Qu’en est il des dividendes des grandes entreprises ?

 

  • Accor. Pas de dividende. Le groupe hôtelier a renoncé le 2 avril à verser un dividende.
  • Air Liquide. Dividende confirmé. L’assemblée générale aura lieu le 5 mai. Peu de chances que cela évolue d’ici là.
  • Airbus. Pas de dividende. L’avionneur a annulé le 23 mars le versement de dividendes à ses actionnaires au titre de l’exercice 2019.
  • ArcelorMittal. Décision en suspens. Probablement une annonce le 7 mai lors de la publication des résultats du T1. Le dividende est clairement à risque.
  • Atos. Pas de dividende. Un coupon de 1,40 EUR avait initialement été programmé pour être mis au vote de l’assemblée générale du 26 juin.
  • AXA. Décision en suspens. Si certains assureurs ont suivi les recommandations de leurs organismes de tutelle, tous ne l’ont pas fait. AXA réserve sa décision sur son dividende 2019 et devrait communiquer d’ici le 30 juin.
  • BNP ParibasPas de dividende. Le groupe bancaire suspend le versement d’un dividende à ses actionnaires pour 2019 pour se conformer aux recommandations des superviseurs bancaires européens.
  • Bouygues. Pas de dividende. Mais le conseil d’administration se réunira au cours du mois d’août pour réévaluer la situation et analyser l’opportunité de proposer la distribution d’un dividende.
  • Capgemini. Dividende réduit en marge de l’annonce de ses résultats du T1 le 28 avril. Le groupe proposera à son assemblée générale le versement de 1,35 EUR, au lieu de 1,90 EUR initialement envisagé.
  • CarrefourDividende réduit. Le géant de la distribution va réduire de moitié le dividende proposé au titre de l’exercice 2019 (0,23 EUR contre 0,46 EUR).
  • Crédit AgricolePas de dividende. Là aussi, décision prise en conformité avec les régulateurs européens du secteur.
  • Danone. Dividende confirmé. Le groupe a reporté son assemblée générale et la date de paiement du coupon, mais il est pour l’heure confirmé.
  • Dassault Systèmes. Dividende confirmé. L’assemblée générale du 26 mai doit se prononcer sur un dividende de 0,70 EUR.
  • EngiePas de dividende. L’énergéticien a annulé le dividende de 0,80 EUR par action qui devait être versé au titre de 2019.
  • EssilorLuxottica. Pas de dividende. Aucun coupon proposé à l’Assemblée générale du 25 juin 2020, mais un « dividende exceptionnel » reste possible avant la fin de l’année « si la reprise s’avère suffisamment solide« .
  • Hermès International. Dividende réduit. L’assemblée générale du 24 avril votera sur un dividende ramené de 5 à 4,55 EUR par rapport à la proposition initial, soit un montant identique à celui versé en 2019 au titre de 2018.
  • Kering. Dividende réduit. Le coupon a été abaissé de 30% par rapport à l’annonce initiale. Le géant du luxe a annoncé le 10 avril que son PDG, François-Henri Pinault réduisait de 25% son salaire fixe d’avril à décembre et renonçait à sa rémunération variable au titre de l’exercice 2020, tout comme le directeur général délégué Jean-François Palus.
  • L’Oréal. Décision en suspens. Le conseil d’administration doit se réunir en mai pour arrêter sa position, a indiqué le PDG le 16 avril.
  • Legrand. Dividende réduit. L’entreprise souhaite proposer aux actionnaires le gel du montant du dividende versé au titre de l’exercice 2019, ramené ainsi à 1,34 euro par action, contre 1,42 euro initialement annoncé.
  • LVMH. Dividende réduit. Amputé de 30%, le dividende ressort à 4,80 EUR par action.
  • Michelin. Dividende réduit. 2 EUR contre 3,85 EUR.
  • Orange. Dividende réduit. Le groupe a annoncé le 17 avril réduire le dividende de 2019 de 0,70 à 0,50 euro par action.
  • Pernod Ricard. Exercice décalé, la question du dividende n’est pas encore posée.
  • Peugeot. Décision en suspens. L’assemblée générale a été repoussée à fin juin et la question du dividende reste ouverte, a déclaré le 21 avril le directeur financier, Philippe de Rovira.
  • Publicis. Dividende réduit. Le groupe de communication propose à ses actionnaires un dividende réduit de moitié par rapport aux annonces initiales, à 1,15 EUR, avec une mise au paiement décalée à septembre.
  • Renault. Pas de dividende. Le dividende a été supprimé lors d’un conseil d’administration du groupe automobile le 9 avril. La proposition initiale était de 1,10 EUR après 3,55 EUR en 2018.
  • Safran. Pas de dividende. L’équipementier aéronautique a annulé ses projets initiaux, qui auraient entraîné un décaissement d’environ 1 Md€.
  • Saint-Gobain. Pas de dividende. Le groupe avait prévu de soumettre au vote de ses actionnaires, le 4 juin, un dividende de 1,38 EUR par action. Il a finalement renoncé le 23 avril, en l’annonçant en marge de ses trimestriels.
  • Sanofi. Dividende confirmé. Le coupon de 3,15 EUR doit être voté lors de l’assemblée générale du 28 avril.
  • Schneider Electric. Dividende confirmé. D’un montant de 2,55 EUR, il sera voté par l’assemblée générale du 23 avril.
  • Société Générale. Pas de dividende. Société Générale a décidé le 31 mars de « supprimer toute distribution de dividende au titre de l’exercice 2019 », conformément aux recommandations de la BCE.
  • Sodexo. Exercice décalé, la question du dividende n’est pas encore posée.
  • STMicroelectronics. Dividende réduit. Le groupe a annoncé le 22 avril que son dividende 2019 s’établira à 0,168 USD par action contre 0,24 USD évoqué jusque-là.
  • Thales. Dividende réduit. Le groupe de technologies et défense a annoncé le 7 avril renoncer au versement du reliquat du dividende de 2019, ce qui lui permet « d’éviter une sortie de trésorerie d’environ 430 M€ ». L’acompte de 0,60 EUR versé en décembre constitue donc le dividende 2019.
  • Total. Dividende confirmé. La major verse des coupons trimestriels. L’assemblée générale se réunit le 29 mai. Le dividende annuel se chiffrait à 2,68 EUR, dont un solde de 0,68 EUR qui devrait être payé le 1er juillet prochain. Total pourrait apporter de nouveaux éléments sur la rémunération de ses actionnaires le 30 avril lors de la publication de ses résultats du T1.
  • Unibail-Rodamco-Westfield. Dividende réduit. Le groupe ne versera pas le solde de son dividende de 5,40 EUR, après avoir payé un acompte de 5,40 EUR le 26 mars dernier.
  • Veolia. Dividende réduit. Le conseil d’administration propose en assemblée générale ce 22 avril un dividende divisé de moitié, à 0,50 EUR.
  • Vinci. Dividende réduit. Le groupe a proposé initialement 3,05 EUR de coupon, dont 0,79 EUR avaient déjà versés. L’AG du 18 mai (à huis clos) votera un complément de 1,25 EUR au lieu des 2,26 EUR prévus. Au final, le dividende se limitera à 2,04 EUR. 
  • Vivendi. Dividende confirmé. L’assemblée générale a déjà approuvé le 20 avril, le versement d’un dividende de 0,60 EUR, en hausse de 20%.
  • Worldline. Pas de dividende, mais pas à cause du Covid-19 : la société n’en verse pas depuis plusieurs exercices, pour privilégier sa croissance. Notez que l’assemblée générale a été décalée du 14 mai au 9 juin.
Etat des lieux des dividendes du CAC40
Etat des lieux en date du 28 avril 202

Une réflexion sur “Qu’en est il des dividendes des grandes entreprises ?

  1. Bonjour,
    Il serait intéressant de connaître le montant total des dividendes des années passées des sociétés comme Airbus, Air France, Renault… savoir aussi si Airbus va déménager son siège social des Pays-Bas…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s