Ou détenir ses refuges ?

La répression financière va être sanglante, c’est prévu depuis longtemps.
Je me souviens d’une conversation en 2015 avec l’un des grands patrons de l’UBS, malheureusement décédé brutalement à New york , nous étions tombés d’accord sur le fait qu’il ne fallait se faire aucune illusion car il n’y avait pas d’autre voie. La répression est faite pour durer jusqu’à la catastrophe.
Mon interlocuteur ne croyait pas à l’efficacité de cette répression pour résoudre les problemes de surendettement dans un cycle de deflation et il était même plus pessimiste que moi, ce qui est peu dire.
Ainsi, il prévoyait l’inquisition étatique à grande échelle pour des raisons de « justice sociale »! Selon lui les gouvernements donneraient des gages aux opinions publiques en se faisant inquisiteurs et confiscateurs . Son idée était que les localisations des refuges était aussi  importante que la nature des refuges eux meme.
J’étais réticent à le suivre sur ce terrain ; je ne le suis plus .
La situation s’est considérablement aggravée et les montants en jeu ont explosé.
Sans pouvoir prédire les échéances , on peut être assuré de trois  choses:
1) la répression financière sous toutes ses formes  va se renforcer, les gouvernements n’auront aucun scupules, leurs positions autoritaires se sont considérablement renforcées grace -si on peut dire- au Covid et à leur échecs , Plus ils échouent et plus ils se donnent de pouvoirs; ils se renforcent de leurs échecs, incroyable mais vrai.
2) elle sera un échec cinglant et les gouvernements vont prendre le dessus sur les  banques centrales pour imposer l’accélération de l’inflation. On passera moyen terme le seuil fatidique des 4%. Le moyen terme pour moi c’est 3 à 5 ans.
3) la structure du monde global est telle que cette inflation ne sera pas controlée et l’enchainement des  tensions sur les prix et les revenus produira peu à peu la fuite devant la monnaie et la déroute des banques centrales
Bien entendu je travaille dans le temps logique, celui de la succession des causes et effets et je ne me hasarde pas à mettre tout cela dans un calendrier.
L’un des signes pour moi sera le debut de méfiance vis à vis des emprunts d’état. Nous n’y sommes pas, mais c’est ce signe ou signal que je vous recommande de surveiller.
Rédigé par
Nicolas Perrin
22 juillet 2020

Où conserver votre or en toute sécurité ? La Suisse ou le Liechtenstein sont des possibilités, bien sûr… mais les antipodes sont une autre option.

La 14ème mouture du rapport In Gold We Trust a été publiée le 27 mai 2020. Depuis la précédente édition, Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek procèdent à un audit détaillé des meilleures destinations pour stocker ses métaux précieux.

En deux mots, je rappellerai que l’idée est d’accroître le niveau de sécurité de vos avoirs en  optant pour un pays qui présente de bien meilleures garanties que la France sur un certain nombre de critères :

– stabilité politique, économique et fiscale ;

– respect des libertés financières individuelles (des ressortissants domestiques mais également des étrangers) ;

– respect du droit de propriété (idem) ;

– culture domestique vis-à-vis des métaux précieux.

Cette question est particulièrement d’actualité puisque, comme le relèvent Stöferle et Valek (S&V) :

« Dans la tourmente actuelle autour du Covid-19, les lois et protections normales sont suspendues. La répression financière et les contrôles des capitaux ne feront que s’intensifier, parallèlement à l’émission de plus en plus importante de dettes par les Etats. »

N’imaginez pas que le contrôle des capitaux est une technique de répression financière réservée aux Chinois ou aux Vénézuéliens. S’il n’est pas urgent d’agir pour stocker vos métaux à l’abri de l’Etat français, il est en tout cas urgent d’y réfléchir.

L’année passée, je vous avais restitué l’audit que les deux analystes d’Incrementum avaient fait du Liechtenstein, de la Suisse et de Singapour. Cette année, S&V nous font voyager dans des contrées un peu plus ensoleillées puisque c’est en Nouvelle-Zélande, en Australie et à Dubaï que nous allons nous rendre.

Honneur aux deux pays qui affichent l’effigie d’Elisabeth II sur leurs billets et leurs pièces de monnaie !

Zoom sur la Nouvelle-Zélande

Si vous ne connaissez rien ou presque à la Nouvelle-Zélande, c’est normal, et au moins pour deux raisons.

Cet Etat insulaire constitué de deux îles principales et de 600 îles plus petites est en effet particulièrement isolé géographiquement. Le pays n’a que des frontières maritimes, et les relations entre les Kiwis néo-zélandais et les Wallabies australiens, séparés par un horizon bleu de 2 000 km, sont cordiales au point que les premiers chambrent les seconds en les appelant leurs « frères aînés » (« the older sibling »).

Sur le plan politique, cette monarchie constitutionnelle à régime parlementaire est un petit îlot de stabilité. Loin des conflits politiques et sociaux sur le mode français, c’est plutôt par le rugby que le pays fait parler de lui à l’international.

En tant que partie intégrante du Commonwealth (la reine Elisabeth II est donc le chef de l’Etat) depuis sa fondation dans les années 1920, le pays bénéficie d’une longue tradition d’Etat de droit fort et indépendant. Sans surprise, la Nouvelle-Zélande figure régulièrement dans le haut de tableau des classements mesurant la liberté humaine et la lutte contre la corruption, loin devant la France.

Indice de la liberté humaine 2019 de l’Institut Fraser

Indice de lutte contre la corruption 2018 de Transparency International

S&V relèvent que « le gouvernement n’a jamais confisqué d’or, et aucune loi n’a été adoptée pour rendre cela possible ». Comme vous le savez, l’Hexagone ne peut pas en dire autant. La France est certes la patrie de Frédéric Bastiat, mais en pratique elle est surtout celle de Robespierre.

A l’inverse, la culture néo-zélandaise est plus axée sur le fair-play et le respect des droits individuels. Le pays a d’ailleurs été le premier au monde à accorder le droit de vote aux femmes en 1893 (contre 1944 pour la France).

Sur le plan économique, non seulement la Nouvelle-Zélande est dans le top 10 des pays les plus prospères de la planète (avec une tendance à la hausse au cours des dernières années), mais l’Etat néo-zélandais vient d’enchaîner quatre années successives de surplus budgétaire, ce qui porte sa dette en-dessous de la barre des 20% !

Comme quoi la gabegie budgétaire est un choix politique et les Allemands ne sont pas des extra-terrestres…

Bref, autant vous dire que la Nouvelle-Zélande n’est pas à la pointe de la TMM et des technologies de spoliation des épargnants. Comme l’écrivent S&V :

« Cet historique substantiel en matière de prudence financière accroît le niveau de confiance dans le fait que votre or est en sécurité, même si vous vivez à 10 000 km. »

Curiosité : on peut produire de l’or sans avoir de tradition d’épargne en or

Dernier point : si la Nouvelle-Zélande est effectivement un pays producteur d’or (un peu moins de 10 tonnes par an), on ne peut pas dire pour autant que le pays fasse l’objet d’une véritable tradition aurifère.

Volumes de production minière en 2018 selon le Conseil mondial de l’or

Les Kiwis épargnent en effet très peu en or – le foncier est de loin leur « valeur refuge » favorite. La banque centrale de Nouvelle-Zélande ne fait pas mieux puisque cela fait 30 ans qu’aucune once d’or ne figure plus à l’actif de son bilan.

S&V reprennent :

« En d’autres termes, l’or ne fait pas l’objet d’une grande attention et la rigueur réglementaire est donc moindre vis-à-vis de la détention d’or. Par exemple, la Nouvelle-Zélande n’a pas de règles de déclaration relatives à la détention de métaux précieux, à l’exception des procédures KYC [NDLR : connaissance du client]. En outre, au-delà d’une pureté de 99,5% ou plus, l’or ne fait pas l’objet de taxe à l’importation ni de TVA. »

Tout cela explique pourquoi des figures du monde des affaires telles que Peter Thiel (fondateur de Paypal), Reid Hoffmann (fondateur de LinkedIn), Kim Dotcom (le germano-finlandais à l’origine de Megaupload et de Mega) et d’autres milliardaires ont choisi ce pays pour leur résidence fiscale.

S&V ne voient pas vraiment d’inconvénient à la Nouvelle-Zélande en tant que pays où stocker ses métaux précieux, hormis peut-être « l’isolement géographique et les difficultés logistiques afférentes » – mais, si vous voulez mon avis, on est là à la recherche de la petite bête pour le principe.

Ne quittez pas vos lunettes de soleil ni votre maillot de bain : demain, nous resterons en Océanie et je vous parlerai de l’Australie !

Recevez la Chronique Agora directement dans votre boîte mail

S’INSCRIRE
 J’accepte de recevoir une sélection exclusive d’offres de la part de partenaires de La Chronique Agora
*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite de La Chronique Agora et mon Guide Spécial.

A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de de La Chronique Agora.

Voir notre Politique de confidentialité.

3 réflexions sur “Ou détenir ses refuges ?

  1. « En deux mots, je rappellerai que l’idée est d’accroître le niveau de sécurité de vos avoirs en optant pour un pays qui présente de bien meilleures garanties que la France sur un certain nombre de critères :

    – stabilité politique, économique et fiscale ;

    – respect des libertés financières individuelles (des ressortissants domestiques mais également des étrangers) ;

    – respect du droit de propriété (idem) ;

    – culture domestique vis-à-vis des métaux précieux ».

    Mmmmmmm… la Russie?
    Oui c’est ce pays que nos médias crétins et vendus présentent comme l’Enfer sur Terre!

    J'aime

  2. Des conseils pour de modestes épargnants seraient d’autant, voir plus bénéfique, si l’on ne veut arriver à une situation sociale explosive, entre préparés et non préparés. Alors même que l’on espère sortir d’une période d’inégalité grangrènante, entre porteurs d’actifs post 2008 et la jeune génération qui n’a pu en acquérir (Bien que mon intérêt, par ces lectures,
    soit d’ordre informatif , philosophique, de compréhension des mécanismes sociaux … afin de prendre serainement des décisions dont moi seul m’en porterait responsable)

    J'aime

  3. Cher Monsieur Bertez,
    Merci pour vos commentaires notamment au sujet des taux sur lesquels vous avez été baissier depuis de nombreuses années.

    Je vois la création de l’euro comme une erreur historique surtout pour les pays du Sud et de la France. Je serais heureux de connaître votre opinion. J’ai cru qu’en août 2008 nous assisterions à son éclatement, pour sauver l’Europe…

    Avec mes remerciements pour votre attention.

    Bien à vous.
    Paul Ramonatxo

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s