Synthèse, à ne pas manquer: les nouvelles en surface sont mauvaises, mais sous la surface, c’est encore pire!

Les nouvelles sont mauvaises aussi bien sur la situation sanitaire que sur la situation économique mondiale. Seule la Chine semble tirer son épingle du jeu, mais ceci est certainement à nuancer.

L’environnemnt politique est detestable avec le mécontentement des populations, les chutes des gouvernements dans les enquêtes et surtout la nouvelle offensive de Trump vis à vis de la Chine.

La montée de Biden dans les sondages évidemment n’arrange rien car elle pousse Trump à jouer le pire et à multiplier les initiatives pour remonter son handicap.

Le sinistre au Liban intervient à un moment ou le chaos menaçait déja, il n’augure rien de bon.

La Banque des Réglement Internationaux, la BRI ou BIS en anglais s’inquiète de la plomberie financière mondiale et surtout de l’activité spéculative financée par le recours au levier..La deamnde de dollars explose et elle peut exploser encore plus.

Tout le monde s’en fiche, personne n’aborde les questions financières et monétaires alors que nous sommes assis sur un baril de poudre, que dis-je une bombe atomique.

Lisez, même si vous ne comprenez pas tout. C’est effrayant.

BRI: «La grave dislocation [de mars] sur l’un des marchés les plus liquides et les plus importants du monde était surprenante. Cela reflétait une confluence de facteurs. Un facteur clé a été le dénouement rapide des opérations dites de valeur relative, qui impliquent l’achat de titres du Trésor financés à l’aide d’un effet de levier via des pensions tout en vendant le contrat à terme correspondant.

Les investisseurs, généralement des hedge funds, utilisent ces stratégies pour profiter des différences de rendement entre les bons du Trésor et les contrats à terme correspondants.

Étant donné que ces écarts de prix sont généralement faibles, les fonds de valeur relative amplifient le rendement (et, par extension, les pertes) en utilisant l’effet de levier. »

BIS: «En tant que précurseur de cet épisode, les dislocations sur le marché américain des pensions en septembre 2019 ont impliqué à peu près les mêmes acteurs, les contraintes de bilan des concessionnaires étant à nouveau un facteur contributif. À l’époque, la demande de pension des fonds spéculatifs pour maintenir les transactions d’arbitrage entre les obligations et les dérivés a contribué à un resserrement du financement des pensions. Les banques concessionnaires détenant déjà d’importantes positions du Trésor américain, la réticence à faire face à la demande accrue de financement des pensions a aggravé la pénurie et a entraîné une forte hausse du taux de financement au jour le jour garanti (SOFR). La Réserve fédérale a dû intervenir pour fournir un financement de pension suffisant et absorber les garanties du Trésor du marché. »

BRI: «Au cours des deux dernières décennies, l’utilisation du dollar américain dans les transactions financières mondiales a explosé. Les engagements en dollars américains des banques non américaines en dehors des États-Unis sont passés d’environ 3,5 trillions de dollars en 2000 à environ 10,3 trillions de dollars à la fin de 2019.

Pour les non-banques situées en dehors des États-Unis, ils ont augmenté encore plus rapidement et se situent maintenant à environ 12 trillions de dollars, soit presque le double de ce qu’ils étaient il y a à peine dix ans. Il existe également un montant important d’emprunts en dollars hors bilan via des dérivés de change, principalement via des swaps de change. Les pressions de financement ont donc tendance à apparaître sur ces marchés. »

BRI: «Une part importante de l’utilisation internationale des principales devises de réserve, comme le dollar américain, a lieu à l’étranger. Les engagements en dollars (prêts et titres de créance) figurant dans les bilans des banques et des non-banques en dehors des États-Unis s’élevaient à plus de 22 trilions  de dollars à la fin de 2019. En plus de cela, les obligations hors bilan en dollars américains contractées via des dérivés tels que les swaps de change étaient encore plus importantes, avec des estimations allant jusqu’à 40 billions de dollars. Un swap de change permet à un agent d’obtenir des dollars américains sur une base couverte, ce qui est fonctionnellement équivalent à un emprunt garanti. »

Sur les marchés, tout va très bien Madame la Marquise…

Cela n’empêche pas les Bourses de continuer de flamber -flamber est le mot juste- car les autorités monétaires multiplient les déclarations afin de bien indiquer aux marchés qu’elles sont là et qu’elles ne les laisseront pas tomber. La Communauté Speculative mondiale est ainsi persuadée qu’elle joue absolument sans risque. Il n’y a qu’à mettre!

Sur les marchés 

Le S & P500 a bondi de 2,5% (en hausse de 3,7% en glissement annuel) et le Dow est en hausse de 3,8% (en baisse de 3,9%).

Les services publics ont gagné 1,2% (en baisse de 3,5%).

Les banques ont bondi de 3,9% (en baisse de 31,7%) et les courtier ont bondi de 4,2% (en baisse de 0,1%).

Les transports ont bondi de 5,8% (en baisse de 3,0%).

Le S&P 400 Midcaps a bondi de 4,0% (en baisse de 6,0%), et les small capitalisations du Russell 2000 ont bondi de 6,0% (en baisse de 6,0%).

Le Nasdaq100 a progressé de 2,1% (en hausse de 27,6%).

Les semi-conducteurs ont monté de 2,0% (+ 17,8%).

Les biotechnologies ont ajouté 0,4% (en hausse de 12,0%).

Bien que le lingots ait monté de 60 $, l’indice de l’or HUI a peu varié (en hausse de 45,0%).

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 0,0875%.

Les rendements des gouvernements à deux ans ont augmenté de deux points de base à 0,13% (en baisse de 144 points de base en glissement annuel).

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont augmenté de trois points de base à 0,23% (en baisse de 146 points de base).

Les rendements des valeurs  du Trésor à dix ans ont gagné quatre points de base à 0,57% (en baisse de 135 points de base).

Les rendements des obligations longues ont augmenté de quatre points de base à 1,24% (en baisse de 115 points de base).

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont baissé de trois points de base à 1,21% (en baisse de 150 points de base).

Les rendements des bunds allemands ont augmenté de deux points de base à -0,51% (en baisse de 32 points de base). Les taux français ont reculé de deux points de base à – 0,21% (en baisse de 33 points de base). Le spread obligataire franco-allemand à 10 ans s’est rétréci de 4 à 30 pb.

Les rendements grecs à 10 ans ont chuté de 8 points de base à 1,01% (en baisse de 43 points de base en glissement annuel). Les taux portugais à dix ans ont chuté de cinq points de base à 0,30% (en baisse de 15 points de base).

Les rendements italiens à 10 ans ont chuté de 8 points de base à 0,93% (en baisse de 48 points de base).

Les rendements à 10 ans de l’Espagne ont chuté de six points de base à 0,28% (en baisse de 19 points de base).

Les rendements des gilt à 10 ans au Royaume-Uni ont augmenté de quatre points de base à 0,14% (en baisse de 68 points de base). L’indice actions FTSE du Royaume-Uni a progressé de 2,3% (en baisse de 20,0%).

L’indice japonais Nikkei Equities a récupéré 2,9% (en baisse de 5,6% d’une année à l’autre). Les rendements japonais «JGB» à 10 ans ont glissé d’un point de base à 0,01% (en hausse de 2 points de base en glissement annuel).

Le CAC40 français a progressé de 2,2% (-18,2%).

L’indice boursier allemand DAX a progressé de 2,9% (en baisse de 4,3%).

L’indice boursier espagnol IBEX 35 a progressé de 1,1% (en baisse de 27,2%).

L’indice italien FTSE MIB a augmenté de 2,2% (en baisse de 17,0%).

Les actions des marchés émergents étaient mitigées. L’indice Bovespa du Brésil a peu changé (en baisse de 11,1%), tandis que le Bolsa du Mexique a progressé de 2,7% (en baisse de 12,7%).

L’indice Kospi de la Corée du Sud a bondi de 4,5% (+ 7,0%). L’indice boursier indien Sensex a progressé de 1,2% (en baisse de 7,8%).

La Bourse chinoise de Shanghai a progressé de 1,3% (+ 10,0%).

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a chuté de 5,9% (en baisse de 7,3%). L’indice actions russe MICEX a augmenté de 2,1% (en baisse de 2,4%).

Le dollar s’est stabilisé cette semaine

Sur la semaine, l’indice du dollar américain DXY a peu varié à 93,435 (en baisse de 3,3% a-t-j).

Pour la semaine à la hausse on note , la couronne norvégienne qui a augmenté de 0,7%, le Won sud-coréen a gagné 0,5%, la couronne suédoise 0,3%, le dollar canadien 0,2%, le dollar australien 0,2%, le dollar singapourien 0,1%, l’euro 0,1%, et le franc suisse 0,1%.

Pour la semaine à la baisse, le real brésilien a reculé de 4,0%, le rand sud-africain de 3,2%, le peso mexicain 0,4%, le dollar néo-zélandais 0,4%, la livre britannique 0,3% et le yen japonais 0,1%. Le renminbi chinois a augmenté de 0,1% par rapport au dollar cette semaine (en baisse de 0,07% )

Du coté des matières premières:

L’indice Bloomberg Commodities a bondi de 2,6% (en baisse de 12,9% d’une année à l’autre).

L’or au comptant a monté de 3,0% à 2036 $ (en hausse de 34,1%).

L’argent a bondi de 13,7% à 27,54 $ (en hausse de 54%).

Le brut WTI a gagné 95 cents à 41,22 $ (en baisse de 33%).

L’essence a augmenté de 3,1% (en baisse de 29%) et le gaz naturel de 24,4% (en hausse de 2%).

Le cuivre a chuté de 2,6% (inchangé).

Le blé a chuté de 6,7% (en baisse de 11%). Le maïs a reculé de 1,9% (en baisse de 17%).

 

L’essentiel :

 

3 août – Wall Street Journal : «Huit mois après l’éclatement de l’épidémie de coronavirus de Wuhan, en Chine, le monde subit des perturbations économiques et sociales sans précédent. Les économies s’effondrent  à travers le monde et d’autres destructions se profilent à l’horizon.

Des dizaines de millions de personnes ont perdu leur emploi et des millions d’autres ont vu les économies de toute leur vie disparaître.

Les gouvernements ont forcé les restaurants, les bars, les hotels  et d’autres petites entreprises à fermer leurs portes.

Les sociétés riches sont capables, pour l’instant, d’imprimer de la monnaie et d’injecter  de l’argent dans l’espoir de limiter les dommages sociaux et économiques, mais de telles mesures ne peuvent pas être prolongées indéfiniment.

Pour la première fois depuis les années 1940, les autorités politiques du monde entier sont confrontées à un flot de défis économiques et politiques qui pourraient submerger les garanties/amortisseurs  intégrés dans le système.

Dans les pays plus pauvres, la situation est pire. La pandémie fait rage; elle  est incontrôlée dans des pays comme l’Afrique du Sud et le Brésil, où les bas prix des produits de base, la baisse des envois de fonds et la baisse de la demande de produits industriels se conjuguent  avec la fuite des capitaux pour créer un choc économique sans précédent.

Des pays comme le Liban et l’Éthiopie, confrontés à de graves crises avant la pandémie, luttent pour maintenir leur ordre fondamental. »
2 août – CNBC: «Dr. Deborah Birx, la coordinatrice du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche, a déclaré … que les États-Unis sont «  dans une nouvelle phase  » de lutte contre la pandémie de coronavirus.  Elle a exhorté les Américains à porter des masques et à suivre les directives de distanciation sociale. «Ce que nous voyons aujourd’hui est différent de mars et avril. Le virus  est extraordinairement répandu … il est plus répandu et il est à la fois rural et urbain », a déclaré Birx.« À tous ceux qui vivent dans une zone rurale, vous n’êtes pas à l’abri ou protégé contre ce virus », a déclaré Birx.

4 août – Reuters : «La montée en flèche du nombre de cas de COVID-19 aux États-Unis a largement dépassé la capacité de nombreux services de santé locaux à retrouver les contacts des personnes infectées, ce qui est une étape critique pour contenir la propagation du virus.

Avec la pandémie qui coute  environ un millier de vies américaines par jour, de nombreux départements de  ville et de comté disent qu’ils manquent d’argent et de personnel pour identifier rapidement les personnes qui ont été exposées … Les États-Unis sont très en retard par rapport aux autres pays riches dans la recherche des contacts … »

3 août – Reuters: «U.N. Le secrétaire général Antonio Guterres a averti que … le monde est confronté à une «  catastrophe générationnelle  » en raison des fermetures d’écoles au milieu de la pandémie de coronavirus et a déclaré que ramener les élèves en toute sécurité en classe devait être «  une priorité absolue  ». Guterres a déclaré qu’à la mi-juillet, les écoles ont été fermés dans quelque 160 pays, touchant plus d’un milliard d’élèves, tandis qu’au moins 40 millions d’enfants n’ont pas été scolarisés. Cela s’ajoute au fait que plus de 250 millions d’enfants n’étaient déjà pas scolarisés avant la pandémie… »

Pendant ce temps Trump poursuit son entreprise  de diversion politicienne: 

6 août – Reuters : «U.S. Le président Donald Trump … a intensifié ses attaques contre la Chine pour sa gestion de l’épidémie du nouveau coronavirus …, alors que son secrétaire à la Santé se rendait à Taiwan pour une visite qui ne manquera pas d’irriter Pékin … Le président républicain … a déclaré que c’était une «  honte  » que Pékin ait limité la propagation du virus à la maison mais lui a permis d’atteindre le reste du monde… «Ce que la Chine a fait est une chose terrible… que ce soit par incompétence ou exprès», a-t-il dit… »
7 août – Bloomberg: «D’un coup de crayon , Donald Trump a fait en sorte que son combat stratégique avec la Chine touche potentiellement des milliards de personnes – générant confusion, panique et peur dans le monde entier.

La décision du président américain d’interdire TikTok et WeChat appartenant à des Chinois dans un peu plus de six semaines a envoyé des ondes de choc à travers toute l’industrie technologique et les nombreuses entreprises américaines qui comptent sur les applications pour vendre des produits en Chine.

La décision a également déclenché l’alarme sur les réseaux sociaux chinois, les utilisateurs de WeChat aux États-Unis affichant des informations de contact afin que leurs amis et leur famille puissent les joindre si l’application disparaissait.

Tout ceci détermine les autorités monétaires américaines à abandonner toute retenue.

2 août – Wall Street Journal : «La Réserve fédérale se prépare à abandonner  sa stratégie de hausse préventive des taux d’intérêt pour éviter une hausse de l’inflation, une pratique qu’elle suit depuis plus de trois décennies.

Au lieu de cela, les responsables de la Fed adopteraient une vision plus détendue/laxiste  en autorisant des périodes au cours desquelles l’inflation serait légèrement supérieure à l’objectif de 2% de la banque centrale, ceci dit elle pour compenser les épisodes passés au cours desquels l’inflation est passée sous la cible. «Ce serait un changement significatif dans la manière dont ils envisagent l’arbitrage  entre l’emploi et l’inflation, a déclaré Jan Hatzius de Goldman Sachs. « Beaucoup de ces choses sont  très différentes maintenant de ce qu’elles étaient il y a quelques années », a-t-il déclaré.  »

La Fed crie au secours elle demande de l’aide et un renfort de stimulation fiscale

5 août – Reuters : «La résurgence des infections à coronavirus a atténué la reprise économique et le Congrès doit soutenir l’économie en continuant de fournir des prestations de chômage et une aide améliorées aux gouvernements des États et locaux, a déclaré le président de la Réserve fédérale de Dallas, Robert Kaplan. … «Je pense que l’économie a besoin d’une continuation des allocations de chômage», a déclaré Kaplan… «Elle n’a peut-être pas besoin d’être sous la même forme qu’elle l’est actuellement, mais nous avons besoin d’une continuation.»

Pompeo lui essaie de constituer un front de guerre froide contre la Chine 

5 août – Bloomberg : «Le secrétaire d’État Michael Pompeo a signalé… que les efforts des États-Unis pour interdire la technologie chinoise dans les  ordinateurs et smartphones américains au nom de la sécurité nationale vont bien au-delà de la volonté de forcer la vente ou la fermeture de TikTok;  il a promu une initiative de «réseau propre».

Pompeo a déclaré que les États-Unis souhaitaient voir les applications chinoises non fiables supprimées des boutiques d’applications telles que celles exploitées par Apple Inc. et Google.

Il a également appelé les entreprises à limiter leurs applications à partir de téléphones fabriqués par Huawei Technologies Corp. et à mettre fin à l’utilisation des fournisseurs de Cloud chinois. « Nous appelons toutes les nations et tous les pays épris de liberté à rejoindre le réseau propre », a déclaré Pompeo aux journalistes…  »

En prime:

nous sommes gérés par des incapables: les banques centrales veulent de l’inflation mais toutce qu’elles font-emiler els dettes -est deflationniste! Elles augmentent  le poids des boulets qui sont aux pieds des économies. 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s