Les dépêches mardi matin. « Vers une politique économique inflationniste qui fera monter l’inflation mais pas la prospérité ».

Lorsque les choses deviennent turbulentes sur les marchés financiers, l’expérience est requise. Felix Zulauf a connu de nombreuses phases de boom et d’accident au cours de sa carrière de près de cinquante ans en tant qu’investisseur et observateur de marché. C’est l’un des grands investisseurs mondiaux, c’est ce que l’on peut appeler un sage.

Un grand merci à The Market pour ce remarquable travail.

Felix W. Zulauf is founder and owner of Zulauf Asset Management, based in Baar, Switzerland, offering investment advice for clients worldwide. He has spent almost fifty years in the professional investment business. He served as a member of the famed Barron's Roundtable for thirty years.Dans une interview approfondie à The Market NZZ, Zulauf explique comment interpréter la récession de ces dernières semaines, quand et où il voit des opportunités d’achat, et pourquoi il espère que la crise de Covid-19 conduira à une refonte fondamentale du monde financier.

Zulauf ne mache pas ses mots : «C’est un désastre que nos banques centrales aient mené une politique monétaire beaucoup trop lâche lors de l’expansion. Cela a alimenté les excès de dette », a déclaré Zulauf.

La comparaison avec 2008 ne résiste pas à l’analyse , 2008 a été principalement une crise immobilière et bancaire qui s’est propagée aux secteurs industriels par des effets de contagion. Cependant, la plupart des secteurs de services sont restés indemnes. Cette fois, tous les secteurs sont concernés, notamment les services. Tourisme, restaurants, coiffeurs, d’innombrables petites entreprises: si elles doivent fermer pendant deux mois, leur trésorerie se tarit et elles ne peuvent pas survivre.

C’est probablement unique dans l’histoire.

Selon les estimations de l’Institut Ifo de Munich, une telle fermeture entraîne une perte de production économique de 7 à 11% après deux mois et jusqu’à 20% après trois mois. La baisse d’activité sera déterminée par la durée des restrictions.

Au total, l’économie connaîtra une chute brutale au premier semestre. Si les autorités du monde entier agissent avec sagesse, nous assisterons à une stabilisation au second semestre.

Le révez pas d’une reprise en « V » , non, car la récession a enclenché  un processus de « domino ». Tous les excès de l’expansion des dix dernières années refont surface.

La crise agit comme un révélateur de multiples désequilibres.

N’oubliez pas: le niveau d’endettement total dans le monde aujourd’hui, par rapport à la production économique, est plus de deux fois plus élevé qu’en 2007.

Nous avons créé les plus grands excès depuis des générations. Cette dette accroît désormais la pression à la baisse.

De plus, l’économie mondiale était déjà en mode de ralentissement avant même la fermeture de Covid-19. On pouvait voir que l’économie ralentissait en 2020, il était donc juste de commencer l’année avec une sous-pondération des actions et une surpondération des obligations.

Puis vint le choc Covid-19.

Et en plus de tout cela, nous avons vu le début d’une nouvelle guerre des prix sur le marché pétrolier début mars.

Le probème du dollar est devant nous, pas derrière.

Au cours de la dernière décennie, une énorme montagne de dette libellée en dollars s’est constituée en dehors des États-Unis, en particulier dans les marchés émergents, et en particulier en Chine.

Selon la BRI, ces prêts sont passés de 5,8 billions de dollars à plus de 12 billions de dollars entre 2009 et 2019.

Lorsque la crise éclate, les prêts à court terme ne sont souvent pas accordés parce que les prêteurs ont une aversion au risque. Les débiteurs doivent alors se démener pour acheter des dollars sur le marché. À mesure que le dollar monte, la dette dans la devise nationale du débiteur augmente, ce qui à son tour augmente encore la pression sur eux.

Des économies faibles comme la Turquie, le Brésil et l’Afrique du Sud sont prises dans un cercle vicieux. C’est pourquoi je dissuade  depuis un certain temps d’investir dans les marchés émergents, y compris la Chine. Ils ont juste un énorme problème de dette en dollars.

Le régime monétaire va redevenir inflationniste

Les autorités fiscales et les banques centrales exécutent des programmes qui auront un effet inflationniste au fil du temps. En conséquence, les taux d’intérêt augmenteront à nouveau, d’abord à long terme et après quelques années également à court terme. Nous aurons une politique économique inflationniste qui fera monter l’inflation mais pas la prospérité.

C’est mauvais pour les placements à revenu fixe normaux.

Mais cela incite à avoir de l’or.

L’or est un actif improductif. Son prix dépend de la confiance des investisseurs dans les politiques des autorités. Je m’attends à ce que la nouvelle décennie soit bénéfique pour les prix de l’or, car les banques centrales continueront de dévaluer nos monnaies papier et la confiance dans les décideurs diminuera.

L’or doit donc être représenté dans chaque portefeuille.


 


[CNBC] Stock futures point to opening losses following Monday’s sharp rebound

[Reuters] Asian shares cautiously gain on virus hopes, dollar slips

[Reuters] Oil gains as hopes rise for production cut amid coronavirus outbreak

[Reuters] Japan set to announce coronavirus emergency, finalise near $1 trillion stimulus

[Bloomberg] Yields Just Keep Climbing in India Even With All That RBI Does

[FT] US small business rescue runs into operational difficulties

[FT] Downgrades flood junk bond market with ‘fallen angels’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s