Le fossoyeur d’une certaine idée de la France a encore le soutien d’un Français sur trois. Les faux durs, les vrais mous et les rusés du Capital.

La cote de popularité d’Emmanuel Macron stagne en juin avec 38% de satisfaits soit -1 point sur un mois.

Celle de son premier ministre gagne quatre points avec une moitié de Français qui approuvent son action.

38% des Français se disent satisfaits du président de la République (32% «plutôt satisfaits», 6% «très satisfaits»), contre 39% fin mai et 42% fin avril.

Avec 60% des Français qui se disent «mécontents» (31% «plutôt mécontents», 29% «très mécontents») d’Emmanuel Macron comme président de la République, ce taux reste inchangé.

La cote de popularité du chef de l’Etat avait enregistré un bond de 11 points fin mars (43% de satisfaits), conséquence probable de la crise du coronavirus, mais depuis, le pays exprime son insatisfaction avec constance.

Emmanuel Macron fait cependant mieux que ses prédécesseurs puisqu’au même stade de leurs mandats respectifs, François Hollande ne comptait que 22% de satisfaits et Nicolas Sarkozy, 34%.

Je soutiens régulièrement que Macron rallie un Français sur trois , les enquêtes le montrent avec constance. Tantot au dessus, tantot au dessous.

Mes lecteurs et ceux des autres commentateurs s’indignent , selon eux il n’est pas possiblee que Macron recueille encore autant d’avis positifs. Ils disent que les sondages sont truqués, mauvais , bidonnés et ils ne parviennent pas à admettre qu’il y a des gens satisfaits de la politique de Macron.

Ces Français sont excédés et ils ont du mal à imaginer qu’il y ait des gens qui ne le soient pas. Et ceux là s’expriment avec véhémence sur les réseaux sociaux .

Les sondages en France sont de bonne qualité, surtout ceux qui sont récurrents. Ce sont d’ailleurs les évolutions comparatives qui doivent être analysées en général, pas les chiffres instantanés absolus.

Pour comprendre il faut sortir un peu la tête des sondages et admettre que Macron a réussi un tour de force, il est parti de la gauche pour atterrir à droite au vu et au su de tout le monde, sans même s’en cacher ou s’en défendre. Il a deshabillé les anciens Républicains. Avec leur complaisance d’ailleurs puisque les alliances et convergences thématiques et électorales ne font aucun doute. Les Républicains se laisssent siphonner.

Le RN se contente d’exploiter sa petite rente boutiquière négative, quant Mélenchon il s’enferme dans son ghetto avec ses immigrés .

En clair Macron ne rencontre aucune parole concurrente.

Aucun corps intermédiaire ne prend en charge les colères, les revendications et les demandes du peuple, surtout celles du peuple d ‘en bas. Aucun intellectuel, aucune organisation n’offre une critique solide, cohérente aux initititvies maintenant désordonnées de Macron, c’est le grand vide.

Ce vide est rempli par les mouvements spontex, par les protestations stériles et  autres gesticulations quasi quotidiennes des « activististes ».

Et il faut noter que les syndicats eux même pratiquent la connivence éhontée, à un point tel que même les travailleurs les plus primaires s’en rendent compte.

Les médias ont cessé d’être unanimes , ils ont pris certaines distances à à l’égard de Macron surtout depuis ses défaillances de gestion du Covid, mais aussi depuis que les milliardaires ont annoncé des licenciements.

Tout cela n’atteint pas des proportions suffisantes pour faire basculer le socle de Macron. Le fond du soutien à Macron pour certaines catégories sociales c’est TINA, il n’y a pas d’alternatives, « there is no alternativ ».

Cette absence d’alternative se projette déjà sur les présidentielles de 2022: tout se passe comme si le pays se résignait à une réplique du duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron et s’y préparait!

Il a fallu du temps à l’opinion pour comprendre que la configuration politique créée par Mitterrand et le Patronat-bien-pensant-fascisant  avec montée de l’extrême droite et injonction à la droite de ne pas s’allier à elle, était le determinant, la clef de tout élections.

Avec cette configuration scélérate dans laquelle sont aussi tombé les penseurs de droite,  il suffit d’entretenir une extrême droite forte -en apparence- et de la diaboliser et le tour est joué. Mitterrand a  été rusé, les think tanks patronaux saint simoniens l’ont bien aidé,  et la fausse droite d’alors, celle des chiraquiens rad-socs est tombée dans le piège!

La France c’est  comme disait un ami disparu: les faux durs de gauche, les vrais mous de droite et au mileu les vrais malins du Capital.

Le décor du spectacle se met en place touche par touches avec « en même temps » une promotion médiatique du Rassemblement National, un clivage systématique, en profondeur du corps social français entre bien-pensants et moins-que-rien, et un émiettement méthodique pour empêcher toutes les masses critiques, toutes les mayonnaises de prendre.

Le futur succés de Macron repose sur le socle de Mitterrand qui a fait des « élections un piège à cons » et « en même temps » sur la destruction de l’esprit républicain qui permettait encore il y a des décennies de gouverner un pays divisé.

Macron a gagné, il dure et va gagner à nouveau sur un processus de destruction du corps social, ce qui aura pour conséquence l’ingérabilité radicale de ce pays.

Le Premier Ministre continue de ratisser.

Le premier ministre recueille quant à lui 50% d’avis favorables (41% de «plutôt satisfaits», 9% de «très satisfaits»), contre 46% le mois dernier. Sa popularité confirme ainsi une tendance ascendante observée depuis le début de l’épidémie.

48% des Français se disent «mécontents» (29% «plutôt mécontents», 19% «très mécontents») d’Edouard Philippe comme Premier ministre contre 52% fin mai.

Il va de soi que le commentateur politique devrait analyser les derniers évènements, montrer leur signification profonde et en tirer une ligne  directrice.

Ainsi on a « en même temps » :

-L’affaire Fillon dans laquelle un ex-procureur financier pourri nous apprend sans nous apprendre que l’inculpation du candidat était le fruit d’une conspiration et d ‘une  manipulation au plus haut niveau. Révélation certainement pas innocente dont on connaitra la raison .. plus tard.

-Les soulèvements de populations, les affrontements ethniques et raciaux qui consacrent la fin de l’état de droit et la lacheté des élites .

-Les scènes de guerre civiles entre populations d’origines différentes que ce soit à Dijon ou ailleurs.

-La révolte de la police et des forces de l’ordre.

-Une offensive menée de l’étranger contre « les blancs » privilégiés, leur histoire et leur culture .

-La multiplication/recrudescence  des violences lors des manifestations des personnels de santé dans plusieurs villes.

et

La récupération du 18 juin par celui qui est le fossoyeur definitif de ce qui restait encore une  certaine idée de la France .

Je ne saurais mieux dire sur ce point que Maxime Tandonnet :

La Ve République est ridiculisée. Fondée à l’origine sur le prestige d’un chef de l’Etat s’appuyant sur la confiance du peuple, elle est devenue l’otage de pulsions narcissiques et sectaires, figée, immobile, impuissante, devenue cent fois pire que la IVe.

L’oeuvre européenne du Général est trahie. Son Europe, fondée sur l’unité des nations intrinsèquement unies par une histoire et une culture commune, est livrée à un monstre bureaucratique acharné à la détruire et à diviser ses peuples.

L’exemple de l’intégrité absolue, le refus de tout avantage pour des proches, l’exigence de régler ses factures d’électricité à l’Elysée, est aujourd’hui noyé dans une course frénétique aux privilèges, au copinage, au clanisme et au népotisme de bas étage.

Etre gaulliste n’est pas une idéologie, mais garder au coeur la lueur du 18 juin dans les ténèbres de l’actualité.

Ce sondage a été réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 12 au 20 juin selon la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 1.865 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Marge d’erreur d’entre 1 et 2,2 points.

7 réflexions sur “Le fossoyeur d’une certaine idée de la France a encore le soutien d’un Français sur trois. Les faux durs, les vrais mous et les rusés du Capital.

  1. Mais si Dieu s’en est allé et si l’homme n’est plus maître, qui donc est maître ? La planète avance dans le vide sans aucun maître. La voilà, l’insoutenable légèreté de l’être… La mort devient invisible. Il y a quelque temps déjà que la rivière, le rossignol, les chemins traversant les prés ont disparu de la tête de l’homme. Personne n’en a plus besoin. Quand la nature disparaîtra demain de la planète, qui s’en apercevra ?… Mais si l’homme a perdu le besoin de poésie, s’apercevra-t-il de sa disparition ? Milan Kundera

    J'aime

  2. Magnifique synthèse de la politique française, Monsieur Bertez.
    Tous jean foutre héritiers de la ruse infâme de Mittrand.
    Un théâtre de pantins guignolesques. Un bal de faux culs.

    J'aime

  3. Bonsoir,
    Que Macron réunisse 38 % d’opinions favorables montre une relative usure de son électorat.
    Je m’explique: dès lors qu’en 2017 les votes Macron et Fillon étaient politiquement équivalents, on arrive à un total de 44 %.
    La mur macronienne à droite n’est pas encore achevée, elle lui fera perdre quelques plumes (%) à gauche, et nous verrons un beau Phénix de droite libérale à un solide 30 % au premier tour…
    Honnêtement, je ne suis pas convaincu que cette mue droitière se termine facilement…
    Cordialement!

    J'aime

  4. Bonsoir,

    Vous écrivez à raison que « aucun intellectuel, aucune organisation n’offre une critique solide, cohérente aux initiatives maintenant désordonnées de Macron, c’est le grand vide ».
    Ceci étant dit, ne serait-il pas plus juste de préciser que cela est en grande partie du au fait que ceux susceptibles d’exprimer une pensée critique construite (ils existent) sont sevrés de médias et n’apparaissent jamais comme un choix possible dans les sondages.
    La vrai force de la propagande, c’est d’abord celle de ne pas montrer. Nous sommes considérés et traités comme des vaches qui regardent passer les trains, les trains tous aux mêmes couleurs et motifs de la réalité qu’on veut nous imprimer.

    J'aime

  5. Comme il est indiqué dans cet article de Bruno Bertez, il faut se méfier des sondages dont la fiabilité n’est pas toujours au rendez-vous, loin s’en faut.
    Il faut également se garder, il me semble, d’accorder trop d’importante à la côte de popularité du président Macron par rapport à ses deux prédécesseurs d’autant que nous traversons une période particulière génératrice d’inquiétudes et de peurs favorisant l’immobilisme.
    Bon dimanche
    Gérard

    J'aime

  6. Magistrale synthèse de la Franchouillerie, qui montre bien aussi la dualité entre roublardise et intelligence.
    Avoir transmuté la conscience politique des gens en consumérisme, c’est un coup de génie du pseudo capitalisme, ou bien c’est simplement la nature humaine qui va vers la facilité

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s