Predator. Une débauche de munitions qui ne sert à rien.

Article en deux parties d’après un travail de Peter Schmidt remanié par moi.

http://www.the92ers.com/blog/no-blood-no-body-we-hit-nothing-feds-version-predator

Partie I: La Fed réagit à une crise causée par un endettement excessif en augmentant considérablement l’endettement.
Partie II: Sans surprise, le plan de la Fed pour résoudre le problème posé par trop de dette avec encore plus de dette est un échec abject. En fait, parce que l’économie est devenue plus endettée, l’économie est devenue beaucoup plus faible car elle était censée se redresser!

 

Pour tous ceux qui ont vu le film The Predator,  l’une des scènes les plus emblématiques du film est l’énorme «avalanche de munitions» dans la jungle dans une tentative infructueuse de tuer le prédateur. Je compare cette débauche  de munitions, son échec en particulier, à la «débauche monétaire» massive de la Fed après l’éclatement de la bulle immobilière en 2008.

John Hicks a décrit les «dépressions vraiment catastrophiques» comme celles où «la pourriture du système financier s’enfonce  très profondément».

La pourriture financière c’est la prolifération de crédit pourri, de créances douteuses.

Le crédit est instable car il repose sur la confiance et plus il est de mauvaise qualité plus la confiance  est fragile. L’accumulation de  créances douteuses  dans un système économique   provoque les crises financières et la Fed, dans son infinie sagesse, pense que la dette, toujours plus de dette  est la solution à ce problème qu’elle crée elle même par le laxisme du crédit et de la monnaie.

Ce laxisme  qui est récurrent maintenant, je le désigne sous le nom de doctrine de l’inflationnisme monétaire. L’inflationnisme monétaire est une doctrine qui prétend que tous les problèmes du plus petit au plus grand peuvent être résolus par de la création de signes monétaires, c’est à dire comme nos système sont des systèmes de monnaie de crédit, par toujours plus de crédit.

Il ne faut pas confondre l’inflationnisme monétaire avec l’inflation des prix des biens et des services.

L’article comprend de nombreuses données sur la nature de l’augmentation de la dette après 2008 et est très pertinent pour tout ce qui se passe actuellement.

« Les dépressions vraiment catastrophiques sont celles où la pourriture du système financier s’enracine  très profondément.  » John Hicks, fut le premier Anglais à remporter le prix Nobel d’économie

« Toutes les grandes crises économiques sont des crises d’endettement, ce ne sont pas des krachs de marché ».

Le krach de 1929 est le résultat de la stimulation  par la Fed de la production  de créances irrécouvrables via sa politique de taux bas menée au profit du Royaume-Uni.

L’effondrement qui a suivi la débâcle de 2008 a été bien pire que celui qui a suivi le krach boursier de 2000, car il s’agissait de dettes, pas d’actions .

Aujourd’hui nous sommes  également dans une crise de la dette ; elle a commencé en septembre 2019, bien avant la crise sanitaire et elle s’est manifestée par la crise dite des « repos » qui a révélé les besoins de refinancement considerables  du système bancaire de l’ombre, le shadow.

L’un des plus grands films d’action des années 1980 – ce qui le place en tête du plus grand film d’action de tous les temps – est «Predator».

L’une des scènes les plus emblématiques – dans un film qui en est plein – est lorsque l’équipe de commandos voit pour la première fois le Predator.

Bill Duke (« Mac ») – le mitrailleur de l’équipe – vide sa mitrailleuse M60, puis récupère le mini-pistolet M-134 de sa camarade tombée, Jessie Ventura (« Blaine »).

Mac est bientôt rejoint par Arnold Schwarzenegger (« Néerlandais ») et Sonny Landham (« Billy »), tous deux armés de fusils M-16; Le fusil de Dutch comprend un lance-grenades M203 tandis que Billy’s comprend un fusil de chasse accroché en dessous.

Dans ce qui doit être le plus grand déploiement  de munitions de l’histoire du cinéma, l’équipe tire des milliers de balles dans la jungle, sans résultat.

Avant même que la fumée ne se soit dissipée, un autre membre de l’équipe, Richard Chavez (« Poncho »), inspecte rapidement la scène et rend compte à Dutch de son observation choquante: « Rien. Pas une trace. Pas de sang. Aucun corps. Nous n’avons rien touché. « 

L’art imite la vie, les politiques de la Réserve fédérale après l’effondrement de la bulle immobilière sont l’équivalent financier de la scène Predator décrite ci-dessus.

Au lieu de lancer des milliers de balles sur un ennemi invisible de la jungle, la Réserve fédérale a imprimé des milliers de milliards de dollars et les a largués  sur les banques et Wall Street.

Les commandos voulaient tuer le prédateur, la Fed elle, tentait d’aider l’économie à se remettre de la débâcle du logement.

Cependant,  la Fed n’a pas réussi à faire croître l’économie avec sa débauche  d’argent.

Après l’éclatement de la bulle immobilière, la Fed a créé des milliards de dollars à partir de rien et elle a utilisé cet argent pour acheter des actifs de mauvaise qualité  auprès des banques. La Fed a payé le prix fort de ces actifs.

Ce qui était sans précédent dans cette action, c’était sa taille. Le bilan de la Fed au début de la crise était d’environ 800 milliards de dollars. Le bilan a finalement culminé à environ 4,5 trillions de dollars fin 2014.

En réponse à la débauche massive de « munitions de crédit » dans le système bancaire, la masse de dettes au sein de l’économie a grimpé en flèche.

Cette énorme augmentation de l’endettement faisait apparemment partie du plan de la Fed.

Lawrence Summers, ancien président de Harvard, économiste de Harvard, directeur du National Economic Council du président Obama et ultime initié économique, en a fourni la preuve. En octobre 2011, Summers,, a déclaré: « la dette nous a mis dans ce pétrin et la dette nous en sortira ».

La figure ci-dessous donne une idée du succès de la Fed dans l’augmentation de la dette totale.

Le graphique présente quatre différents types de dette: la dette-consommation, la  dette-entreprises, celle du gouvernement fédéral et la dette hypothécaire . La plage de temps est la période de 20 ans de 2000 à 2019.

La dette des consommateurs comprend la dette  renouvelable (carte de crédit) et la non renouvelable (prêts-auto, prêts étudiants). Le graphique met également en évidence plusieurs événements clés associés à l’énorme explosion de la dette, à savoir les différents programmes de QE qui ont été mis en œuvre.

Comme le montre clairement le graphique, la dette globale a explosé dans le sillage de 2008. Alors que la dette hypothécaire a diminué – ce qui n’est guère surprenant compte tenu de l’énorme bulle qui avait explosé dans le logement – la dette des consommateurs, des entreprises et du gouvernement a explosé peu après 2008.

À noter également qu’à la fin de 2019, même la dette hypothécaire avait dépassé son pic de bulle de 2008.

 

  • NOV 2008: QE 1
  • NOV 2010: QE2
  • OCT 2011: Lawrence Summers: la dette nous a mis dans ce pétrin et la dette nous en sortira ».
  • DEC 2012: QE3
  • JUN 2013: Taper Tantrum – envolée des taux des Treasury car la  Fed suggere qu’elle va réduire ses achats
  • 29 OCT 2014: QE3 se termine

TABLEAU

Comme l’indique le tableau, après 2008, la dette totale a augmenté de 18 trillions ide dollars! Le PIB américain est maintenant d’environ 18 trillions de dollars.

La pourriture du système financier – sous la forme de prêts et d’hypothèques qui ne pourraient jamais être remboursés – en profondeur décrit parfaitement la cause de la grande récession.

La solution à la  crise qui consiste à produire  encore plus de dettes dans l’économie a bien été mise en oeuvre ! Même si l’énorme augmentation de la dette du gouvernement fédéral est ignorée, la croissance de la dette a été énorme et elle a largement dépassé la croissance de l’économie; la dette des consommateurs a augmenté de 60% et celle des entreprises de 85%!

Comme le veut la logique , l’idée de la Fed de résoudre un problème créé par une dette trop lourde par une dette encore plus lourde  était vouée à l’échec.

La réponse de la Fed à l’effondrement de la bulle immobilière montre à quel point les docteurs en économie  semblent ignorer  le fonctionnement d’une économie.

Il y a environ soixante ans, Henry C. Alexander, de la Morgan Guaranty Trust Company, a expliqué de manière tranchante et succincte tout ce qui doit être compris au sujet de l’emprunt et du crédit:

« L’augmentation de l’emprunt doit s’accompagner d’une capacité accrue de remboursement. Sinon, nous ne développons pas l’économie – nous la gonflons simplement. »
Comme nous le décrirons dans la partie II, l’énorme explosion de la dette alimentée par la débauche  de munitions «prédateur-esque» de la Fed a gonflé l’économie.

Cependant, cela a également alimenté une énorme bulle d’actifs qui a enrichi les mêmes personnes, celles  qui ont mis le pays à genoux sur le plan économique en 2008.

Notes

1.  The Federal Reserve – All Hat and No Cattle
http://www.the92ers.com/blog/federal-reserve-all-hat-and-no-cattle

2.  In addition to all his roles listed here, Summers also served as Assistant Treasury Secretary during the Clinton administration.  In this capacity, he ignored all the obvious lessons provided by the collapse of the hedge fund, LTCM, and played a major role in leaving derivatives unregulated.  Derivatives, this time masquerading as an insurance company – AIG, then played a huge role in the 2008 collapse.
http://www.the92ers.com/blog/lawrence-summers-and-1998-hearings-derivatives-wall-street-shill-masquerading-unbiased-public

3. Total Consumer Credit Owned and Securitized, Outstanding. Federal Reserve Bank of St. Louis, https://fred.stlouisfed.org/series/TOTALNS

4.  Nonfinancial Corporate Business; Debt Securities.  Federal Reserve Bank of St. Louis, https://fred.stlouisfed.org/series/NCBDBIQ027S

5. Total Public Debt. Federal Reserve Bank of St. Louis, https://fred.stlouisfed.org/series/GFDEBTN

6. Total Mortgages, Federal Reserve Bank of St. Louis, https://fred.stlouisfed.org/series/ASTMA

 

 

4 réflexions sur “Predator. Une débauche de munitions qui ne sert à rien.

  1. Bonjour,
    « Infantiliser=entretenir la croyance que tout et son contraire sont possibles!  »
    d’où le concept d’ « en même temps.. » = celui de l’individu-roi, personne n’a encore écrit la chanson « L’Individu au dessus de tout » mais cela va venir.

    J'aime

  2. Bonjour,

    Puisque l’argent est gratuit et qu’il semble si facile d’en fabriquer, allons jusqu’au bout du raisonnement. Pourquoi continuer à payer des impôts et des taxes? Ça ne sert plus à grand chose. C’est une survivance de l’ancien temps.
    Je crois que tous les enfants ont un jour posé cette question à leur maman: « Maman, pourquoi il faut payer dans les magasins? Si c’était gratuit, ce serait beaucoup plus simple, non? »
    Le pouvoir est aux mains d’enfants irresponsables!!!

    Bonne journée

    J'aime

    1. Vous mettez le doigt , tout simplement , sur ce qui manque le plus, le bon sens et l’épreuve du réel.

      Le réel, c’est la mort, la rareté, la finitude, bref tout ce que l’on touche du doigt mais que l’on n’apprend pas dans les livres.

      Vous savez combien je tiens à mon interpretation de nos sociétés en terme d’enfant rois/

      ils ne savent pas que devenir adulte c’est à la fois être obligé de faire des choix entre des choses qui s’excluent et en même temps faire son deuil de celles que l’on n’a pas choisi./

      Le parcours de l’adulte a une forme de T majuscule; quand on a fait le trajet du trait vertical on arrive à un choix qui est un choix d’exclusion!

      Infantiliser=entretenir la croyance que tout et son contraire sont possibles!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s