« Pour en finir avec la monnaie hélicoptère »

La démonstration faite dans cet article est convaincante.

Au passage j’apprécie cette idée de l’auteur que je m’efforce de faire passer depuis longtemps à savoir qu’au plan économique on doit considerer le couple gouvernement-banque centrale comme une seule entité. C’est une idée importante souvent repoussée.

HENRI STERDYNIAK

 

Selon la théorie de la monnaie hélicoptère, en période de dépression, la Banque Centrale doit relancer l’économie en versant directement de l’argent à tous les ménages.

Que penser de cette stratégie ?

En fait, selon la macroéconomie keynésienne, en période de dépression, la politique économique doit relancer l’activité soit par la politique monétaire, soit par la politique budgétaire. La politique monétaire consiste à baisser au maximum les taux d’intérêt et à garantir aux banques qu’elles pourront se refinancer pendant longtemps à des taux très faibles. Elle a l’avantage de ne pas creuser la dette publique, de relancer spécifiquement l’investissement, mais elle peut être inefficace si le taux d’intérêt se heurte au plancher de zéro, si les perspectives de croissance et d’inflation sont médiocres (de sorte que la différence – taux d’intérêt moins taux de croissance – n’est pas assez négatif pas assez), si les banques se refusent à prêter compte tenu des risques de faillite des entreprises.

La politique budgétaire consiste à augmenter les dépenses publiques, les prestations sociales ou à baisser les impôts. L’impact sur la demande est donc en principe direct. Il peut être ciblé sur les ménages précaires (tant parce qu’ils sont particulièrement frappés par la crise que parce que leur propension à consommer est la plus forte) ou sur les investissements verts. Certes, la relance budgétaire augmente la dette publique, mais l’impact est limité en période de dépression : la relance induite amène des recettes fiscales ; comme les taux d’intérêt sont bas par rapport au taux de croissance, la dette publique ne fait pas boule de neige.

Dans un pays qui a conservé sa souveraineté monétaire (la banque centrale garantit le financement de la dette publique), il n’y a aucune différence entre la monnaie hélicoptère et une politique budgétaire consistant à verser de l’argent aux ménages.  Cependant, la monnaie hélicoptère apparait comme une stratégie saugrenue puisque la Banque Centrale se mêle de politique budgétaire (ce qui n’est pas son rôle a priori) et que son action est moins ciblée que celle de la politique budgétaire.

Les partisans de la monnaie hélicoptère donne souvent deux arguments fallacieux :

  • La monnaie hélicoptère éviterait le gonflement de la dette publique. Mais la Banque Centrale appartient à l’État ; elle lui verse ses profits sous forme de dividendes. Du point de vue macroéconomique, il faut considérer l’ensemble, État plus Banque centrale, dont la dette nette totale évolue de la même façon que ce soit l’État ou la Banque centrale qui verse l’argent aux ménages.
  • La monnaie hélicoptère ne couterait rien contrairement à la dette publique. C’est erroné. Imaginons que l’État verse 1 milliard aux ménages. Au premier tour, les ménages placent cet argent en dépôts bancaires, ce qui permet aux banques d’acquérir les titres émis par l’État. Si c’est la Banque Centrale qui verse cet argent, les ménages font le même choix de placement, de sorte la Banque Centrale perd 1 milliard de refinancement des banques.  La différence pour les Comptes publics est la différence entre le taux de refinancement et le taux d’emprunt de l’État, qui peut être positif ou négatif. En période de taux très bas, l’État peut préférer s’endetter à long terme qu’à court terme. Donc la monnaie hélicoptère n’a aucun avantage a priori par rapport à la politique budgétaire normale.

La situation est un peu différente dans la zone Euro, pour deux raisons. D’une part, on peut penser que la monnaie-hélicoptère est un moyen de tourner des règles budgétaires si le déficit et la dette de la BCE ne sont pas réparties entre les États membres, s’ils ne sont pas comptés dans les règles budgétaires européennes comme dettes ou déficits des pays membres, mais c’est de la comptabilité créative, c’est tirer parti d’une faille des règles budgétaires, qui devraient, du point de vue économique, porter sur le total État+ Banque Centrale. D’autre part, la monnaie hélicoptère serait un moyen de garantir une impulsion budgétaire uniforme, si une relance globale est nécessaire, s’il n’est pas possible de l’obtenir par des politiques budgétaires nationales coordonnées. Notons que la somme versée à chaque ménage devrait dépendre du PIB par tête de chaque pays. Ainsi, la politique ainsi menée serait obligatoirement uniforme (ce qui poserait problème si les pays ne sont tous pas dans la même conjoncture).

Bref, à la question : « faut-il de la monnaie hélicoptère ? », il faut répondre « : « Non, c’est un leurre. La politique budgétaire suffit ».

Par ailleurs, on peut penser qu’en période de difficultés économiques, quand les banques sont réticentes à prêter aux entreprises, l’État doit pratiquer une politique active du crédit : garantie des prêts, recapitalisation, prêts spécifiques aux secteurs les plus touchés, les secteurs indispensables ou à ceux s’inscrivant dans la transition écologique. Cela est d’autant plus facile que le pays dispose d’un secteur bancaire publique. Mais, cela sort, là aussi, des compétences de la Banque centrale.

 

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s