très basse, et nous devrons garder des taux d’intérêt très bas, ce qui contribuera à soutenir la croissance et ce qui facilitera le financement des dettes supplémentaires. »

Il a aussi jugé que si l’Europe « peut faire plus, sur des emprunts collectifs, des coronabonds, quel que soit le mécanisme, c’est très bien » mais que « la mobilisation en cours a été beaucoup plus forte, beaucoup plus rapide qu’en 2008 ».

[CNBC] Dow futures fall more than 200 points after market posts worst first quarter on record

[Reuters] Asian shares hold on to gains but virus keeps markets on edge

[Reuters] Oil prices mixed, U.S. inventory build-up heightens oversupply concerns

[CNBC] Coronavirus live updates: HSBC, Standard Chartered shares fall after lenders cancel dividend payments

[Yahoo/Bloomberg] Fed Takes on Role of World’s Central Bank by Pumping Out Dollars

[Yahoo/Bloomberg] Jim Rogers Expects ‘Worst Bear Market in My Lifetime’ in Coming Years

[Reuters] Millions of small U.S. firms may tap coronavirus loan program on Friday

[CNBC] Private equity lobbyists were involved in the push for $500 billion coronavirus bailout fund

[Reuters] Japan on brink of emergency as coronavirus spreads: government spokesman

[Reuters] China factory activity shows minimal growth in March after plunge, still in virus grip

[Reuters] Japan’s business mood hits 7-year low as virus revives deflation spectre

[Bloomberg] Rogers, Gundlach Say the Worst of the Rout Has Yet to Come

[Bloomberg] Trump May Let Drillers Stash Glut of Oil in Federal Storage

[Bloomberg] Singapore Home Prices Fall Most in More Than Three Years

[NYT] As Virus Hobbles Economy, Companies Race to Tap Credit and Raise Cash

[FT] Developing countries scramble for funds to stave off virus impact

[FT] How central banks beat back the ‘bond vigilantes’ 

[FT] Will the coronavirus crisis rehabilitate the banks?

[FT] Private equity groups seek US small business rescue loans

4 réflexions sur “Pour survivre il faut être prêt au pire, avec la compétition féroce qui règne, avec le nombre considérable de personnes et d’ogres qui sont à table la lutte sera terrible

  1. Bonjour et merci pour vos analyses.
    Je vous cite : « Un exemple : faut il avoir des dettes ou au contraire ne pas en avoir? Faut il des biens réels, de l’or, faut-il être locataire ou acquérir son logement? Faut il conserver tout son argent à la Banque? Faut il avoir un portefeuille de valeurs mobilières, privilégier les actions, les fonds d’état? »
    J’ai bien compris que subtilement les réponses sont dans vos questions et qu’il faut s’endetter pour être propriétaire. Avoir des biens réels, de l’or, ne pas mettre tout son argent à la banque, avoir un portefeuille d’actions et plus de fonds euros.
    Pourtant je suis locataire, et l’essentiel de mes économies est en assurance vie fond euros pour transmettre à mes neveux. Je n’ai plus d’actions depuis 5 ans. Est-ce que je cours droit à la catastrophe ?

    J'aime

    1. Non vous ne courez pas à la catastrophe vous y marchez seulement . l’assurance vie est soumise a la loi ou directive Sapin qui peut vous la bloquer 6 moi si mes souvenirs sont bons renseignez vous.

      Comme nous allons vers des situations de dislocation tout est possible, y compris les spoliations.

      Seule la diversification peut réduire les risques quand l’avenir est incertain comme il l’est maintenant.

      J'aime

      1. Bonjour et merci pour votre réponse.
        Je vais suivre votre conseil : me diversifier, répartir les risques.
        Il n’y a donc pas d’actif refuge garanti !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s