Attendez vous à une grande vague de prédation. Elle est déjà en préparation. Un pays en crise comme la France, c’est la forêt de Bondy.

J’ai écrit ces derniers jours sur le thème de « qui va payer » l’ardoise colossale laissée par les évènements d’une part et les pseudo remèdes des autorités  d’autre part .

Bien entendu pour l’instant on fait comme si de rien n’était et que les  choses étaient gérables comme à l’accoutumée, par un peu de fuite en avant, beaucoup d’inflationnisme , et des tonnes de  mensonges.

La réalité est que nous sommes au bout du rouleau et que les solutions si on ose les appeler ainsi, les solutions antérieures ne sont plus praticables:

-les déficits sont astronomiques

-les ratio de dettes ont rejoint les ratios des périodes de guerre

-les taux de prélèvements visibles sur les classes moyennes  sont spoliatoires

-les actifs financiers dont l’inflation sert à masquer l’insolvablité sont au dela du bullaire.

Comme disent les élites  , « quand c’est grave il faut mentir ».

De toutes façons sachez que par construction du système, les miracles n’existant pas il n’y a qu’une possibilité; d’une façon ou d’une autre c’est vous qui allez payer.

Les autorités qui représentent politiquement les ultra-nantis et la classe kleptocratique, celle qui détient les créances , ne vont pas accepter de moratorier ou rééchelonner les dettes , elles vont refuser les réechelonements et les dépreciations volontaires ou négociées.

Elles vont refuser de confisquer les hausses boursières qui sont un pur effet d’aubaine et vont laisser les ultra riches s’enrichir du simple fait de posséder des portefeuilles boursiers que la politique monétaire inflate.

Donc dis je, vous allez payer.

La répression financière comme on la désigne va étre féroce, la question se pose pour vous de savoir comment en être le moins possible victime. A quoi sert de travailler, de produire des richesses, d’innnover si c’est pour se faire dépouiller au coin du bois? Un pays en crise come la France, c’est la forêt de Bondy.

Pour cela vous devez vous interroger sur la nature de vos actifs, sur les vulnérabilités de votre patrimoine. Surtout n’espérez pas gagner de l’argent, c’est impossible.

En passant sachez que des mesures discrètes mais fortement scélérates sont déja en préparation pour hausser le taux de prédation dans les pays comme la France; ainsi on a supprimé l’anonymat des coffres-forts bancaires, ainsi le gouvernement prépare une loi de réorientation de l’épargne dont le but, vous vous en doutez est de vous faire prendre plus de risques, c’est à  dire de vous exposer plus encore à l’inévitable destruction future.

Car à notre époque, sachez que:   risque=certitude de perte.

Préserver son patrimoine c’est à dire son travail cristallisé est noble.

N’ayez pas honte, ceux qui doivent avoir honte ce sont ceux qui confisquent le patrimoine des autres et ceux qui vivent de la répartition de ce patrimoine sans rien faire.

Ceux qui doivent avoir honte ce sont les prédateurs et les chouchous des prédateurs. Ou alors c’est que monde n’est plus monde!

N’oubliez jamais ceux qui vivent de la répartition, vivent de ce qu’on a pris à d’autres Il ne faut jamais oublier que rien ne se perd, rien ne se crée. Pour donner aux uns il faut prendre aux autres et bien sur « faire en  sorte qu’ils la ferment ».

Il y a un cas ou la prédation publique est justifiée, c’est dans le cas d’effet d’aubaine c’est à dire quand il y a enrichissement sans cause .

Et ce cas c’est celui des ultra-riches, des kleptocrates, de leurs complices des médias , de la haute fonction publique nationale, européenne, internationale,  c’est le monde des politiciens, des pseudo experts etc.

 

Rédigé par
Bruno Bertez

Vous pensez qu’il existe plusieurs classes d’actifs ? Faux : de nos jours, il n’y a plus que deux  catégories – le papier et ce qu’il représente. Il est essentiel de faire la différence.

J’essaie de vous faire raisonner en dehors du cadre habituel – « outside the box », comme disent les Américains.

Vous êtes structuré par la parole des autorités et vous avez du mal à voir le monde autrement que par le prisme intellectuel que leurs récits vous impriment. Vous pensez comme si le marché était la réalité, comme s’il l’épuisait. Vous êtes dans la bulle parce que l’on vous y a mis – et vous pensez donc avec les schémas qui sont ceux de la bulle.

Ce que je dis pour la Bourse est vrai pour la politique : on vous a mis dans une bulle avec de fausses classes droite/gauche par exemple. Dans cette bulle, Emmanuel Macron est en même temps de droite et de gauche.

Vous pensez à travers les classes d’actifs que l’on vous a enseignées, vous pensez au travers des catégories et des concepts que l’on vous fourre dans le crâne, les taux, les multiples cours/bénéfices, la volatilité, le risque, etc.

On vous a mis dans l’univers des grands prêtres, l’univers monétaire, celui de la monnaie, des actions, des obligations, des fonds d’Etat, de l’or – et vous pensez que ce que votre esprit manipule, ce sont des catégories réelles. Des catégories qui reflètent le réel.

L’éléphant dans la pièce

Eh bien non, archi-non. Tout cela, tout ce que vous manipulez dans votre tête, ce sont des signes, c’est du papier – du papier dont l’origine, surtout en ce moment, c’est la planche à billets numérique, pas le réel.

C’est l’éléphant dans la pièce : il est tellement gros que personne n’y pense. C’est la lettre volée d’Edgar Allan Poe – elle est devant les yeux et personne ne la voit.

La lettre volée une seconde fois, Frédéric Théodore Lix

Tout ce dont on parle, c’est du vent, du papier. Ce ne sont pas des classes d’actifs mais une seule et même classe d’actifs : le papier. Tout comme les partis politiques sont un seul parti, celui de la reproduction du système et de l’imaginaire social qui permet de vous exploiter.

Tout comme lorsque vous pensez au prix, que vous confondez avec la valeur de cet actif, vous dites qu’il vaut 100 ou 200, vous oubliez que vous exprimez le prix de cet actif en un autre actif papier ou digital, le dollar. Vous êtes dedans ! All in, comme on dit au poker.

Jouer la faille

Je soutiens que la pensée qui sera un jour utile, celle qui fera la différence, ce sera celle-là : celle qui jouera la faille, la non-adéquation entre le monde des autorités, le monde des signes, et le vrai monde, le monde réel.

Celui qui gagnera sera celui qui se situera en dehors de la névrose ambiante, qui pensera autrement. Celui-là sera vraiment adapté à ce qui va se passer.

Ce sera celui qui fonctionnera en ayant compris que tous les actifs dont on parle ont le même sous-jacent – la monnaie.

L’univers des actifs que vous connaissez, c’est la monnaie – de la même façon que le sous-jacent de la valeur des hypothèques en 2007 était la valeur des maisons… ou plutôt la croyance en la hausse perpétuelle de leur prix. Ici, le sous-jacent de tous les marchés, c’est la monnaie, la liquidité et la croyance que plus jamais elles ne manqueront parce que la Fed l’a promis.

Vous comprenez que la soi-disant diversification pour réduire les risques est un mythe ; vous comprenez qu’il n’y a à l’intérieur des marchés, face au risque suprême, aucun refuge.

Si vous avez compris viscéralement cela, alors vous êtes prêt pour, un jour, affronter la crise. Celle-ci sera en effet la rupture de l’invariant ultime : la croyance dans les pouvoirs des apprentis sorciers et le mythe de la liquidité infinie sous-jacente.

Il n’y a que deux et seulement deux grandes catégories de classes d’actifs. Il y a le papier et il y a le réel. Il y a ce qui est imaginaire et imaginé… et il y a ce qui existe, sonnant et trébuchant.

Note : j’ai souligné en gras le « en même temps » pour faire réfléchir et vous inciter à penser que quand on utilise le « en même temps », cela signifie souvent que l’on est dans l’imaginaire, dans l’infantile – car le réel, l’adulte, sont faits de choix et… de deuils.

[NDLR : Retrouvez toutes les analyses de Bruno Bertez sur son blog en cliquant ici.]

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE
J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.

A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

5 réflexions sur “Attendez vous à une grande vague de prédation. Elle est déjà en préparation. Un pays en crise comme la France, c’est la forêt de Bondy.

  1. « Hier soir sur France 5, rediffusion du film Le Sucre… »

    Et avez-vous remarqué que celui qui est chargé de remettre de l’ordre dans le Système (cad protéger les gros et faire payer les petits) est le sosie absolu de François Hollande, le président du CICE à 40 milliards.

    J'aime

  2. Mr Bertez,

    On est d’accord, le sous jacent est bien la monnaie. Monnaie qui fait buller tous les actifs et ce sera encore plus le cas avec les taux négatifs à venir. Il sera toujours préférable de détenir des actions, de l’immobilier, des obligations (allez, on va dire les toutes dernières qui ont encore du rendement)

    Pour ce qui est du réel, méfiez vous. Tout ce qui va concourir à contracter la masse monétaire sera confisqué purement et simplement. Vous vous souvenez de New deal de Roosevelt et du sor t qui a été réservé à l’Or.

    Aujourd’hui, j’entends dire que le nouvel Or pourrait être le bitcoin, mais rien n’empêche les états d’utiliser la technologie blockchain pour leur monnaie et au passage faire un meilleur tracking fiscal grâce cette même technologie tout en bannissant Bitcoin. Toute confiscation, comme toute privation de liberté devient possible surtout en période de guerre comme l’a affirmé le général Macron. Le cash lui vit ses dernières heures. La Suède au passage est un bel exemple de société sans cash.

    Donc le réel sera purement et simplement confisqué, il n’y aura aucun échappatoire. Rien ne viendra entraver l’augmentation de la masse monétaire qui est une nécessité pour la survie d’un système en grave crise déflationniste

    J'aime

    1. Non car l’experience du New deal et les multiples autres expériences ont créé un apprentissage et les moyens d’échapper aux confiscations sont multiples, surs et considérables.

      Il est evident que ce n’est pas ma fonction de les réveler et de donner aux prédateurs les informations qui leur manquent!

      Les citoyens, les contribuables, les serfs sont prevenus, si ils ne prennent pas leur précautions c’est qu’ils ne meritent pas d’etres sauvés.

      j’ennsigne qu’il faut maintenant depenser plus de temps a défendre son patrimoine et sa libertés qu’a gagner sa vie.

      l’homme est un loup pour l’homme,

      Dans la societe il nait esclave, dominé et c’est par son effort, son travail sur le monde et surtout sur lui même qu’il sort de sa merde initiale. Rien n’est donné, tout est conquis et c’est ce qui fait le sens de la vie: la lutte! .

      Et pour acquerir la dignité d’homme , se lever le matin avec un sentiment de dignité et de liberté il faut l’avoir toujours présent à l’esprit.

      J'aime

  3. Bonjour,

    Hier soir sur France 5, rediffusion du film Le Sucre…

    Et la forêt de Bondy, c’est le décor d’une grande scène du début de Justine ou les infortunes de la vertu…

    Cordialement

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s