Tout comprendre, tout savoir, tout pour s’indigner sur la répression financière.

Le vocabulaire financier comme une grande partie du vocabulaire utilisé dans le monde moderne est tordu. J’entends par là qu’il n’est pas franc, pas droit, sa fonction est d’exprimer une certaine réalité tout en la tordant.

La torsion des discours, des narratives et du vocabulaire traduit le désir caché de ceux qui s’expriment. Comme le disait un peu grossièrement un philosophe: « quand on ouvre sa gueule c’est qu’il y a une raison »!  Derrière chaque parole il y a un désir.

Bien entendu la torsion qui est imprimée correspond à des désirs et à des agendas des locuteurs qui ont imposé ce vocabulaire.

L’origine de ces techniques se situent dans les découvertes de la linguistique, de la sémiotique, de la psychologie de l’inconscient  et dans les pratiques publicitaires . Ajoutez y une pincée de dé-construction à la sauce Derrida et vous aurez fait le tour de la question.

Vous avez maints exemples de ces pratiques frauduleuses et de trucage de la parole dans la vie quotidienne manipulée par les mondes politiques, médiatiques  et publicitaires. La clique de Macron pratique le faux monnayage de la parole.

Par exemple quand une banque centrale veut réveiller la spéculation, les animal spirits et ainsi inciter au jeu boursier ou financier, elle parle d’appétit pour le risque ou encore mieux car cela fait plus sérieux de mise  en risk-on!

Ainsi quand une élite parle de quelque chose de négatif qui pourrait lui être attribuée, elle emploie le pronom impersonnel « il »qui désigne ce qui tombe du ciel comme la pluie, -il pleut-, ou le « on ». Cela permet de dégager  sa responsabilité. mais quand « il » se  passe quelque chose de positif comme une croissance mondiale tombée du ciel,  alors là cette même élite  emploie le « je » : elle a réussi à relancer la croissance n’est ce pas!

Exemple je vais procéder à des réductions d’impots, mais… il faut augmenter les prelèvements obligatoires!

Répression financière, quel beau mot , vous ne trouvez pas?

Je suis sur que vous imaginez tout de suite que l’on punit les fraudeurs, les voleurs, les profiteurs, non? La connotation est terrible, elle implique la condamnation de celui qui en est victime de cette repression financière. Après tout, ce que l’on réprime  ce sont les crimes, les malversations, bref ce qui est mal acquis.

Eh bien non vous vous trompez la répression financière frappe les honnêtes citoyens qui ont le malheur de croire qu’un système économique et social fonctionne mieux si les gens épargnent et qu’épargnants ils sont ainsi récompensés.  La répression financière c’est pour eux! La répression financière contrairement à ce que vous croiriez frappe la vertu et laisse intact le vice! En ce sens la répression financière est un outil de transfert, elle prend dans la poche des pauvres pour donner aux riches.

C’est la destruction de l’éparge c’est la confisctaion subreptice, scélérate des économies des classes moyennes, celles qui ne sont pas propriétaires des grands  outils de travail et de spéculation ,c’est  la confiscation de l’argent des gens qui ne sont rien. Pas celle de Bernard Arnault, il n’a pas d’argent, pas de cash, il n’a que des dettes monétaires et précisémént il bénéficie vicieusement  de la répression financière en empruntant soit gratuitement soit, mieux, à taux négatifs comme ce fut le cas récemment…

▪ La répression financière, c’est quand les politiciens utilisent la réglementation pour orienter les investissements du public d’une manière qui leur convient. C’est à dire quand ils  gèrent de façon telle  que l’argent qui est emprunté ne coûte rien. Et ce qui ne coute rien aux uns, ne rapporte rien aux autres.

Nous en verrons probablement plus à l’avenir, car la dette ayant augmenté de façon astronomique il faut, pour faire semblant de la rendre supportable et ne pas affoler les peuples faire baisser, annuler son coût apparent.

La réglementation des investissements, la fiscalité  et la fixation des taux d’intérêt sont des moyens de gérer les niveaux d’endettement par la répression.

La répression  fonctionne comme une taxe sur l’épargne, en forçant les investisseurs à accepter des rendements inférieurs à la hausse des prix, ou   inférieurs aux frais bancaires ou  inférieurs aux impôts .

La répression financière par les rendements est facile à voir et à comprendre, mais elle n’est que sommet de l’iceberg. Il existe un moyen beaucoup plus vicieux de prendre l’argent du public et de le spolier. Ce sont les prelèvements invisibles sur le capital des épargnants et de leur caisses.

Vous voyez régulièrement passer dans les résultats des grandes banques TBTF des annonces qui disent que les profits sur opérations de marché sont de tant de dizaines de milliards .

D’ou croyez vous que viennent ces milliards? Ils viennent d’opérations sur les marchés, de ce que j’appelle la tonte du public!

Les TBTF sont structurellement initiées puis qu’elles ont le lien direct avec les banques centrales, elles forment leurs dirigeants, elles les conseillent et utilisent les mêmes modèles. Donc étant initiées elles devancent par leurs opérations le public et ses institutions de protection collective.

Le système est ainsi conçu depuis sa mise en place que les TBTF peuvent bonifier leurs profits sur le dos des investisseurs privés et de leurs intermédiaires collectifs. Les coups d’accordéon boursiers sur les actions, sur les obligations, les marchés d’options et autres sont des dispositifs pour tondre le public, pour s’approprier une partie de son capital et de la rémunération légitime à laquelle il devrait pouvoir prétendre .

Autre exemple:
▪ Du jour au lendemain, le président américain Trump a utilisé la réglementation pour empêcher un fonds de pension fédéral de détenir certains actifs,  invoquant le risque d’investissement et la sécurité nationale. Réduire les possibilités de  diversification des portefeuilles, canaliser les emplois  est une façon habituelle de faire de la répression.

 

Une réflexion sur “Tout comprendre, tout savoir, tout pour s’indigner sur la répression financière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s