Editorial: Vous avez raison, le problème c’est ce peuple de moutons, mais …

Réponse à Catherine Laurent qui désespère du peuple.

Vous avez mille fois raison et il faut une singulière force d’âme pour ne pas devenir nihiliste et croire quand même que cela sert à quelque chose d’analyser, de critiquer, de montrer les contradictions et les incohérences.

Nous, humains nous travaillons dans le temps des choses humaines, c’est à dire dans le temps court; mais l’Histoire elle travaille à son rythme et même si notre action ne change rien dans l’immédiat, elle est utile pour le temps lent.

Peu à peu la Verite traverse l’épaisseur du crane humain.

Il faut continuer et laisser le temps au temps.

Notre société a commencé à se pervertir il y a bien longtemps, n’oubliez pas les faux espoirs de progrès fracassés par les deux guerres mondiales.

Il a fallu longtemps pour en arriver à ce point de pourriture et de cynisme .

Le problème c’est le peuple, les dirigeants ne sont que la sélection que le système opère, ils sont un échantillon.

C’est pour cela que je ne me rallie pas aux théories de Mouffe et Laclau, des 90% contre les 10%.

Les 90% sont aussi vérolés que les 10%.

Il suffit de voir ce qu’est devenu Podemos en Espagne, Podemos qui s’est rallié à ces théories! Ou de voir les incroyables erreurs stratégiques de Mélenchon qui est le meilleur fourrier de Macron.

Il faut surtout rester dans l’objectif, dans le matérialisme, ne pas rentrer dans le subjectif car le subjectif c’est deja rentrer dans la névrose systémique actuelle.

Seul compte ce qu’ils font objectivement et surtout ne pas ecouter les raisons qu’ils avancent pour justifier ce qu’ils font.

Si vos ecoutez vous etes foutus.

Tout est faux, mystifiant!

Regardez la récente mystifcation des 20 mds qu’ils vont soi-disant donner pour l’emploi des jeunes à la rentrée, c’est un subterfuge pour rajouter aux béquilles des entreprises et donc aux béquilles du Capital.

Il y aurait beaucoup d ‘autres choses à faire pour l’emploi des jeunes que de donner 20 milliards de plus aux entreprises ! Le capital est en grève et lui donner des sous ne fera que grossir sa tirelire pour spéculer.

Ils, les fondés de pouvoir du capital, sont arqueboutés pour empêcher le Capital défaillant de sombrer dans ses propres excès spéculatifs et pendant ce temsp que font les idiots inutiles comme Marine et Mélenchon, ils s’écharpent sur la couleur des gens.

Le capital subit une crise intrinséque , endogène, c’est une crise de longue durée, la fin d’un cycle, provoquée par le developpement lui même: trop de capital productif et fictif pour pas assez de profit .

Et face à cet excès de capital, au lieu d’accepter la destruction de celui qui est un poids mort, les élites essayent de presser le citron c’est dire de faire produire plus de jus, plus de profit aux salariés.

Bien entendu ce n’est pas une solution car si les revenus des salariés sont insuffisants, ils ne peuvent pas acheter tout ce qui est produit et c’est la crise de déflation. Comme en 1930.

La soi disant déflation dont vous parlent les banques centrales n’est rien  d’autre que le mode d’apparaitre de la crise du profit!

Et la crise du profit c’est le mode d’apparaitre de l’excès de capital!

Ce que l’on voit c’est la crise de déflation, c’est à dire l’insuffisance de la demande, mais ce qui constitue la cause , c’est l’excès de capital de poids mort.

C’est l’ordre social klepto/crony que l’on se refuse à détruire parce que le capital est au pouvoir, il est aux manettes, il a pris le contrôle du politique et refuse de se faire hara kiri.

Les mots et les balles cela tue pareil et une balle perdue n’est jamais perdue pour tout le monde; battons nous, prenons date!

4 réflexions sur “Editorial: Vous avez raison, le problème c’est ce peuple de moutons, mais …

  1. Il faut relire La Cigale et la Fourmis :

    Le peuple français ayant pensé tout l’été qu’il était privilégié et intouchable parce que la république lui martèle qu’il a fait une révolution, croit encore en ces temps sombres que tout tombe du ciel qu’il suffit de demander à l’Etat.
    Il se trouvera bien dépourvu quand l’ Euro s’effondra et que les états auxquels il reste autre chose qu’une fabrique de fonctionnaires reprendront leurs billes après avoir profité des années auparavant de la prépotence d’une république qui se rêvait aussi grosse que le monde.
    Une république dont les énarques après avoir offert pour un euro symbolique toute son industrie aux copains comme aux étrangers sabordent toute la filière énergie dans un puéril inutile combat contre le réchauffement climatique sous les yeux ébahis des chinois qui regardent 40 ans plus tard les rues de Paris transformées en pistes cyclables comme autrefois Pékin.
    La république s’applique à détruire la France par toutes les minorités importées qu’elle n’a plus le temps ni la volonté d’assimiler aux cris de son dernier né par GPA : le Racisme Culturel mutation eugéniste d’une PMA Marxisme Culturel né des mariages LGBT de ce qui fut autrefois idéologiquement les gauches avec les marchés.
    Il n’est plus question dans cette république qui n’ose même plus se nommer France que de droit du cul , les droits de l’homme ayant été définitivement masqués par une pandémie tombée bien à propos pour contrôler 15 millions de retraités à qui il s’agissait de foutre une bonne foi pour toute une bonne trouille, concernant les 15 millions de jeunes toute velléité de reprendre le contrôle de leur avenir leur a été ôté depuis bien longtemps par une éducation au rabais, des notes trempées à la facilité, des médias et des jeux pour occuper leur temps de cerveaux disponibles, des études supérieures « facs masquent chômage » pour les dissimuler.
    Les autres il est presque inutile d’en parler : une partie profite de s’endetter jusqu’au dernier actif à acheter sur le dos des autres qui travaillent et voient leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil puisque le travail des uns finit noyé dans les crédits des autres comme autant de dépôts.
    Situation bloquée…

    J'aime

  2. Il faut relire La Cigale et la Fourmis :

    Le peuple français ayant pensé tout l’été qu’il était privilégié et intouchable parce que la république lui martèle qu’il a fait une révolution, croit encore en ces temps sombres que tout tombe du ciel qu’il suffit de demander à l’Etat.
    Il se trouvera bien dépourvu quand l’ Euro s’effondra et que les états auxquels il reste autre chose qu’une fabrique de fonctionnaires reprendront leurs billes après avoir profité des années auparavant de la prépotence d’une république qui se rêvait aussi grosse que le monde.
    Une république dont les énarques après avoir offert pour un euro symbolique toute son industrie aux copains comme aux étrangers sabordent toute la filière énergie dans un puéril inutile combat contre le réchauffement climatique sous les yeux ébahis des chinois qui regardent 40 ans plus tard les rues de Paris transformées en pistes cyclables comme autrefois Pékin.
    La république s’applique à détruire la France par toutes les minorités importées qu’elle n’a plus le temps ni la volonté d’assimiler aux cris de son dernier né par GPA : le Racisme Culturel mutation eugéniste d’une PMA Marxisme Culturel né des mariages LGBT de ce qui fut autrefois idéologiquement les gauches avec les marchés.
    Il n’est plus question dans cette république qui n’ose même plus se nommer France que de droit du cul , les droits de l’homme ayant été définitivement masqués par une pandémie tombée bien à propos pour contrôler 15 millions de retraités à qui il s’agissait de foutre une bonne foi pour toute une bonne trouille, concernant les 15 millions de jeunes toute velléité de reprendre le contrôle de leur avenir leur a été ôté depuis bien longtemps par une éducation au rabais, des notes trempées à la facilité, des médias et des jeux pour occuper leur temps de cerveaux disponibles, des études supérieures « facs masquent chômage » pour les dissimuler.
    Les autres il est presque inutile d’en parler : une partie profite de s’endetter jusqu’au dernier actif à acheter sur le dos des autres qui travaillent et voient leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil puisque le travail des uns finit noyé dans les crédits des autres comme autant de dépôts.
    Situation bloquée…

    J'aime

  3. Cher Monsieur,
    Vos analyses et explications qui dévoilent le caché sont indispensables à vos lecteurs fidèles, dont je suis depuis longtemps.
    Mettre de la lumière, de la logique, des liens, faire comprendre comment tout s’emboîte, c’est une quête, quasi initiatique.
    Et donc vos éclairages enrichissent ma propre quête vers plus de liberté intérieure.
    Je partage vos postulats que pour que cette quête soit fructueuse, il faut d’abord savoir d’où l’on vient.
    Puis qu’il faut connaître l’histoire, savoir entre autre, que les dogmes, les concepts et les idéologies, d’où qu’ils sortent, ont toujours servis les pouvoirs, ceux des églises, des états, ou des marchands.
    Et qu’il faut aussi savoir repérer les cycles, et comment ils se déploient dans le temps long, les rapports de forces, les jeux d’alliance, les points de retournement, etc.
    Et qu’évidemment tout cela se joue dans un temps qui dépasse notre durée de vie humaine.

    Au-delà du fait que cette quête me passionne, je pense qu’elle seule m’évitera, individuellement (parce que je ne crois pas en un Sauveur du Collectif), de tomber en esclavage.
    Et paraphrasant le vieil Hugo, je dirai « S’il n’en reste que quelques uns, je serai de ceux-là »…

    J'aime

  4. Bonjour M. Bertez
    Vous écrivez:  » le problème c’est le peuple « . Je suis là en désaccord avec vous car cette moutonnerie, commune à tous les peuples, ne fait , à mon sens, que manifester notre appartenance à une espèce de mammifères sociaux . Attendre , ou pire: exiger, du « peuple » qu’il se conforme à nos souhaits, le plus souvent issus de fictions religieuses ou idéologiques, ne saurait mener qu’à la désillusion et à l’amertume. Gardons à l’esprit que la plupart des humains se situent entre Einstein et Fourniret ( ou Jésus et Adolphe, ou tout autre couple d’antinomiques selon vos inclinations personnelles ) avec répartition gaussienne en forme de brontosaure: petite tête, cerveau diffus, longue queue écailleuse et ventre mou sur-développé.
    C’est l’évolution qui a réglé le problème des brontosaures, un peu de patience!
    Selon certains éthologues, les suricates sont de bons candidats à notre succession, parmi les mammifères; mais à ce jour, nul ne sait s’ils retiendront la leçon!

    Le truc du jour: appliquez le taux de résistance active de la population pendant la GMII à votre commune ( 2à 3% selon tous les historiens), et comptez vous sans désespérer!
    Cordialement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s