Billet. Les emprunts perpétuels comme mode de spoliation automatique des épargnants, des retraités etc. Le piège à pognon est en préparation

L’Europe aura besoin d’environ 1 trillion d’euros au minimum  pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Cet argent pourrait être utilisé pour créer un Fonds Européen de Relance.

Les gouvernements et leurs fonctionnaires cherchent bien sur un moyen de mettre sur pied un pareil fond.

Leurs recherches ne consistent pas à trouver un moyen équitable, soucieux de l’intérêt général, non leurs recherches se concentrent sur les moyens de tromper le public, de le spolier  afin que ces fonds coûtent le moins cher possible . Mieux, afin qu’il ne coûte rien du tout.

N’oubliez jamais qu’en économie, les coûts des uns sont les revenus des autres.

Les taux d’intérêts actuels sont nuls tout le monde le sait. Les gouvernements vous empruntent votre argent et en échange ils ne vous donnent rien. Dans certains cas d’ailleurs c’est vous qui les payez pour leur prêter vos sous! Non seulement vous perdez sur la valeur réelle de vos économies en raison de la vraie inflation, celle qui est dissimulée et truquée, mais vous perdez en raison des frais et commissions des banques. Avoir des économies, non seulement cela ne rapporte rien mais cela coûte cher!

On appelle cela la répression! La répression cela consiste à monétiser, à créer de l’argent et des dettes mais à faire en sorte qu’ils ne  produisent rien, qu’ils ne s’accumulent pas, c’est à dire que ces dettes ne coûtent rien à celui qui emprunte pour le pas le mettre en difficulté.

La répression c’est une euthanasie douce des préteurs..

Les taux sont  nuls non parce que les marchés fonctionnent mais parce qu’ils ne fonctionnent pas: ils ont cessé d’être efficaces et de fournir des indications de long terme, ils n’anticipent rien. Les taux sont nuls parce ques les banques centrales les veulent nuls et qu’elles créent de l’argent à la pelle, jusqu’ à ce que le coût de l’argent soit zéro.

Les taux d’intérêt n’ont aucun rapport avec l’équilibre entre l’épargne et l’investissement, ils ont rapport avec une volonté du couple Banque Centrale/Gouvernement de soutenir un système surendetté, un système qui croule sous les dettes, sous les promesses intenables.

Donc vous comprenez que si ils croulent sous les promesses intenables, ils ne vont pas vous promettre en plus de rémunérer vos économies, non ils veulent s’en servir gratuitement en particulier pour soutenir les cours de la Bourse et empêcher que  les entreprises  trop endettées ne mettent la clef sous la porte.

La desctription de la répression financière n’est pas complète si on n’intègre pas ce qui va se passer après, dans le futur. Pour juger de ce qui se passe il faut toujours en finance considérer un cycle complet.

Non seulement les emprunteurs, le gouvernement et les banques utilisent vos économies gratuitement mais en plus quand la crise sera passée, quand les choses seront redevenues normales, et croyez moi elles redeviendront normales un jour, donc quand les choses redeviendront normales , alors les taux vont remonter fortement et  l’inflation aussi. Que va-t-il se passer? Il va se passer que les titres anciens vont se déprécier puisqu’ils rapportent moins que les nouveaux , leur valeur va s’effondrer.

Eh bien si sous avez prêté votre argent, placé votre argent à un taux dérisoire, lorsque les taux vont monter la valeur de votre créance, la valeur de ce que vous avez prêté va se rapprochera de zéro, vous aurez une poignée de cerises. Un peu comme vos arrière grands parents avec les emprunts russes ou les Brazilian Railway.. Vos économies ne vaudront  quasi plus rien. Un titre qui rapporte 0,5%  voit sa valeur s’effondrer et est quasi bon pour la poubelle quand les taux  redeviennent normaux c’est dire autour des 6% historiques avec une inflation à 4%.

Ainsi le tour est joué, non seulement vous avez preté votre argent à 0,5% % mais en plus, en sortie de crise, vous êtes spoliés. Vous avez contribué à sortir de la crise, à enrichir les ultra-riches qui spéculent en Bourse et qui ont des affaires cotées et vous, vous êtes ruinés.

Mais ce n’est pas encore fini!

Votre titre de créance voit sa valeur  de marché s’effondrer et que font les émetteurs, ceux qui ont profité gratuitement de votre épargne ? Ils les ramassent  pour une bouchée de pain, pur une poignée de cerises en Bourse,  quasi pour rien et ainsi ils annulent leurs dettes.

Ah les braves gens!

Quand les taux sont nuls , il est facile de rendre attrayant un taux de … 0,50% . C’est une aubaine . Rendez vous compte on passe du zéro, de rien à quelque chose! Un taux de 0,50% va vous rapporter  à vous, à vos petites économies quelques euros, une poignée par an. Et votre banquier va vous dire, allez y c’est attrayant. Normal il a  son objectif, son quota à placer,  et il touche une commission.

GEORGE SOROS propose un moyen simple, rapide et peu coûteux de financer un Fonds européen de relance de 1 trillion d’euros.

Selon lui l’Union européenne devrait lever les fonds nécessaires au Fonds de relance  en vendant des «obligations perpétuelles». Sur une obligation perpétuelle,  le principal n’a pas à être remboursé , mais elles peuvent être rachetées ou remboursées à la discrétion de l’émetteur, c’est à dire quand  cela ne lui coute rien..

Il serait, bien entendu, sans précédent que l’UE émette des obligations perpétuelles, en particulier en si grand nombre. Mais d’autres gouvernements se sont servi des  obligations perpétuelles dans le passé.

L’exemple le plus connu est la Grande-Bretagne, qui a utilisé des obligations consolidées pour financer les guerres napoléoniennes et des obligations de guerre pour financer la Première Guerre mondiale. Ces émissions obligataires ont été négociées à Londres jusqu’en 2015, date à laquelle  les deux ont été remboursées en monnaie de singe.

Dans les années 1870, le Congrès américain a autorisé le Trésor à émettre des « consoles » pour consolider les obligations déjà existantes.

L’Europe de l’ami Soros c’est l’Europe des ploutocrates , ceux qui sont menacés  par l’effondrement de la valeur de tous les papiers boursiers , et « elle doit recourir à des mesures extraordinaires pour faire face à une situation extraordinaire qui frappe tous les membres de l’UE ».

Les obligations perpétuelles ont trois avantages.

Le premier avantage est pour commencer, qu’elles sont perpétuelles.  Les obligations perpétuelles ne doivent jamais être remboursées, elles n’imposeraient qu’une charge budgétaire très  légère à l’UE, malgré une puissance de feu financière considérable .

De plus, l’UE n’aurait pas à les refinancer à leur échéance, à effectuer des amortissements ou même à mettre de l’argent de côté (par exemple, dans un fonds d’amortissement) pour leur éventuel remboursement.

L’UE ne serait tenue de verser que des modestes intérêts réguliers . Une obligation perpétuelle de 1 trillion d’euros avec un coupon de 0,5% coûterait au budget de l’UE à peine 5 milliards d’euros par an. Cela représente moins de 3% du budget 2020 de l’UE.

Le deuxième avantage est plus technique mais presque aussi important. Le marché pourrait ne pas être en mesure d’absorber une émission de 1 trillion d’euros en une seule fois. En émettant une obligation perpétuelle, l’UE pourrait atteindre  ce montant par tranches, sans créer à chaque fois une nouvelle obligation.

Le troisième avantage est qu’une obligation perpétuelle émise par l’UE serait un actif très attractif pour les programmes d’achat d’obligations de la BCE. La maturité d’une obligation perpétuelle étant toujours la même, la BCE ne serait pas tenue de rééquilibrer son portefeuille.

Ah le brave monsieur SOROS!

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s