Quelle fin pour la pandémie?

Les gouvernements alimentent des fuites sur la fin de  la pandémie, c’est de bonne guerre, il faut occuper les opinion publiques et les marchés. Il ne faut jamais laisser les peuples réflêchir, il faut toujours occuper le terrain de l’attention.

Rédigé par
Bruno Bertez
6 avril 2020

La pandémie de coronavirus finira par s’apaiser, voire s’éteindre. Mais qu’en est-il des dommages causés à l’économie dans son ensemble ?

Tout a une fin ; les crises en cours finiront également.

Il y a plusieurs crises.

La plus évidente, c’est celle du virus.

La plus opaque est celle de la finance spéculative.

La plus grave est celle du système monétaire mondial et de la mondialisation.

La plus probable à l’avenir est celle de la confiance des peuples dans leurs dirigeants.

Je crains un gros regain de populisme.

On aura un regain de dirigisme, d’étatisme et encore plus de socialisme au profit des ultra-riches. Tout ceci va obliger les dirigeants à être encore plus directifs, à rogner sur les libertés, à organiser encore mieux les controles et la pression sociale normalisatrice.

Fin de pandémie ?

Si toutes les pandémies des différents pays avaient le même profil, la figure ci-dessous indiquerait comment cette pandémie prendra fin.

L’intervalle début/pic des infections au Covid-19 pour tous les pays serait de 40 à 50 jours. De nombreux pays sont encore loin du point culminant. Par ailleurs, rien ne garantit que ce point culminant se fera au même moment ou qu’il n’y aura pas de deuxième round de réinfection, si les méthodes de lutte contre le virus (tests, auto-isolement, quarantaine et verrouillage) ne fonctionnent pas de la même manière.

En fin de compte, cependant, il y aura un pic partout et la pandémie s’atténuera, ne serait-ce que pour revenir l’année prochaine, peut-être.

Ce qui est clair, c’est que les fermetures dans les économies majeures ont entraîné et entraîneront une chute vertigineuse de la production, des investissements, de l’emploi et des revenus. Le crédit ne remplace pas la production ! Au contraire, dans ses excès, il la fait disparaître. Il la tue.

Deux points de croissance en moins… tous les mois

L’OCDE résume correctement la situation : selon elle, l’impact des fermetures d’entreprises pourrait entraîner des réductions de 15% ou plus du niveau de production dans les économies avancées et dans les principales économies émergentes. Dans l’économie médiane, la production diminuerait de 25%…

« Pour chaque mois de confinement, il y aura une perte de deux points de pourcentage de la croissance annuelle du PIB. »

Dans cette pandémie, si les principales économies sont bloquées pendant deux mois et peut-être plus (le verrouillage de Wuhan en Chine aura duré plus de deux mois), alors le PIB mondial devrait se contracter, en 2020, plus qu’au cours de la grande récession de 2009.

Le consensus espère que les blocages seront de courte durée… mais ce ne sera probablement pas le cas. Le chômage va monter de façon vertigineuse et il ne se résorbera que lentement. Les taux de profit et les trésoreries vont être massacrés, ce qui augure mal des dépenses d’investissement.

Comme l’a déclaré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurrìa :

« Nous ne savons pas combien de temps il faudra pour stabiliser le chômage et les fermetures de millions de petites entreprises – mais c’est un vœu pieux que de parler d’une reprise rapide. »

Le tout pour le tout

Il est clair que l’idée du président Trump, qui considèrait que les Etats-Unis pourraient reprendre leurs activités le dimanche de Pâques, n’est pas réaliste.

Néanmoins, dans cet espoir que les fermetures seront de courte durée, les gouvernements ont tenté le tout pour le tout et abandonné toute prudence de gestion. Ils ont injecté des sommes considérables dans leurs systèmes afin d’éviter le pire.

On ne sait d’ailleurs pas très bien faire la part de ce qui est injecté pour éviter l’Armaggedon/apocalypse financière, et la part de ce qui est consenti pour les économies dites réelles.

Les banques centrales ont donc abaissé leurs taux directeurs à zéro ou en dessous. On a également annoncé une myriade de facilités de crédit et de programmes d’achat d’obligations qui éclipsent les plans de sauvetage et les mesures d’assouplissement quantitatif des dix dernières années.

On répond au choc comme à l’accoutumée : par l’inflationnisme monétaire, avec quelques compléments budgétaires.

La première priorité a été et est encore de sauver les marchés financiers, considérés comme le poumon du système du capitalisme financiarisé.

On peut le regretter et trouver cela immoral, mais le fait est que l’on n’avait pas le choix.

Quand le vin est tiré, il faut le boire – or le marché boursier/financier est au centre du système, c’est lui qui soutient tout l’édifice.

Je soutiens que certes on a brisé la chaîne de production des biens et des services, mais là où le dommage le plus important a été causé, c’est sur la chaîne du bonheur de la finance mondiale.

Nous verrons la suite dès demain.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE
 J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.

A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

Une réflexion sur “Quelle fin pour la pandémie?

  1. L’économie réelle est a l’arret ou en faillite,par contre les fonctionnaires ,les retraités et beaucoup de salariés continuent a etre payés comme si rien ne pouvait interférer!Je pense que le problème va venir assez vite de la.Pour moi,la finance s’est définitivement tiré une balle dans le pied,elle ne s’en sortira plus dans l’état actuel.L’innondation de liquidités ne suffit plus.Alors peut etre le revenu universel ,dernière cartouche, dernier clou du cercueil?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s